Art' Pi n°3 novembre 2011
Art' Pi n°3 novembre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de novembre 2011

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Art'Sign

  • Format : (200 x 250) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : Margot Carrër.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
10• Art’Pi ! • Novembre 2011 Le fabuleux destin de... LE FABULEUX DESTIN DE... Margot Carrër Graphiste-illustratrice "J'aime ce qui est simple mais en même temps révèle beaucoup." Ogre, animal sans yeux, fillette carnivore, on pourrait croire que le monde de Margot Carrër ne se compose que de personnages issus des contes pour faire peur aux enfants pas sages. Mais lorsqu’on regarde ses oeuvres de plus près, on se rend compte que l’intention est bien plus profonde. Du haut du cinquième étage de son donjon, cette jeune artiste à l’avenir prometteur nous ouvre la porte de son univers. Quel est ton métier ? Graphiste, je travaille depuis un an dans une agence de communication visuelle à Paris. Pendant mes temps libres il m'arrive de réaliser des illustrations sous le pseudonyme de La Gotton. En tant que graphiste, je suis chargée de créer par exemple des identités visuelles. Qu'est-ce que cela signifie ? C'est une représentation graphique propre à une entreprise, les valeurs, l'activité et les ambitions de celle-ci. Cela se travaille sur la forme, le papier, la couleur, le texte et la typographie. Le but de mon travail est d'attirer l'œil du client à travers des supports graphiques comme les affiches, les flyers, brochures publicitaires ou institutionnelles. Enfin, tout ce qui peut exister en papier (en langage graphique, on dit "print"). Quelle est la différence entre le métier d’illustrateur et celui de graphiste ? L'illustrateur utilise son pinceau, son propre style, sa sensibilité sans barrières ni contraintes, dans un but commercial ou pas. C'est un artiste qui réalise des oeuvres plutôt personnelles. Tandis que le graphiste répond par son savoir-faire et sa personnalité à des commandes précises pour des entreprises. Comment est née ta vocation artistique ? Disons qu'elle est venue naturellement... Née dans une famille dont certains membres sont artistes dans l'âme, mon enfance a été marquée par tout ce qui est visuel : les livres, journaux, photos, films, etc. Je dessinais sans cesse. Je réalisais des minis bandes dessinées, des contes de fée le plus souvent. Je prenais des cours de dessin, de peinture et de sculpture. Mais c'est seulement après le bac que j'ai vraiment réfléchi à en faire mon métier. Au départ, je me suis demandée quels métiers je pouvais faire malgré ma surdité, car il y en a certains qui me semblent difficiles pour les Sourds. Et finalement j'ai décidé de profiter de mes compétences en dessin pour en faire mon métier. Quelles études as-tu faites ? Après le bac, j'ai fait cinq ans d'études supérieures artistiques, dont quatre à l'EPSAA (École Professionnelle Supérieure d'Arts graphiques et d'Architecture de la ville de Paris). J'en suis sortie diplômée en 2009. Illustrations du poème "L'Ogre" de Victor Hugo
Novembre 2011• Art’Pi ! • 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :