Art' Pi n°1 jui/aoû/sep 2011
Art' Pi n°1 jui/aoû/sep 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1 de jui/aoû/sep 2011

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Art'Sign

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : Ace Mahbaz.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
par Pauline Stroesser À Turin, Londres, Berlin, Lyon et enfin Reims, Ace est partout. Difficile parfois de suivre sa trace. Mais il sème des indices. Sur la toile, sur papier ou sur scène, c’est un peu de lui qu’il laisse dans toutes ces villes d’Europe. Derrière sa barbe et son regard perçant se cache un homme plein de rêves et d’ambition. Vous présentez au Festival Clin d’Oeil 2011 la pièce MetroWorld, créée avec Rita Mazza, comédienne italienne cofondatrice de DAVANTI et Anthony Guyon, comédien français. Comment est née cette collaboration ? Nous avons rencontré Anthony lors du festival Clin d’Œil en 2007. Cela faisait quelque temps que l’envie de travailler ensemble nous taraudait. Anthony a sa propre compagnie à Lyon, la compagnie On/off et travaille au sein du Nouveau Théâtre du 8ème. Il nous a proposé de nous associer pour créer une nouvelle pièce en résidence au sein du théâtre, à Lyon. L’idée même de la pièce Metroworld a été imaginée bien plus tôt. C’était lorsque Rita et moi étions à Hong Kong, en janvier 2010. L’opportunité de la mettre en scène se présenta avec Anthony. Nous avons travaillé ensemble durant un peu plus d’un mois pour créer la pièce. Elle fut présentée pendant une semaine à Lyon, durant le mois de mai. Et maintenant nous voici à Clin d’Œil. Que vous a apporté cette nouvelle collaboration ? C’est la première fois que j’ai travaillé avec une si grosse équipe (régie lumière, son, interprète, etc). C’était vraiment enrichissant ! Nous étions trois metteurs en scène, et avons créé la pièce ensemble. Nous avons accompli un vrai travail de collaboration avec chacun ses spécificités à apporter. Nous nous sommes bien complétés. Autre nouveauté pour moi : le travail de transcription de la pièce. Nous voulions que la pièce soit bilingue (langue des signes française et français). Nous avons donc fait tout un travail de réflexion avec les interprètes pour apporter un meilleur confort possible aux spectateurs, qu’ils soient sourds ou entendants. Ace en 7 dates 25 Juin 1986 : Naissance à Téhéran (Iran). 6• Art’Pi ! • Magazine culturel Le fabuleux destin de... LE FABULEUX DESTIN DE... Ace Mahbaz Comédien « Il faut partager la culture entre les personnes sourdes en Europe, échanger, s’ouvrir mutuellement l’esprit ! » 1986 1996 À l’âge de 10 ans, Ace part vivre à Cologne avec ses parents. Pour qu’une pièce soit bilingue, il ne suffit pas de traduire la langue mais il faut aussi adapter les différentes cultures et leurs spécificités. Ce n’était pas toujours facile mais très intéressant. Comment êtes-vous devenu comédien ? Depuis tout petit, je suis intéressé, intrigué par le théâtre. Mais je pensais qu’il était impossible d’en faire son métier. Un jour, quand j’avais environ 14 ans, j’ai vu Giuseppe à la télévision. J’ai été émerveillé par sa performance en VV (Virtual Visuel). Giuseppe Giuranna et Marco Lipski (ndlr : deux célèbres acteurs allemands) étaient mes idoles. Je voulais faire comme eux. À l’âge de 17 ans, j’ai joué pour la première fois pour la troupe Le divan avec deux autres comédiens. Nous avons tourné dans toute l’Allemagne durant presque deux ans. Ensuite, je me suis davantage investi dans la poésie, les one man shows... Comme par exemple le spectacle Der Apokalyptische Mythos présenté avec Benedikt J. Feldmannau festival Clin d’Œil en 2007. Cela n’a pas trop mal marché, nous avons un peu tourné en Europe. Entre temps, j’ai un peu bougé entre l’Allemagne, l’Angleterre et l’Italie. J’y ai rencontré Rita Mazza. On a tout de suite bien accroché et nous avons créé la compagnie DAVANTI. Nous avons créé et interprété deux spectacles, dont une pièce, Amor Jr, avec Giuseppe Giuranna en 2009. Un rêve qui est devenu réalité ! 2003 Manon Valentin Première pièce de théâtre avec deux amis, The Divans. Manon Valentin 2006 2006 (Reims) à 2007 (Tour) : ACE & BENGIE Show, première tournée en Europe.
DAVANTI Créée en 2008, la compagnie DAVANTI est composée d’un noyau de comédiens : Rita Mazza et Ace Mahbaz auxquels s’ajoutent parfois d’autres comédiens, le temps d’une nouvelle pièce. Éclectique, DAVANTI souhaite explorer différents styles artistiques : théâtre, danse, poésie, Virtual Visuel, vidéo. Ouverte aussi bien aux Sourds qu’aux Entendants, la compagnie ne se rattache pas à un genre particulier. Mais veut avant tout faire cesser le terme réducteur de " théâtre sourd ". Voici le site internet pour plus d’informations, allez le voir ! www.davanti-theater.com Quel est votre regard sur la culture et l’art sourd en France ? Difficile de répondre, je ne connais pas beaucoup la France. Je connais principalement Paris, où je suis allé à l’International Visuel Theatre. C’était impressionnant de voir un théâtre qui existe depuis vingt ans ! Alors qu’ailleurs, dans d’autres pays, les choses émergent seulement. Mais il ne faut pas oublier que la culture française est de manière générale très forte. Il y a beaucoup d’expositions, de spectacles dans toute le France. " Pour qu’une pièce soit bilingue, il ne suffit pas de traduire la langue mais il faut aussi adapter les différentes cultures et leurs spécificités. " Et en Allemagne ? La situation générale est la même que partout en Europe : les choses évoluent doucement. Mais petit à petit les compagnies deviennent de plus en plus professionnelles. Même s’il n’y a pas encore de grosse structure officielle comme l’IVT en Allemagne, je sens qu’à l’avenir, les choses vont progresser positivement. On voit beaucoup de jeunes comédiens sourds de 20-25 ans qui émergent un peu partout. Tandis qu’en Angleterre où j’ai eu l’occasion de vivre quelque temps, il n’y a peut-être pas beaucoup de théâtre. Par contre, les Anglais sont très forts dans les films, dans le monde du cinéma. Vous avez vécu plusieurs années en Iran. Y a-t-il là-bas une dynamique artistique et/ou culturelle chez les personnes sourdes ? C’est surtout dans le domaine du sport que les Sourds participent le plus. Comme en Europe auparavant. Tandis que dans la culture, il n’y a pas grand chose actuellement. On va voir comment ça va évoluer. Vous savez, en Iran, on ne peut pas sortir du pays comme ça, voir ailleurs ce qui se passe. Il est donc difficile 2008 Il cioccolato, première création de la compagnie Davanti, présentée en Italie. 2009 Amor Jr., avec Giuseppe Giuranna. Ace joue avec son idole de jeunesse. de prendre du recul par rapport à sa situation, par rapport à soimême. Aujourd’hui, grâce à internet, quelques jeunes réagissent. Ils voient qu’ailleurs, les gens sont fiers d’être sourds, et cela leur fait prendre conscience. Certains cherchent à évoluer, à faire changer les choses. Le dessin est très présent dans vos œuvres. Est-ce par ambition professionnelle ou seulement par plaisir personnel ? Effectivement, depuis tout petit je suis un grand passionné de dessin. Enfant, je ne m’imaginais pas comédien mais dessinateur, je me voyais déjà exposer des tableaux... En grandissant, j’ai progressivement moins pratiqué, mais tout en gardant en moi cette intuition artistique. Aujourd’hui, je travaille en freelance comme designer. Je fais les décors des spectacles, les dessins de personnages... Je n’ai jamais suivi de formation ou autre pour ça. Je suis quelqu’un d’autodidacte, j’aime apprendre par moi-même, chercher sur internet ou ailleurs, m’efforcer à trouver les solutions, etc. Quels sont vos projets à venir ? J’espère que MetroWorld va tourner dans différents lieux en Europe. Il y a aussi d’autres projets de nouvelles pièces à venir avec DAVANTI. J’aimerais que la compagnie s’agrandisse, notamment avec des Sourds d’Europe. Pourquoi se cantonner à un seul pays ? Il faut partager la culture entre les personnes sourdes en Europe, échanger, s’ouvrir mutuellement l’esprit ! C’est ça dont j’aurais envie ! 2011 Metroworld à Lyon, une pièce de DAVANTI et de la compagnie On/Off. Manon Valentin Prochain interview Thomas Potier Styliste Magazine culturel• Art’Pi ! • 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :