Art' Pi n°7H HS 2012
Art' Pi n°7H HS 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7H de HS 2012

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Art'Sign

  • Format : (220 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 10,5 Mo

  • Dans ce numéro : tricentenaire de la naissance de l'abbé de l'Epée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
L'abbé de l'Épée : de la légende au mythe L'l'Épée : abbéde de la légende au mythe Toute civilisation comporte ses rites, contes et légendes. Chez les entendants et dans la communauté Sourde, l'abbé de l'Épée est souvent représenté comme un sauveur guidé par les anges ou encensé par tous. Sa légende dépasse les frontières autant que les réalités. L’écrivain et ethnologue Yves Delaporte se penche sur une histoire devenue un mythe. Les élèves de l’institution de la rue Saint-Jacques réunis autour de la statue de l’abbé de l’Épée. Gravure d’Auguste Colas, sourd-muet, 1879. Archives de l'INJS Page de droite Charles-Michel de l’Epée désigné pour délivrer les sourds-muets. Gravure de Joseph Cochefer (1849-1923). Archives de l'INJS Banquet de la Société centrale des sourds-muets, pour l’anniversaire de la mort de l’abbé de l’Épée. 28 novembre 1886. Gravure d’Auguste Colas. Archives de l'INJS Un récit fondateur Rien de plus étonnant que les fausses croyances qui entourent la vie de l’abbé de l’Épée : on lui attribue couramment l’invention de la Langue des Signes et de l’alphabet manuel. Observées chez des entendants, de telles erreurs s’expliquent assez bien : persuadés qu’une vraie langue ne saurait être que vocale, les entendants s’imaginent que la Langue des Signes n’est qu’un simple transcodage du français. Seul un entendant, pédagogue auprès d’enfants sourds, a donc pu l’inventer. Ce n’est qu’un cas particulier de l’ignorance générale qui a longtemps entouré les sourds. Mais lorsque les mêmes erreurs se rencontrent chez les sourds eux-mêmes, ce qui est fréquent, cela devient plus difficilement compréhensible. Il y a là une véritable énigme. Pour résoudre cette énigme, il faut se reporter au récit de la rencontre avec les jumelles, récit qui a été fait des milliers de fois, notamment dans les banquets en hommage au "sublime instituteur des sourdsmuets". Ce récit qui s’est transmis pendant plus de deux siècles situe la rencontre par une nuit d’orage, les éclairs illuminant le ciel par saccades. S’abritant sous une porte cochère, l’abbé aperçoit un logis éclairé où il court se réfugier avant de se trouver confronté à deux jumelles sourdes-muettes. Cette belle histoire n’est rien d’autre qu’une suite de symboles : les ténèbres et les éléments naturels déchaînés symbolisent l’état de confusion dans lequel étaient plongés les sourds, tandis que la lumière entraperçue du logis où vivent les jumelles apporte la promesse d’un passage d’un état de sauvagerie à l’état de culture. La construction d’un mythe Ce récit fondateur présente toutes les caractéristiques d’un mythe d’origine, dont la fonction est de rassembler les membres d’une collectivité humaine autour des mêmes valeurs en leur révélant, de manière cohérente et convaincante, ce qu’ils sont et d’où ils viennent. De retour chez lui, l’abbé invente dans la nuit la Langue des Signes (ou, selon les versions, seulement l’alphabet manuel). Que ce récit se situe dans l’ordre du sacré, la preuve en est également apportée par le vocabulaire utilisé pour nommer le bon abbé. Ces appellations empruntent souvent à la sphère du religieux : "apôtre des sourds-muets", "Messie d’un peuple trop longtemps déchu", "nouveau Rédempteur", "ange descendu du ciel"… Le personnage exceptionnel qu’a été l’abbé de l’Épée, sa rencontre quasi-miraculeuse avec les jumelles, la démonstration qu’il est possible de tout enseigner aux sourds avec des signes gestuels, la venue de l’empereur d’Autriche à l’école de la rue des Moulins, la mort de l’abbé qui aurait refusé de chauffer sa chambre pour économiser l’argent qu’il réservait tout entier à son œuvre : tout cela constitue les éléments d’une belle légende. En rassemblant pour la première fois au monde, dans un même lieu, une collectivité d’enfants sourds, l’abbé de l’Épée est bel et bien à l’origine de ce qui sera baptisé au XIXème siècle "la nation sourdemuette". Il ne manquait qu’une pièce au puzzle pour que l’histoire devienne mythe : que le "père spirituel des sourds-muets" ait inventé la Langue des Signes pour leur en faire don. YVES DELAPORTE 8 Art’Pi !
9 Art’Pi !



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :