Art' Pi n°7H HS 2012
Art' Pi n°7H HS 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7H de HS 2012

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Art'Sign

  • Format : (220 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 10,5 Mo

  • Dans ce numéro : tricentenaire de la naissance de l'abbé de l'Epée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
Jean Massieu (1772-1846) Laurent Clerc (1785-1869) Abbé de l'Épée (1712-1789) XVIII e siècle Ferdinand Berthier (1803-1886) XIX e siècle Affaire Solar (1776-1792) L'Abbé de l'Épée (1799) Le Molière donné à une comédienne sourde va revigorer, encourager, dynamiser les sourds et l'art Sourd. Ignorant l'histoire de leur théâtre, les sourds français découvrent qu'ils peuvent faire du théâtre par euxmêmes. Par la même occasion, une fenêtre s’ouvre pour permettre aux entendants de s’intéresser à nouveau aux sourds et à la Langue des Signes. Le personnage sourd, dans les spectacles Entendants comme dans les spectacles Sourds, devient plus profond, prend plus d'épaisseur et n'est plus systématiquement un prétexte à quiproquo. Le Réveil Sourd engendre des créations de plus en plus riches et novatrices. Une création en inspirant d’autres, les spectacles se succèdent. Citons par exemple Hanna de Levent Beskardès (1993), Metroworld d’Antony Guyon (2010), Le Divan Violet de Mathias-Henri Glénard (2011) ou Héritages d’Emmanuelle Laborit et Estelle Savasta (2011)... Hanna de Levent Beskardès, 1994 L’histoire raconte comment Hanna, jeune fille sourde, tente de fuir la stérilisation que la politique nazie impose aux "malades congénitaux". Cette fuite mènera la jeune sourde vers des lieux et des personnages aspirant comme elle au droit de vivre... La pièce est récompensée et acclamée par les sourds en France et aux États-Unis : meilleur metteur en scène à la cérémonie Sourde Mains d'Or en 1999 et meilleure pièce de théâtre Mains d'Or 2004. Les comédiens d’Hanna Archives Claire Garguier Dernièrement, en juillet 2011, était présenté au Festival Clin d’Oeil un travail de recherche inédit ; un atelier de création s'appuyant sur la rencontre artistique entre trois théâtres européens travaillant en Langue des Signes : le Teater Manu en Norvège, le Tyst Teater en Suède et International Visual Theatre en France. Cette recherche autour de l’expression visuelle et des signes devra donner suite, si tout va bien, à une création théâtrale visuelle et internationale en 2013. C’est bien la preuve qu’aujourd’hui le théâtre Sourd français est sur la bonne voie pour trouver toute sa place dans le monde du spectacle. Il ne reste plus qu’à souhaiter voir enfin plus régulièrement des personnages sourds réellement interprétés par des sourds dans les productions Entendantes. OLIVIER SCHETRIT & SOPHIE LAUMONDAIS Atelier européen de création autour de l'expression visuelle et des signes au Festival Clin d'oeil, 2011 Archives IVT 50 Art’Pi !
] [d'IVT (1979) Les Enfants du silence (1982) Henri Gaillard (1866-1939) XXe siècle [] d'IVT (1978) Hanna (1993) Metroworld (2010) Congrès de Milan (1880) La compagnie de danse folkorique (1967) Création d'IVT (1976) Molière pour Emmanuelle Laborit (1993) Le Divan Violet, Héritages, Atelier de création européen (2011) Ginette Baccon artiste et danseuse sourde, de l’Institut Baguer Son parcours Ginette Baccon, née Schmitz en 1919 à Saint- Ouen, fait ses études à l’Institut Gustave Baguer d'Asnières-sur-Seine. Dès l’âge de douze ans, elle rêve de devenir comédienne, et en fait sa motivation principale. Elle aime énormément danser, sur scène, lors de sorties… Dès ses dix-huit ans, lorsqu’elle quitte l’Institut, des amis sourds, dont les deux frères Braün, lui proposent de jouer au théâtre à l’occasion de fêtes, ce qu’elle accepte avec plaisir. C'est le début d’une succession ininterrompue de pièces de théâtre, puis de danse. Elle se sait belle, et en fait un atout pour enchaîner projets sur projets : spectacles pour des fondations, des comités (à l’époque, on nommait ainsi les associations) ou des Fédérations de sourds. Madame Bascoul, sourde, signera beaucoup de mises en scène dans lesquelles elle jouera avec Madame Pruvost, danseuse également sourde (Madame Pruvost est actuellement âgée de quatre-vingt douze ans et demi !). À maintes reprises, Ginette Baccon a également le plaisir de travailler avec Paul Durand, un artiste sourd qui réalise plusieurs décors pour ses pièces. Tous ensemble, ils participent à un répertoire très varié de pièces, allant du mime burlesque aux représentations visuelles (transcriptions visuelles, adaptations de textes, tel Madame Butterfly), en passant par les sketches, les pantomimes… Ginette Baccon reste influencée par les conséquences du Congrès de Milan qui ont dévalorisé la Langue des Signes : gênée par la "visibilité" de la Langue des Signes en extérieur qui lui semble "hors normes", elle préfère parler de transcription visuelle et de "théâtre mimique". Le mime est pour elle un retour aux "normes", et cela la rassure. Fervente adepte du mime, qu’elle trouve très riche et esthétique, elle le défend de toutes ses forces. Vers 1967, dans sa volonté de valoriser la communauté Sourde, et de prouver l’égalité de niveau par rapport aux entendants, Ginette Baccon décide de diriger une compagnie de danse folklorique pour sourds : elle a eu la fierté de pouvoir danser pour la première fois à la Salle des fêtes de l’Institut National des Jeunes Sourds de Paris. En 1970, la compagnie de danse folklorique de Ginette Baccon comprend une douzaine de danseurs sourds : Chantal Liennel, Joël Liennel, Victor Abbou, Jean-François Labes, Germaine Woringer, Yannick Bienfait, Brigitte et José Vazquez, Michel Octon… Ginette Baccon dans Oh France, Mon Pays, 1944 Archives Olivier Schetrit Certains d’entre eux se sont, par la suite, fait un nom en tant que comédiens sourds à IVT. La compagnie organise des tournées de plus en plus importantes dans toute la France et à travers l’Europe. Pendant ses cours, Ginette Baccon conçoit et dirige les chorégraphies pendant que Nelly, une danseuse entendante, danse avec les élèves sourds pour leur donner le rythme. La compagnie de danse folklorique existe pendant plus de dix ans. Ginette Baccon décède le 26 mars 2010 à l’âge de quatre-vingt onze ans. Ses œuvres• Madame Butterfly, joué et mis en scène par Ginette Baccon, avec Aline Bascoul, décors de Paul Durand.• Oh France, Mon Pays, solo dansant mimique de Ginette Baccon, 1944.• Spectacle dansant, 1935 : Ginette Baccon est déguisée en soldat. Le fond du décor est peint par Paul Durand. 51 Art’Pi !



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :