Arte Magazine n°10 4 mar 2000
Arte Magazine n°10 4 mar 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de 4 mar 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : mondialisation, la contre-attaque des citoyens.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
v en d re d i10 mars 19.00 racks Magazine musical 19.45 ARTE Info’émission d’actualité e la rédaction d’ARTE 20.15 Reportage Céline et les dauphins Réalisation : Guénaëlle Théaud t Pascal Le Floch’moen 20.45 Fiction Le Détour éléfilm de Pierre Salvadori Dans la collection « Gauche/Droite » 22.00 Grand format Nalan Türkeli Une femme des bidonvilles Documentaire d’Évelyne Ragot 23.05 Cinéma Adieu Philippine ilm de Jacques Rozier 00.50 Le dessous des cartes (r) 01.00 La servante écarlate (r) ilm de Volker Schlöndorff 02.45 Ô trouble (r) Court métrage de Sylvia Calle 03.00 Fin des programmes es horaires correspondentux codes PDC, auf indication contraire. 19.00 Tracks Magazine musical (Allemagne, 2000-43mn) WDR ● Dream : Henry Rollins Pas d’alcool. Pas de drogues. Pas de femmes. Pendant six ans, il a été le chanteur d’un des groupes les plus « hard c o re » du monde, Black Flag. Aujourd’hui, cette figure de proue de l’underground américain est aussi comédien, écrivain, éditeur et animateur télé. Henry Rollins, une machine de guerre aux idées claires. Entretien. Musicien et activiste, Henry Rollins est la figure emblématique du punk américain. ● Vibrations : les génies de la réalisation « maison » Pas de studio, pas de bureau, pas de producteurs : la nouvelle génération de cinéastes et vidéastes travaille chez elle. Ils tournent en DV, montent leurs films sur leur ordinateur perso et sont si pros que leurs courts métrages passent dans les festivals, leurs clips sur les chaînes, et leurs pubs partout. Tracks a rencontré, à Londres et à Berlin, ces futurs génies. ● Live : No Smoking Pour le Temps des Gitans, Emir Kusturica a obtenu le Prix du meilleur réalisateur ; pour Underground, la Palme d’or. Ce Bosniaque joue aussi de la guitare dans un grou p e balkanique multi-ethnique, No Smoking. Rencontre. 20.15 Reportage Céline et les dauphins Réalisation : Guénaëlle Théaud et Pascal Le Floch’moen (2000-26mn) Coproduction : ARTE, Master Production ARTE G.E.I.E. Céline, les dauphins et l’île de Sein. Céline Liret vient d’achever ses études d’océanographie dans le cadre de l’institut Océanopolis, à Brest. Elle n’a jamais disposé de moyens considérables pour aller o b s erver ses animaux favoris, les dauphins, là où on les trouve en nombre. Alors, elle a cherché, et elle en a trouvé tout près de chez elle, au bord de l’île de Sein. Elle a pu les suivre pendant cinq ans, été comme hiver, à bord de son petit Zodiac, en tissant un étrange réseau de complicités avec ces animaux. Elle a soutenu sa thèse en n o v e m b re dernier sur « l’écologie des grands dauphins de l’île de Sein ». Mais Céline est aujourd’hui à la croisée des c h e m i n s : l’océanographie n’off re pas beaucoup de débouchés, et elle n’a pas d é c roché le poste d’institutrice à Sein qui lui aurait permis de patienter, en compagnie des 200 habitants de cette petite île perdue au large de la pointe du Raz, et qui l’ont quasiment adoptée. Guénaëlle Théaud et Pascal Le Floch’moen, qui l’ont suivie pendant des années, nous font partager les joies et les doutes d’une jeune femme qui aimerait pouvoir vivre pour et par la mer… Le temps des gitans électriques avec No Smoking, le groupe d’Emir Kusturica.
20.45 Le Détour P i erre Salvadori (les Apprentis,...Comme elle re s p i re) délaisse la comédie pour un impeccable film noir. Une merveille de scénario, tru ffé de suspense et de rebondissements, qui voit s’aff ronter Serge Riaboukine, Mathieu Demy, Guillaume Depardieu et Robert Castel. Téléfilm de Pierre Salvadori (France, 1999-1h12mn) Dans la collection « Gauche/Droite » Scénario : Pierre Salvadori et Nicolas Saada Avec : Serge Riaboukine (Alain), Patrick Lizana (Xavier), Marina Golovine (Marie), Mathieu Demy (Antoine), Guillaume Depardieu (Stéphane), Renaud Ménager (Pierre), YannHnautra (Marc), Michèle Moretti (Annick), et la participation exceptionnelle de Robert Castel (Damien) Photographie : Gilles Henry Son : Laurent Poirier Montage : Isabelle de Winck Mixage : Anne Le Campion Musique : Camille Bazbaz Coproduction : La Sept ARTE, Agat Films & Cie, Les Films Pelléas LA SEPTARTE Le Détour, l’un des deux cafés du ron d - point, est en flammes. Couvert de brûlures, h a g ard, Alain, le patron, se rend au commissariat et avoue : « J’ai tué un homme. » Tout a commencé un an plus tôt. Marie, vingt ans, à peine sortie de prison, ret rou v e son frère Antoine. Celui-ci traficote un peu de dope avec le petit monde du quartier : Stéphane, le serveur du bar d’en face, alimenté par Xavier, lui-même protégé par son oncle Damien. Un curieux manège qu’Alain, depuis son comptoir, a du mal à décry p t er. Un soir, parti récupérer de l’argent pour X a v i er, Antoine décide de tout empocher pour s’enfuir avec Marie. Rattrapé, tué bêtement, il lègue à sa sœur une enquête qui gêne beaucoup de monde… Une mécanique implacable Pour sa première incursion dans le film noir, Pierre Salvadori a plus que réussi son pari. L’efficacité diabolique du scénario rappelle d’ailleurs la délicieuse mécanique des Apprentis ou de...Comme elle respire : quip roquos, chassés-croisés, re b on d i s s e- ments, les ingrédients pourraient être ceux d’une comédie. Et pourtant, on est ici au cœur même du noir, face à une tragédie que l’on sait inéluctable (le film est un long flash-back) autant qu’imprévue (qui va mourir ?). Cet engrenage fatal, qui réserv e bien des surprises en cours de route, est tout sauf un jeu formel. Sur cette petite place de Paris, formidable dispositif visuel, évoluent plusieurs générations de hors-laloi : les truands à l’ancienne, dont Alain a sans doute fait partie, les jeunes dealers sans scrupules, les marginaux comme Antoine et Stéphane, victimes de la drogue autant que bourreaux. Cette économie sout erraine de la came est décrite sans tabou ni complaisance, et chaque acteur aide à affiner son personnage (notamment Patrick Lizana, formidable Xavier, mais aussi, bien s ûr, les épatants Serge Riaboukine et Robert Castel). Enfin, le Détour recèle deux bonheurs rares à ne pas manquer : une parfaite sélection musicale à base de dub, et une apparition furtive d’Élodie Bouchez… Lire notre entretien page suivante. Xavier (Patrick Lizana, très bien) est un salaud, un lâche et un assassin. Alain (Serge Riaboukine, formidable) est un faible qui va bientôt exploser… La collection « Gauche/Dro i t e » Le politique a u j o urd’hui, vu par le téléfilm de genre



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :