Arte Magazine n°1 28 déc 2019
Arte Magazine n°1 28 déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1 de 28 déc 2019

  • Périodicité : hebdomadaire

  • Editeur : Arte France

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : bonne année folle !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
dimanche 29 décembre ARTE MAG N°1. LE PROGRAMME DU 28 DÉCEMBRE 2019 AU 3 JANVIER 2020 14 17.10 Bicentenaire d’Offenbach La belle Hélène À Lausanne, l’extravagant Michel Fau s’empare de l’opérette la plus populaire d’Offenbach et chausse les sandales du roi Ménélas. À Sparte, la reine Hélène, épouse de Ménélas, a eu vent, comme toute la Grèce, de la promesse faite par Vénus à Pâris de lui offrir l’amour de la plus belle femme du monde. Sachant pouvoir prétendre au titre, elle tremble de voir « cascader sa vertu » face au prince troyen. Quand celui-ci vient se mesurer aux rois de la Grèce lors de joutes pacifiques, le coup de foudre a bien lieu... LES POUX DE LA REINE ET AUTRES DÉLICES Créée en 1864, cette virevoltante satire a connu un succès immense et immédiat. Sous couvert de pasticher les mythes de la Grèce antique, Offenbach et son librettiste fétiche, Ludovic Halévy, y pourfendent joyeusement les mœurs frivoles et courtisanes du Second Empire. La belle Hélène a inauguré des années fastes pour le compositeur et reste la plus représentée de ses œuvres lyriques. La fantaisie du metteur en scène Michel Fau devrait faire merveille pour exploiter les inusables trouvailles verbales et musicales d’une partition qui sait, aussi, faire place à l’émotion. Sa verve d’acteur est également très attendue, puisque le metteur en scène s’est réservé le rôle de « l’époux de la reine, poux de la reine, poux de la reine  : le roi Ménélas ! ». L’un des derniers feux de l’année Offenbach. Et quel feu ! Lire page 7 Opéra bouffe en trois actes de Jacques Offenbach - Livret  : Ludovic Halévy et Henri Meilhac - Réalisation  : Andy Sommer (Suisse/France, 2019, 2h30mn) - Direction musicale  : Pierre Dumoussaud - Mise en scène  : Michel Fau - Avec  : Julie Robard-Gendre (Hélène), Julien Dran (Pâris), Paul Figuier (Oreste), Marie Daher (Bacchis), Michel Fau (Ménélas), Jean-Claude Saragosse (Calchas), Christophe Lacassagne (Agamemnon), Jean-Francis Monvoisin (Achille), Pier-Yves Têtu (Ajax Premier), Hoël Troadec (Ajax Deuxième), le Sinfonietta et le Chœur de l’Opéra de Lausanne - Coproduction  : Opéra de Lausanne, Opéra royal de Wallonie-Liège, Théâtre national de l’Opéra-Comique, ARTE/SSR 22/12 27/1/2020 I Warner Bros. Entertainment Inc 20.55 Cinéma Le prestige Dans l’Angleterre victorienne, les rivalités assassines de deux prestidigitateurs, prêts à tout pour triompher l’un de l’autre. Par Christopher Nolan, un thriller flirtant avec le fantastique porté par Hugh Jackman et Christian Bale. Londres au XIX e siècle. Alfred Borden et Robert Angier sont deux magiciens surdoués, promis à un glorieux avenir. Mus par une féroce ambition, ils débutent comme assistants du maître de l’illusion, le professeur Milton. Ensemble, ils mettent au point un tour particulièrement dangereux dans lequel Julia, l’épouse d’Angier, ligotée, se libère d’une cuve remplie d’eau et hermétiquement close. Un soir, après qu’Alfred lui a lié les mains, la jeune femme se noie sous les yeux du public. Robert est persuadé que son compagnon de scène est responsable de la mort de son épouse, un acte que ce dernier nie farouchement. Désormais ennemis et poursuivant des carrières rivales, les deux hommes se livrent une guerre sans merci. Pour se détruire professionnellement, ils sont prêts à user des plus noirs secrets de leur art... MAGIE GRANDEUR NATURE Art du faux-semblant, usage du double, manipulation, effets de surprise...  : Christopher Nolan épouse savamment les règles fondamentales du numéro d’illusion pour signer un thriller haletant aux frontières du fantastique. Imbriquant les récits et les temporalités, il dépeint avec habileté les passes d’armes de deux magiciens, pétris de gloire et d’ambition, que l’art de la duplicité et bientôt la perversion vont plonger dans l’abîme. Autour de seconds rôles de choix (Michael Caine, Scarlett Johansson, David Bowie, Rebecca Hall), le duo Hugh Jackman/Christian Bale livre une partition saisissante en semant dans l’esprit du spectateur un trouble grandissant. Chaque rebondissement ou manigance pulvérise les partis pris, jusqu’au dénouement, retournement ultime d’un brillant tour de magie grandeur nature. (The Prestige) Film de Christopher Nolan (États-Unis, 2006, 2h02min, VF/VOSTF) - Scénario  : Christopher Nolan, Jonathan Nolan, d’après le roman éponyme de Christopher Priest - Avec  : Hugh Jackman (Robert Angier), Christian Bale (Alfred Borden), Scarlett Johansson (Olivia Wenscombe), Michael Caine (John Cutter), Piper Perabo (Julia Angier), Rebecca Hall (Sarah Borden), David Bowie (Nikola Tesla) Production  : Warner Bros. Pictures, Touchstone Pictures
Mario Hötschl 23.00 Des hommes, des vrais Une variation sur la fabrication du mythe de la virilité par le cinéma, d’Humphrey Bogart et John Wayne à Arnold Schwarzenegger et Sylvester Stallone. Comment les images fabriquées par le cinéma, en premier lieu à Hollywood, la plus puissante usine à histoires qui soit, façonnent-elles l’imaginaire et, du coup, les comportements ? À l’heure de #Metoo, ce documentaire part à la rencontre d’une foule de témoins et d’analystes, célèbres et anonymes, hommes et femmes, jeunes et vieux, pour un aperçu impressionniste, mais éloquent, de l’impact du grand écran sur la conception de la masculinité  : culturistes autrichiens fans de Rambo et de « Schwarzie », cow-boys californiens gardant toute leur affection au héros de leur enfance, John Wayne, jeune émule de James Bond... Invariablement doté de force, d’assurance, de courage et d’une ténacité à toute épreuve, l’archétype du « vrai homme », qu’on pourrait croire totalement daté, garde une étonnante efficacité. Interrogeant la construction du mythe à la racine, auprès de représentants de l’industrie contemporaine du cinéma, et sondant son effet sur les individus, ce documentaire recueille avec une distance amusée les confidences, entre autres, de l’acteur australien George Lazenby, qui a joué une fois 007 (en 1969), de Fred Williamson, alias « le Marteau », un temps héros de films musclés de la Blaxploitation, et de Michael Dudikoff, ex-ninja des années 1980 à la célébrité éphémère. Documentaire de Hasko Baumannet Edda Baumann-von Broen (Allemagne, 2018, 1h30mn) - Production  : avanti media plus GmbH, ZDF, avec ARTE 4/1/2020 1. 0.35 Bicentenaire d’Offenbach La grande-duchesse de Gerolstein Bernd Uhlig La mezzo-soprano Jennifer Larmore triomphe dans cette production enlevée de l’Opéra de Cologne, qui fête en majesté l’enfant du pays Offenbach. Dans le pays imaginaire de Gerolstein s’ennuie une grande-duchesse, beauté sur le retour qui « aime les militaires », mais ne prise guère ni les affaires de son petit État, ni le prince mollasson que son conseiller, le machiavélique baron Puck, lui a choisi pour fiancé. Ce dernier intrigue avec le général Boum, un vieil officier borné, pour mettre sur pied une guerre éclair susceptible de distraire la dame et l’amener ainsi au mariage. C’est sans compter sur le cœur grand-ducal, qui se met à battre follement pour un simple soldat, Fritz. Celui-ci, délaissant sa promise, Wanda, est tout prêt à saisir la fulgurante ascension qui s’offre à lui... BOULETS ROUGES (ET VERTS) « Yes we cancan ! », tel a été le slogan de la ville de Cologne tout au long de l’année 2019 pour célébrer comme il se doit le bicentenaire de la naissance d’Offenbach, compositeur éminemment français mais enfant du pays. Cette production iconoclaste, qui transpose l’action de nos jours, dans une ZAD écolo et dépenaillée, en a été l’un des événements phares, au mois de juin. La fosse d’orchestre représente ici la zone (aquatique) à défendre, et le chef François-Xavier Roth, par ailleurs très inspiré, ne dédaigne pas d’y coasser de temps à autre, pour figurer une espèce menacée de grenouille. La talentueuse direction d’acteurs du Québécois Renaud Doucet fait beaucoup pour la réussite du spectacle, soulignant l’audace du sarcasme qu’Offenbach et Ludovic Halévy adressaient à la France de Napoléon III. Quant à la formidable Jennifer Larmore, elle met toute sa puissance vocale et comique au service d’un rôle qui lui va comme un gant. Lire page 7 Opéra bouffe en trois actes de Jacques Offenbach Livret  : Ludovic Halévy et Henri Meilhac Réalisation  : Marcus Richardt (Allemagne, 2019, 2h44mn) - Direction musicale  : François-Xavier Roth - Mise en scène  : Renaud Doucet Avec  : Jennifer Larmore (la grande-duchesse), Emily Hindirchs (Wanda), Dino Lüthy (Fritz), Miljenko Turk (le baron Puck), John Heuzenroeder (le prince Paul), Vincent Le Texier (le général Boum), le Gürzenich-Orchester et le Chœur de l’Opéra de Cologne - Chef de chœur  : Rustam Samedov - Coproduction  : Oper Köln, ARTE/WDR dimanche 29 décembre ARTE MAG N°1. LE PROGRAMME DU 28 DÉCEMBRE 2019 AU 3 JANVIER 2020 15



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :