Art' Pi n°2 octobre 2011
Art' Pi n°2 octobre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de octobre 2011

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Art'Sign

  • Format : (200 x 250) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 6,4 Mo

  • Dans ce numéro : Thomas Potier.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Emmanuel Dalais 18• Art’Pi ! • Octobre 2011 DOSSIER SPÉCIAL La Langue des Signes n’est pas internationale. Chaque pays a sa Langue des Signes, qui a évolué avec sa propre culture, sa propre histoire. Mais il existe une Langue des Signes Internationale qui permet aux Sourds de communiquer entre eux lors des voyages, rencontres sportives, culturelles, politiques, etc. Le festival Clin d'Œil et International Visual Theater, symboles phares de la culture sourde en France, connaissent depuis plusieurs années une situation financière instable. Nous avons présenté le festival Clin d'Oeil dans notre premier numéro. David de Keyzer, son fondateur, y dénonçait déjà le manque de soutien de la part des politiques et du gouvernement (voir Art’Pi ! N°1 Dossier spécial). Il avait évoqué la possibilité de devoir arrêter le festival par manque de soutien financier. "sourd " ou "Sourd" ? Le mot "sourd" porte un "S" majuscule lorsqu’il désigne la personne sourde comme appartenant à un groupe culturel, identitaire. Le "s" minuscule sera employé pour désigner l’adjectif. 6 000 visiteurs en trois jours La 5ème édition du festival, qui a eu lieu les 1er, 2 et 3 juillet derniers, a été un véritable succès. 6 000 visiteurs sont venus assister à l’événement. L'été passant, l'avenir du festival est resté en suspens. Chacun est retourné à sa vie, à ses préoccupations quotidiennes. Les choses auraient pu continuer ainsi, se tasser... Mais il a suffit d'une personne et de quelques-uns de ses amis pour empêcher l'inertie. Fan du festival dès ses premières heures, Sandra Recollon y a participé comme visiteuse et comme professionnelle. Elle est interprète en Langue des Signes Internationale (LSI).
Rencontre avec une jeune femme énergique qui ose s'indigner et a réussi à soulever un mouvement de soutien conséquent. « Quand j'ai été informée des difficultés rencontrées par le festival, j'ai estimé qu'il était de mon devoir de citoyenne et de Sourde de réagir. J’ai créé un groupe de soutien sur Facebook, un moyen de communication formidable auquel toute la communauté sourde adhère fortement. C’est une manière de dire notre solidarité à Cinésourd (ndlr : les organisateurs du festival) et de refuser d'assister à la disparition de NOTRE festival : NOTRE, car nous sommes tous responsables de ce patrimoine culturel. La mobilisation a pris de l'ampleur. Environ 130 lettres ont été adressées aux acteurs politiques de la ville, Cinésourd a pu obtenir des rendez-vous avec le député et le conseiller municipal chargé de la culture. Je resterai mobilisée afin que le festival ait lieu en 2013 comme prévu, puis les années suivantes. » Emmanuel Dalais Aujourd'hui, le groupe Facebook "Appel au soutien pour que NOTRE festival soit pérenne" compte 1 693 membres. Quelles solutions ? Suite aux envois des lettres, différents rendez-vous ont été effectués avec plusieurs représentants politiques. Une table ronde est prévue, afin de trouver des solutions pour un financement plus équitable et plus important entre les collectivités. Il serait même envisagé de déplacer le festival dans un nouveau lieu à Reims ce qui permettrait d’augmenter sa capacité en passant de 2 000 à 3 000 festivaliers par jour pendant les trois jours que dure le festival. Dominique Soucarre, membre de l'équipe de Cinésourd, témoigne : « Cette mobilisation a été une réelle surprise pour nous. Nous n'imaginions pas que cela prendrait une telle ampleur. Nous tenons à remercier toutes les personnes qui nous ont soutenues, pour leur courage, leur motivation. Cela montre bien à quel point la communauté sourde a soif de culture. Il y a un réel besoin pour chacun de pouvoir s'assurer de la continuité du festival, de l'avenir de la culture sourde. » LSI ? La Langue des Signes n’est pas internationale. Chaque pays a sa Langue des Signes, qui a évolué avec sa propre culture, sa propre histoire. Mais il existe une Langue des Signes Internationale qui permet aux Sourds de communiquer entre eux lors des voyages, rencontres sportives, culturelles, politiques, etc. Octobre 2011• Art’Pi ! • 19 Emmanuel Dalais



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :