Art' Pi n°1 jui/aoû/sep 2011
Art' Pi n°1 jui/aoû/sep 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1 de jui/aoû/sep 2011

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Art'Sign

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : Ace Mahbaz.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
par Pauline Stroesser Une super héroïne sourde dans la BD ! Connaissez-vous Daredevil, Spiderman ou Wolverine ? Ce sont ces supers héros qui sauvent le monde. Ils traversent les générations. Aujourd’hui encore, les enfants adorent Spiderman, Batman. Et il y en a plein d’autres ! Il n’y a pas longtemps, j’ai découvert une nouvelle héroïne, Maya Lopez. Et vous savez quoi ? Elle est sourde !!! Vous avez envie de connaître son histoire ? Son nom de guerre est Echo. Fille d’un bandit indien connu sous le nom de Cheval Fou, elle a hérité de la culture et de la philosophie des Indiens d’Amérique. Echo a la capacité de reproduire à la perfection tout mouvement qu’elle voit : danse, combat, sport, et même de la musique. Grâce à ses pouvoirs, elle devient experte dans de nombreuses disciplines et acquiert le statut de super héroïne. Les albums 51 à 55 de la série de Daredevil nous font découvrir le personnage de cette super héroïne, finalement Où trouver l’album ? Il n’est pas facile de trouver cet exemplaire. Néanmoins, on peut le dénicher dans certaines libraires, vendu à 16 €. Ou encore sur internet : www.imaginaute.com www.archonia.com Coup de cœur 8• Art’Pi ! • Magazine culturel plus humaine qu’héroïne mais tellement attachante. Le plus marquant dans ces albums, en dehors du fait que le personnage soit sourd, c’est la qualité, l’originalité des dessins et la beauté des mots. Avec grâce et subtilité, l’auteur évoque la vie de Maya et nous offre un tableau empli d’images et de poésie. Que ce soit grâce à la peinture, aux dessins crayonnés, ou à l’aide de collages, le lecteur entre dans un univers magique, bercé par les traits de pinceau et les mots de David Mack. On est captivé par ce genre particulier : les images sont superposées de manière complètement libre, les genres artistiques se mélangent et n’obéissent à aucune règle particulière. Le style narratif varie selon les moments entre la poésie, l’autobiographie et les contes et légendes. Il faut parcourir les pages tel un jeu de cache cache et trouver les mots cachés, les messages entremêlés aux images. L’auteur, David Mack, s’est fait connaître grâce à ce style novateur. Sa première bande dessinée, Kabuki, a eu un large succès. Jeune prodige de la bande dessinée, il reçoit à 27 ans l’Eisner Award (la plus prestigieuse récompense américaine en matière de bande dessinée). Cet album, pour moi, c’est comme une tarte à la framboise, mon dessert préféré : il faut se retenir de ne pas le dévorer d’un coup. Le saviez-vous ? Echo apparaît dans d’autres albums, mais n’en est pas le personnage principal. Rebaptisée Ronin, elle intervient dans les albums 11, 31 à 34, 37 à 39 de New Avenger, mais aussi dans certains albums de Secret Invasion. On la reconnaît grâce à la marque de la main blanche sur son visage. Pour consulter tous les albums où elle paraît, consulter (en anglais) : http://en.wikipedia.org/wiki/Echo_(Marvel_Comics)#cite_ref-19 C’est quoi Marvel ? C’est l’une des principales maisons d’édition de bande dessinées, qui diffuse des revues depuis 1939. « L’univers de Marvel » rassemble de célèbres supers héros, tels que Spiderman, X- men ou encore Iron Man. 3 questions à David Mack 1) En 1999 vous avez créé, avec Joe Quesada, le personnage de Maya Lopez, alias Echo. Comment avez-vous imaginé la conception de ce personnage sourd ? DM : Echo est la toute première histoire que j’ai écrite pour Marvel dans la série de Daredevil. Il fallait qu’elle soit un personnage qui pouvait comprendre Daredevil qui est un superhéros aveugle. Lui aussi doit rassembler des informations pour que son environnement prenne sens et ce de manière différente de la majorité des gens. Quand elle était enfant, comme elle ne pouvait pas entendre, Maya a dû étudier tous les indices visuels autour d’elle pour pouvoir décoder l’environnement qui l’entoure. Elle a vite appris à être une virtuose en reconnaissance de formes. Elle peut désormais identifier et répliquer toutes sortes de modèles visuels complexes. 2) Allez-vous faire d’autres bandes dessinées avec Maya Lopez ? DM : Oui. Je suis en train d’écrire une nouvelle série de Daredevil où elle apparaît dans l’histoire. Elle est aussi dans une bande dessinée qui est sortie cette semaine, appelée Moon Knight. J’aime ce que j’ai créé au début, en 1998, mais elle a été dans tant d’autres bandes dessinées depuis ce jour qu’elle a trouvé une réelle place d’héroïne dans l’univers de Marvel. 3) Avez-vous des conseils pour les jeunes qui veulent devenir dessinateurs et entrer dans le monde exigu des comics ? DM : J’ai commencé en écrivant ma propre histoire, appelée Kabuki. C’est grâce à cette histoire que l’on m’a offert le job d’auteur chez Marvel Comics. Mes conseils seraient : 1. Commence par faire ce que tu veux faire. 2. Finis ton projet. 3. Montre-le à des gens. 4. Recommence.
Magazine culturel• Art’Pi ! • 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :