Art' Pi n°5 mai/jun 2012
Art' Pi n°5 mai/jun 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de mai/jun 2012

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Art'Sign

  • Format : (200 x 250) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,4 Mo

  • Dans ce numéro : interview Nicolas Cheucle.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12• Art’Pi ! • Avril-Mai 2012 Le fabuleux destin de... Quelles formations accessibles pour les Sourds ? Pour la danse : à Lyon, les Ateliers Desmaé À travers le dénominateur commun que représente le corps, les Ateliers Desmaé se veulent un laboratoire de recherche entre danse contemporaine et Langue des Signes, permettant l’échange et le dialogue entre personnes entendantes et Sourdes. www.ateliers-desmae.com Vanessa Ostalier Cette formation t'a-t-elle ouvert des portes ? À la fin de la formation, une chorégraphe, Kilina Crémona, m’a proposé de travailler la danse avec elle dans la compagnie des Ateliers Desmaé. Après réflexion, j’ai accepté. J’avais envie d'apprendre, de découvrir cet art ! Quel type de danse pratiquais-tu ? Je faisais de la danse contemporaine. C'était un énorme travail, très riche. La recherche sur le mouvement du corps, sur le rythme m'intéresse beaucoup. C'est toute une philosophie, en fait. En quoi est-ce une philosophie ? Kilina est une bonne professeur. Elle donne un travail intense sur le rythme, le corps. Elle parle toujours de l'importance du mouvement, des pas, du déplacement du corps dans les moindres détails. Je me rappelle, elle disait toujours que le corps c'est comme une voiture : les pieds, ce sont les pédales, ils font avancer le corps et la technique. Qu'en retires-tu ? Avant de commencer la danse, j'étais tout maigre. Mon corps était maladroit, gauche. Petit à petit, il a beaucoup changé. Je suis devenu beaucoup plus à l'aise, plus souple. Aujourd'hui, je suis plus calme, tandis qu'avant, j'étais bien plus nerveux. C'était une belle expérience, même si ce n'était pas toujours facile. Comment es-tu revenu aux arts du cirque ? Après cinq ans, j'ai senti que j'avais fait mon tour dans la danse. J’avais envie de revenir à ma passion. Depuis, j’apprends tout seul. Mais je rencontre beaucoup d'autres jongleurs, on échange des conseils, des tactiques. « J'aimerais réussir à rassembler les artistes de cirque Sourds à Toulouse pour partager notre art ensemble le temps d'une rencontre, d'un festival. « Y a-t-il différents types de cirque ? On pourrait dire qu'il y en a trois : le cirque traditionnel, le cirque moderne, et le nouveau cirque. Le cirque traditionnel, c’est Pinder, le cirque Bouglione, etc., avec
Nicolas en 7 dates 1984 Men in green, spectacle de rue avec la Compagnie Alchymère à Toulouse. À l'âge de quatre ans, il manipule déjà les objets. 2010 des animaux. Dans le cirque moderne, ils travaillent sans animaux, et uniquement avec le corps : acrobatie, voltige, etc. Celui que je préfère, c'est le nouveau cirque. Ici, on explore tout, avec tous les matériaux possibles, une table, une chaise... On peut faire tout avec n'importe quoi. Les différents arts se mélangent de plus en plus : danse/cirque, cirque/hip hop. On peut y ajouter du mime, de la magie... Le cirque recèle une richesse en possibilités de créations incroyable ! Depuis les années 2000, le cirque nouveau a beaucoup évolué. Il y a de nouveaux matériaux, comme les balles avec des lumières électriques à l'intérieur, par exemple, qui permettent de faire de nouvelles choses, d'aller toujours plus loin. Quelles sont les compétences à avoir pour se lancer comme professionnel dans les arts du cirque ? L'important, c'est la respiration. Il faut avoir une certaine rigueur avec soi-même, ne pas se laisser aller. Il est important de prendre soin de son corps : bien manger, bien boire, bien dormir. Et à partir de là, tout va bien ! (Rires) Qui sont tes modèles ? Un jongleur américain que j'adore : Michael Moschen. Il a fait un spectacle dans un décor de petite maison en bois, il jongle avec des balles en verre qui font des mouvements entre le sol et le toit. L'ensemble donne un rythme, une vraie musique visuelle ! Ça m'a scotché. Mon autre modèle, c'est mon plus grand professeur : Jérôme Thomas. Y a-t-il d'autres artistes de cirques Sourds en France ? À dire vrai, je n'en connais presque pas. Il y a un Sourd cambodgien qui étudie au Centre National des Arts du Cirque à Châlons-en-Champagne, en ce moment. Et je crois qu'à Bordeaux, il y a un jeune qui se lance aussi depuis peu. Et dans le monde ? Je connais des Sourds jongleurs en Norvège, au Maroc, aux États-Unis, en Angleterre, en Allemagne. Je suis en 1998 Premier spectacle avec des amis entendants, en France. 2011 Participe au projet Signstormavec des comédiens internationaux. Vanessa Ostalier 2003 Entre dans la Compagnie Kilina Crémona. 2011 Premier solo à la Convention de jonglerie à Saint André de Cubzac. 34ème Convention européenne de jonglage, grande ovation du public à Munich. train de réfléchir à organiser une première rencontre avec ces artistes l'année prochaine. J'aimerais réussir à les rassembler tous à Toulouse pour partager notre art ensemble. Qui sait ? À ton avis, pourquoi si peu de Sourds dans ce milieu ? Peut être parce que c'est difficile. Les gens n'y pensent pas forcément. Cela peut se développer petit à petit. Comme la danse, par exemple, avec Tobias Kramer, Sourd allemand reconnu professionnellement. Depuis, de plus en plus de Sourds osent se lancer dans la danse. Et quels sont tes projets à venir ? Depuis peu, je travaille avec deux femmes entendantes, l'une danseuse, l'autre qui fait du fil. On mène un laboratoire de recherche sur le cirque, avec la Langue des Signes. Je travaille pour la compagnie Signstorm, projet à échelle mondiale, composée de quatre Sourds et deux entendants. J’anime des ateliers de jonglage à Toulouse, ou dans d’autres villes aussi comme à Paris récemment, avec Atelier Forme de Bruits. En avril, j’ai été invité à présenter un solo de jonglage à Rochester (États-Unis), au 35ème festival de jonglage. Je vais aussi participer à European Juggling Convention 2012, cet été, en Pologne. PAULINE STROESSER PHOTOS DE JÉRÔME BOURGEOIS ET VANESSA OSTALIER Prochaine interview Franck "Icar" Picard Dessinateur 2008 Avril-Mai 2012• Art’Pi ! • 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :