Art' Pi n°7H HS 2012
Art' Pi n°7H HS 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7H de HS 2012

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Art'Sign

  • Format : (220 x 297) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 10,5 Mo

  • Dans ce numéro : tricentenaire de la naissance de l'abbé de l'Epée.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
Peintres et sculpteurs, une gloire oubliée Peintres et gloire une sculpteurs, oubliée Aujourd’hui en France, peu de sourds brillent dans le domaine des arts plastiques (peintures, sculptures, dessins...). Mais cela a-t-il toujours été le cas ? Qu’en était-il au temps de l’abbé de l’Épée ? Les recherches sur l’Histoire des sourds en France datant seulement de vingt-cinq ans, les informations ciblées sur les artistes sont encore très minces. L’historien YannCantin nous fait part de ses découvertes. Autoportrait de Pinturicchio (Bernadino di Betto) Les élèves sourds suivant le cours de l’abbé de l’Épée Archives de l'INJS de Paris Le retard français Il semblerait qu’à la Renaissance (période de rénovation culturelle et artistique qui prit sa source en Italie au XVème siècle et se répandit dans toute l'Europe au XVIème siècle), les artistes sourds français soient peu nombreux. Le style artistique rayonnant à cette époque vient des italiens. Des artistes sourds, tel Cristoforo De Predis, enlumineur milanais (vers 1440- vers 1486) et Bernadino di Betto, plus connu sous le nom de Pinturicchio (1454-1513) se font largement connaître. En Espagne, c'est l'art baroque qui s'exporte, avec notamment le sourd Juan Fernandez Navarette, surnommé el Mudo (1526-1579). L'influence des artistes français est plus tardive. La France, sortant de la guerre de Cent Ans en 1453, posséde un art de style gothique démodé et ne découvrira la Renaissance italienne que dans les années 1470. Elle ne peut s’épanouir pour imposer son style que très peu de temps dans les années 1480-1550, avant de plonger dans les guerres de Religion (1562-1598). Les artistes français étant très peu connus, les artistes sourds le sont encore moins. Ce n’est qu’au XVIIIème siècle, avec l’arrivée de l’abbé de l’Épée (1712-1789), que l’on retrouve des traces plus significatives d’artistes sourds français. À cette époque, les sourds s’intégraient dans la société, bien plus facilement que d’autres minorités (estropiés, aveugles...). Les conditions de vie étant très dures, la pauvreté très répandue, si un sourd était capable de faire un métier, il le faisait. Le travail étant essentiellement manuel, les compétences physiques primaient sur le reste. De nombreux sourds devenaient ainsi agriculteurs, bouchers, artisans mais aussi sculpteurs, graveurs, peintres. Leurs œuvres ne revendiquaient pas leur identité Sourde ni l’usage de la Langue des Signes, comme on peut le voir maintenant. Ils faisaient simplement des tableaux et sculptures typiques de l’époque, dans le même style que les entendants. Leur objectif était avant tout de montrer qu’ils étaient capables de faire des œuvres de qualité aussi bien, voire mieux, que n’importe qui. L’abbé de l’Épée, en offrant une éducation gratuite aux sourds, leur permit de monter dans l’échelle sociale bien plus vite que les entendants. Claude-André Deseine (1740-1823), ancien élève de l’abbé de l’Épée, est le premier artiste sourd dont on retrouve précisément la trace. Il s’est fait connaître par ses sculptures et par son orientation politique en faveur de la Révolution. Page de droite Artistes sourds lors de l’exposition des Artistes Silencieux en 1912 commémorant le bicentenaire de la naissance de l’abbé de l’Épée. Archives de l'Amicale des anciens élèves de l'INJS de Paris Statue de l'abbé de l'Épée de Félix Martin dans la cour de l'INJS de Paris Dessin d'Auguste Colas Archives de l'INJS 22 Art’Pi !
23 Art’Pi !



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :