Art' Pi n°2 octobre 2011
Art' Pi n°2 octobre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de octobre 2011

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Art'Sign

  • Format : (200 x 250) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 6,4 Mo

  • Dans ce numéro : Thomas Potier.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
6• Art’Pi ! • Octobre 2011 Coup de coeur Switched at birth, la série qui cartonne ! Avez-vous imaginé parfois ce que pourrait être votre vie si vous aviez grandi dans une autre famille ? Je me suis déjà posée cette question. « Serais-je la même personne qu'aujourd'hui ? Peut-être aurais-je été plus maniaque ? Ou plus délurée encore ? ». Dans la série Switched at birth, Bay et Daphné découvrent à l'âge de 16 ans qu'elles ont été échangées à la naissance. Ce pourrait être une série comme une autre, emplie de rebondissements et d'histoires d'amour, de trahison etc. La particularité de cette histoire est que l'une des deux protagonistes est sourde. La première, Bay Kennish, a grandi dans une famille aisée, dans les quartiers chics. La seconde, Daphné Vasquez, sourde, vit avec sa mère et sa grand-mère, d'origine portoricaine. Elle n'a jamais connu son père. Sa mère tente tant bien que mal de gagner sa vie comme coiffeuse à domicile. À l'annonce de la nouvelle, passé le choc de ces révélations, les familles se découvrent et apprennent à se connaître. Leur rencontre va être doublement intense. En plus des différences sociales, la famille Kennish sera confrontée à la découverte du monde des Sourds, de la Langue des Signes. C'est l'occasion pour Daphné d'expliquer à sa nouvelle famille et indirectement aux téléspectateurs les différents enjeux et aspects de ce qu'est être sourd. Le débat de l'implant cochléaire y est inévitable ; sont aussi évoqués avec finesse les différents préjugés sur les Sourds. Sean Berdy, comédien sourd, interprète avec brio le rôle d'Emmet, meilleur ami sourd de Daphné. Ce n'est pas la première série où des personnages sourds sont interprétés à l'écran. Mais c'est l'une des rares fois où le scénario a vraiment su être fidèle à la réalité de la vie des personnes sourdes, sans entrer dans les clichés trop souvent véhiculés. Un seul bémol cependant, l'incroyable aisance d'Emmet à lire sur les lèvres tendrait à faire croire que tous les Sourds peuvent facilement comprendre de cette façon. Autre zone d'ombre, le style parfois un peu trop romancé, américanisé, peut en lasser certains. Mais on se laisse facilement happer par cette série qui aborde de nombreux aspects de la vie quotidienne de jeunes adolescents, qu'ils soient Sourds ou entendants, avec un brin d'humour et de morale. Pauline Stroesser À quand les prochains épisodes ? En juin dernier, cette nouvelle série a fait exploser les records d'audience de la chaîne ABC Family. Suite à la diffusion des dix premiers épisodes, la chaîne a commandé 22 épisodes en plus. Ils viendront à la suite des épisodes existants, soit une première saison à 32 épisodes ! La diffusion est prévue à partir de janvier 2012 sur ABC Family.
Katie Leclerc, sourde ou pas sourde ? Elle interprète le personnage de Daphné Vasquez, devenue sourde suite à une méningite à l'âge de 3 ans. Dans la vie, Katie Leclerc n'est ni tout à fait sourde, ni tout à fait entendante. Elle a la maladie de Meunière. Maladie rare, dégénérative qui touche principalement l'oreille interne et l'équilibre. Son audition peut être altérée, de manière provisoire ou durable. Katie Leclerc a appris la Langue des Signes à l'âge de 17 ans. Pour le rôle de Daphné, elle a dû apprendre à parler comme une personne sourde, avec les spécificités de prononciation. 3 questions à Marjolaine Boutet 1) L'histoire de la série Switched at birth est-elle inspirée du film d'Étienne Chatilliez La vie est un long fleuve tranquille ? MB : La série et le film partent du même principe (deux enfants échangés à la naissance), mais je ne pense pas que les créateurs de cette série connaissent le film d'Étienne Chatilliez. En revanche, les histoires de bébés échangés à la naissance, aussi rares soient-elles, ont beaucoup inspiré les soap operas et les téléfilms mélodramatiques destinés aux femmes. 2) Pourquoi selon vous, cette série a-t-elle connu un si vif succès aux États-Unis ? MB : Dans cette série, on retrouve beaucoup de choses qui parlent de la société américaine contemporaine : l'engagement dans l'armée de l'un des personnages, les inégalités entre les riches et les pauvres face au système de santé et à l'éducation, l'importance accordée au sport et, bien évidemment, les différences de culture entre Porto- Ricains et "Blancs", et entre Sourds et entendants. Tous ces éléments se mêlent dans des intrigues bien ficelées et surprenantes, campées par des acteurs qui croient à leur personnage et leur donnent profondeur et cohérence. Aussi, depuis le succès des Enfants du Silence (1986) qui a valu un Oscar à Marlee Matlin, les acteurs sourds sont régulièrement présents à la télévision américaine (plus qu'au cinéma) et font partie des "minorités" de plus en plus visibles. C'est donc sans doute le sujet de la "culture sourde" qui a séduit dans un premier temps, mais c'est ensuite la qualité de la série en elle-même qui a fait fonctionner le bouche-à-oreille et a attiré de très nombreux téléspectateurs. 3) Si on transposait cette série en France, avec la même histoire, cela pourrait-il fonctionner ? MB : Le souci de la représentation des minorités est beaucoup plus présent aux États-Unis qu'en France, et cela est vrai pour toutes les minorités, qu'elles soient "visibles" ou pas. La société américaine ne nie pas les différences et au contraire a plutôt une organisation "communautaire", voire "communautariste". Comme les Noirs, les femmes, les Hispaniques, les homosexuels, les Sourds ont mené leur combat depuis les années 70 pour faire reconnaître leur différence et accéder à plus d'égalité avec la majorité "entendante", sans renoncer à leurs spécificités culturelles comme la Langue des Signes. Aux États-Unis, on pense que c'est à la société et aux pouvoirs publics de s'adapter à la diversité de la population, par exemple de fournir des interprètes aux populations qui ne parlent pas anglais (c'est vrai pour les Hispaniques comme pour les Sourds). En France, la représentation des minorités à l'écran est très en retard, et la culture française est plus réticente à reconnaître les particularismes. Le cas d'Emmanuelle Laborit (Molière de la révélation théâtrale en 1993 pour l'adaptation française des Enfants du Silence) me semble beaucoup plus isolé que celui de Marlee Matlin aux États-Unis (qui est l'actrice sourde la plus connue, mais loin d'être la seule à avoir une belle carrière). Marjolaine Boutet est maître de conférences en Histoire contemporaine à l'Université de Picardie- Jules Verne, spécialiste de l'Histoire des États-Unis et des séries télévisées. Elle est notamment l'auteur de Les Séries Télé pour les Nuls (First, 2009), Vampires : au-delà du mythe (Ellipses, 2011) et Sériescopie (Ellipses, à paraître fin 2011). Octobre 2011• Art’Pi ! • 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :