Art' Pi n°4 fév/mar 2012
Art' Pi n°4 fév/mar 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°4 de fév/mar 2012

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Art'Sign

  • Format : (200 x 250) mm

  • Nombre de pages : 30

  • Taille du fichier PDF : 3,6 Mo

  • Dans ce numéro : je me sens artiste, pas artisan (Céline Hayat).

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Billet d'art L'art Sourd, AC’pi qui cela concernerait-il ? Si l'on part de l'idée que l'art Sourd existe, encore fautil comprendre qui cela concernerait et comment. Être Sourd et artiste sont-ils les seuls éléments pour créer Sourd ? Y en a-t-il d'autres ? Lesquels ? Comment ? Ce sont des questions dans le domaine artistique qui vont bien au-delà de la conception de déficience imposée par le regard médical. Arnaud et Christelle Balard Faut-il donner à voir l'identité Sourde ? Aujourd'hui, les artistes se retrouvent confrontés à un choix, à savoir donner à voir ou pas l'identité Sourde en public. Si l'artiste décide de ne pas mentionner sa surdité, l'œuvre est alors livrée au public sans notification particulière. Elle fait partie des productions artistiques contemporaines sans particularité ou ouverture d'interprétation spécifique. Certains artistes vont, eux, choisir de dévoiler leur surdité, mais vont créer des œuvres qui seront de la même ampleur que leurs collègues précédents. Rien ne distingue, là non plus, leur travail artistique de manière catégorique. Des symboles cachés, des codes, des allusions seront utilisés par l'artiste comme des clins d'œil, et c'est alors au spectateur d'identifier ou pas le message de l'artiste. La liberté est un pilier de la création Sans titre, Jacques Dormont (1914 - 2005, Belgique) L'éventail des actions pour l'artiste est très vaste, et il peut très bien, au gré de ses motivations, prendre telle ou telle voie pour créer. Donc attention à ne pas catégoriser trop vite. L'art est mouvant. Le cri sourd d'Arnaud Balard (2009) 8• Art’Pi ! • Février 2012 D'autres encore vont s'emparer de leur surdité comme un manifeste, et vont désirer partager leur particularité liée à leur expérience de la surdité. Soit pour partager leur vécu, soit pour dénoncer l'image de handicap dont on les stigmatise, soit pour faire valoir leurs convictions à travers leur art, soit tout simplement pour s'affirmer dans un monde artistique international inaccessible. Quant à certains, ils choisiront la voie de la métaphore et utiliseront des images puissantes, mais non décelables immédiatement par celui qui regarde l'œuvre. L'important à retenir, c'est que nous, tous artistes de par le monde, sommes liés par trois points communs fondamentaux : - la spécificité linguistique et culturelle partagée, - l'expérience Sourde*, - l'acte créatif. Certes, chaque artiste a son univers, et aucun n'est figé dans ses actes créatifs. Donc, chacun peut tout aussi bien décider que pour telle œuvre, il donnera à voir son expérience, alors que pour d'autres travaux, il ne le fera pas. « Pour servir l'art, mieux vaut suivre son avis, que celui donné par le bon ton » écrivait Marcel Proust, alors faisons-le vivre tous ensemble. * Le billet d'art du magazine Art'Pi ! N°3 (novembre 2011) explique la notion de Sourd.
Quoi de 9 ? SIGNES DE RUE Qu'est-ce qui fait un bon chansigne ? BRÈVES Marlène J'aime quand le chansigne attire le regard par la beauté des gestes, du rythme. Par exemple, j'aime beaucoup les interprétations de chansons françaises comme dans L'Inouï Music-hall ou les chansons pi-sourdes. C'est très poétique ! J'ai adoré aussi Signmark mais je me demande si on peut le considérer comme du chansigne... ou simplement du rap ? Auriane Il faut une structure de rythmes, des refrains et du silence (pause). Tout en restant dans le visuel en lien avec la Langue des Signes. Elisabeth Pour moi, la base d'un chansigne réussi, c'est "la lumière" qui sort de l'intérieur, qu'on voit illuminer le visage du chansigneur. Le visage, les yeux, le mouvement du corps doivent, par leur rythme, faire ressentir les émotions et les rêves. Surtout, la LSF doit être superbement maniée, tel un art ! Dominique C'est quand on voit une mélodie dans le gestuel et qu'on perçoit la musique. Isabelle L’été dernier, j’ai vu le concert Le bal des Variétistes, un groupe avec la chansigneuse Laëty Tual. Son corps, ses signes, ses gestes, ses mouvements, ses expressions du visage et son regard m'ont totalement éblouie. Je ressens les vibrations et j’entends des sons tout en comprenant toutes les paroles au rythme de la chanson... C'était un moment magique ! ! Bastien Un bon chansigne, ça fait "vibrer" les mains en toute aisance, le visage s'exprime de façon très visuelle et SURTOUT il s'agit de noétomalalier sans français signé ! Envie de voir des chansignes ? Allez sur la page Youtube de Delphine Saint Raymond. Si des vidéos manquent, vous pouvez lui faire signe ! www.youtube.com/user/delfichantsigne CATHERINE COINTE http://monde-catherinecointe.blogspot.com CARNAVAL Le 3 ème Carnaval de Sourds aura lieu le 31 mars à Modène (Italie). Des artistes internationaux seront présents. Parmi eux, Anthony Guyon (France) et d’autres suprises ! www.deafcarnival.com FACEBOOK Le groupe "Photographie Sourd France" propose à tout photographe amateur, professionnel d’y publier ses photos. Avis, échanges et conseils sont donnés entre les internautes. CINEMA Cinedeaf, le premier festival de cinéma Sourd à Rome, se tiendra les 3, 4 et 5 mai 2012. http://cinedeafroma.wordpress.com CLIP Un appel aux créateurs de clips de musique LSF a été lancé par le théâtre NTH8 (Lyon) et la Compagnie OnOff. Date limite d’envoi : le 1er avril. Voir les conditions sur la chaine youtube de la Compagnie. Vous avez envie de dévoiler votre talent de dessinateur… ? Envoyez votre strip à artpi.diffusion@gmail.com, si nous avons un coup de coeur, il sera publié. Février 2012• Art’Pi ! • 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :