Arte Magazine n°10 4 mar 2000
Arte Magazine n°10 4 mar 2000
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de 4 mar 2000

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 36

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : mondialisation, la contre-attaque des citoyens.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
19.00 Nature Magazine de Volker Angres t Britta Troester 19.45 ARTE Info’émission d’actualité e la rédaction d’ARTE 20.15 360 ° Le reportage GEO Les chasseurs de trésors (1). Pilleur de tombes Réalisation : Mary Crisp 20.45 Cinéma Le beau Serge ilm de Claude Chabrol 22.15 Court-circuit - 1 re partie Dialogue de sourds Court métrage de Bernard Nauer 22.25 Cinéma La servante écarlate ilm de Volker Schlöndorff 00.10 Court-circuit - 2 e partie FramedCourt métrage de Mennan Yapo Nighthawks Court métrage de Dmitri Popov 00.45 Lola (r) ilm de Jacques Demy 02.20 Premiers comiques Courts métrages burlesques 03.00 Fin des programmes es horaires correspondentux codes PDC, auf indication contraire. l un d i 6 mars 19.00 Nature Magazine de la protection de l’environnement de Volker Angres et Britta Troester (Allemagne, 2000-43mn) ZDF Lisa Hähnle, pionnière de la lutte pour la protection des animaux Lisa Hähnle, morte il y a soixante ans, a été une pionnière de la protection des animaux. Cette femme dynamique, épouse d’un député libéral allemand, a fondé en 1899 l’Association pour la défense des oiseaux (le BfV) avant de s’engager au niveau international pour la défense des oiseaux. Elle est aussi à l’origine des premières réserves naturelles d’Allemagne. Les rêves sont les messagers de l’inconscient Depuis trois ans, l’Institut Sigmund-Fre u d de Francfort constitue, sur cassettes audio et vidéo, une base de données sur les rêves. Certains chercheurs pensent en effet que les rêves nous avertissent des maladies qui nous guettent. Peuvent-ils permet t re de dépister à temps un infarctus ou un cancer ? Biorythme - Vivre contre son horloge biologique Chaque être humain est conditionné à la fois par son horloge intérieure et par le rythme de sa vie socioprofessionnelle. Les deux ne font souvent pas bon ménage. Or, il est dangereux d’ignorer les signaux qu’émet notre corps : il s’ensuit une pert e de concentration, des assoupissements, des accès de nervosité. Des scientifiques pensent que bon nombre d’accidents (p armi lesquels la catastrophe de Tchernobyl) sont dus à un excès de fatigue. Réconcilions-nous avec notre biorythme ! La nuit, les pilleurs de tombes se faufilent sur ce site exceptionnel. 20.15 Les chasseurs de trésors (1) ARTE G.E.I.E. Qu’est-ce qui fait courir les chasseurs de trésor ? En quête de galions enfouis, de pierres précieuses, de tombes antiques ou de météorites, leurs motivations diff è r en t, mais tous partagent le même désir d’aventure. Quatre reportages à suivre dans 360 ° - Le reportage GEO, à 20.15, jusqu’à jeudi. 1. Pilleur de tombes Réalisation : Mary Crisp (Grande-Bretagne, 1999-26mn) 360 ° - Le reportage GEO Les archéologues et la police italienne font cause commune contre les pilleurs de tombes qui bradent l’héritage culturel de la Sicile. Lorsque les Grecs eurent conquis la Sicile, M organtina devint un centre important de la civilisation hellène. C’est aujourd’hui un terrain de fouilles exceptionnel qui attire de nombreux archéologues. Or ils ne sont pas les seuls à s’intéresser aux lieux. La nuit, dans le cimetière antique de Morg a n t i n a, on voit se faufiler des ombres. Ceux qui vont là ne s’adonnent pas au culte des a n c ê t res, ils sont à la re c h erche d’objets f un é r ai res qu’ils pourront re v en d re à des collectionneurs étrangers. Bien que ces tombaroli soient surveillés par une unité de police spéciale et qu’à Rome une équipe de 150 personnes essaie de traquer les trafiquants, nombre d’objets arrivent via la Suisse chez les collectionneurs euro p é en s et américains, voire dans les musées. Et ce qui désole les archéologues, c’est que dans leur hâte, les pilleurs n’hésitent pas à jeter ou à détru i re les objets qui leur semblent sans valeur et que de précieux témoignages sur la civilisation antique de la Sicile sont ainsi irrémédiablement perd us.
Film de Claude Chabrol (France, 1958-1h33mn) Scénario : Claude Chabrol Avec : Jean-Claude Brialy (François), Gérard Blain (Serge), Bernadette Lafont (Marie), Michèle Meritz (Yvonne), Claude Cerval (le curé), Edmond Beauchamp (le beau-père) Photographie : Henri Decae Musique : Émile Delpierre Production : A.J.Y.M. Films LA SEPTARTE Prix Jean-Vigo 1958 20.45 Le beau Serge P remier film de Claude C h a b rol, le Beau Serge, par ses choix esthétiques et le jeu de ses interprètes, annonce l’arrivée d’un groupe de cinéastes frondeurs : la Nouvelle Vague. Après dix ans d’absence, François re n t re au pays de son enfance, un village dans la C reuse. Il a gardé le souvenir d’un ami, S erge, à qui un brillant avenir devait sourire. Mais, au village, François découvre que S erge est un ivrogne qui maltraite sa femme, Yvonne, dont la jeune sœur, Marie, fut sa maîtresse. Serge, lui aussi, se souvient de François ; il voudrait justifier sa conduite, expliquer sa déchéance... Une tragédie goguenarde Le Beau Serg e a la facture d’un drame paysan réaliste, mais ce n’en est pas un. Il a les accents d’un mélo qui ne dit pas son nom. Les personnages eux aussi se dérobent à la classification. Chabrol résumait ainsi son premier film : « Un type bien se conduit comme un salaud, alors qu’au même moment un salaud se conduit comme un type bien. » L e réalisme affiché dans les premières séquences se mue ensuite en une sorte de fantastique noir et grinçant qui s’achève comme un calvaire. Le film échappe aussi à toute interprétation : tout aussi bien histoire d’une rédemption au prix d’un sacrifice christique que simple tranche de vie décrite sans concession. À cet exercice, Chabrol est déjà un maître dont l’œuvre future semble tout en t i è re contenue dans une partie du dialogue entre Marie (Bernadette Laffont, d’une sensualité brutale) et François (Jean-Claude Cycle N ou v e l l e Va g u e Il y a quarante ans, une poignée de jeunes auteurs renversait les valeurs esthétiques en vogue et fondait une nouvelle éthique de l’image. À bout de souff l e de Jean-Luc Godard lundi 28 février à 20.45 Lola (version re s t a u r é e) de Jacques Demy v en d redi 3 mars à 22.50 Le Beau Serg e de Claude Chabro l lundi 6 mars à 20.45 Adieu Philippine de Jacques Rozier v en d redi 10 mars à 23.05 Avec Gérard Blain, Michèle Meritz, Bernadette Laffont et Jean-Claude Brialy. Brialy) : « Tu as l’air de nous observer comme si on était des insectes, tu n’aimes personnes, hein ? Au contraire, répond François – le double du cinéaste –, j’aime tout le m on de. » C h a b rol filme les groupes d’enfants comme une nuée d’oiseaux noirs sans aven ir, frappés par la malédiction des pères. Car le Beau Serge est une tragédie : inceste et mutisme ensanglantent une terre de granit. Une tragédie parfois goguenarde qui marqu e les débuts de la Nouvelle Vague : Chabrol disposait de peu d’argent, il tourna le film sur un sujet de son choix avec des acteurs de son choix. Dans le cadre très minutieusement décrit d’une campagne pauvre, il confron t e deux types d’hommes jeunes, opposés et néanmoins amis. À l’affrontement physique inévitable, Chabrol préfère jouer la carte picturale : l’univers de Serge se caractérise par des tonalités sombres, celui de François par des tonalités claires. Chabrol explore ainsi l’un des thèmes majeurs de son cinéma : la traversée des apparences. Nouveauté aussi dans la forme du film, qui élimine le principe du champ-contrechamp au profit des plans subjectifs. Le succès du Beau Serge, prix J e a n - Vigo 1958, engagera Chabrol à tourn e r les Cousins, second volet du diptyque, l’année suivante.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :