Art' Pi n°1 jui/aoû/sep 2011
Art' Pi n°1 jui/aoû/sep 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1 de jui/aoû/sep 2011

  • Périodicité : irrégulier

  • Editeur : Art'Sign

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : Ace Mahbaz.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
par Pauline Stroesser Clin d'Œil Le festival en un Clin d’Œil 3 questions à David de Keyzer Comment a émergé l’idée de créer le Festival Clin d’Œil ? Lorsque j’étais adolescent, je suis allé présenter un spectacle à la Fête du Regard, qui a eu lieu en 1989. Il y avait aussi d’autres représentations ainsi que la célébration des 200 ans de la mort de l’abée de l’Epée et une exposition à la Sorbonne. C’était la première fois pour moi que je participais à un tel événement et cela m’avait vraiment marqué de voir une telle richesse de la culture sourde. Pendant longtemps il n’y eut plus aucun autre festival en France. De mon côté, j’ai commencé à travailler comme réalisateur, ai fait des courts métrages. Je suis allé à différents festivals de théâtre et d’art dans le monde (comme au Deaf Art Now ! en Suède, que j’ai beaucoup aimé). Mais le vrai déclic a été en 2002, lorsque je suis allé au Deaf WAY II pour présenter la pièce Hanna de Levent Beskardes. Il y avait énormément de monde, environ 40, 45 pièces ont été présentées ! ! C’était beaucoup plus riche, plus divers que ce que j’avais pu voir jusqu’à ce moment-là. Des personnes de nombreuses nationalités différentes, du monde entier était là. Parmi eux, beaucoup de grands artistes de pays d’Europe : Suède, Hollande, Danemark, Allemagne, etc... C’est là que je me suis dit : " Pourquoi ne pas utiliser ce potentiel pour organiser un événement européen en France ? ". Il n’y avait alors pas de festival européen de cette ampleur. Avec l’équipe de CinéSourd, nous avons décidé de profiter de l’année européenne des personnes handicapées en 2003, pour mettre en place un nouveau projet. Pourquoi ce logo ? Qui l’a créé ? C’est Coline Veith qui a créé ce logo. C’est une jeune femme entendante qui a fait ses études à l’école Gobelins. On cherchait ensemble un logo pour le festival, c’est elle qui a fait des propositions de ce bonhomme par croquis. Il m’a plu et elle l’a ensuite dessiné, mis en couleur... Je trouve qu’il correspond bien : il a de grands yeux, il est un peu particulier, voir bizarre.. Ni homme, ni femme, pas vraiment humain. Après coup, j’aime me dire que c’est un peu cet effet que le festival peut faire sur la ville de Reims... Pendant trois jours, des milliers de Sourds débarquent dans la ville, parlent une autre langue... un peu comme des extraterrestres ! ! (rires) 10• Art’Pi ! • Magazine culturel En s’inspirant de la fête du Regard, nous avons mis en place un week-end culturel au niveau national pour une première e fois. Il y avait tout de même trois artistes s étrangers invités : Lars Otterstedt, metteur en scène suédois, Con Melhum, réalisateur norvégien et Giuseppe Giuranna, a, comédien italien vivant en Allemagne. Il y a eu environ 400, 450 personnes. C’était t complet. Dans la programmation de ce week-end, il y avait un débat public sur le thème : " Quelles sont vos attentes, vos besoins en matière de culture ? ". Ce débat a été très riche, et évocateur. L’idée qui en est ressortie est qu’il fallait créer un festival, encourager, aider les artistes à se développer, à se faire connaître. C’est en 2005 qu’a réellement commencé le festival Clin d’Œil en tant que tel. Depuis cette date, le festival est à 80% autonome. Le reste est financé par la mairie de Reims, la Région, le Conseil Général. Le budget de ce festival est de 300 000, 350 000 euros. Mais en tenant compte de sa qualité et de son exigence, il pourrait être d’au moins 500 000 euros. C’est grâce aux bénévoles, aux entreprises et partenaires que nous réussissons à réaliser un tel événement. Dans deux ans, ce sera les dix ans de Clin d’Œil. Tu comptes continuer ? Sincèrement, je suis de moins en moins motivé… Ceci pour plusieurs raisons : Il y a d’abord l’aspect financier. Les prix ne cessent d’augmenter : la location, le matériel etc... Tandis que les subventions et partenaires stagnent. Cela va être très difficile d’aller plus loin car on ne pourra plus assurer la même qualité pour un même prix. La philosophie du festival, ce n’est pas uniquement la richesse culturelle mais aussi de mettre en valeur les artistes. Au cours des années, j’ai pu constater que 80% des artistes invités ne reviennent pas comme visiteurs les années suivantes. Il n’y a pas de réel support, soutien du festival, comme une sorte de dynamique permanente. Il manque des retours de la part des artistes. Le public aussi paraît moins motivé, moins réactif. Avec l’évolution technologique (portable, internet, facebook), les gens ont peut être moins besoin d’un tel événement. Par contre, l’aspect positif, c’est la participation des enfants. De 50 enfants, on passe à 120 enfants inscrits. Les ateliers pour enfants, ça marche bien. Il me semble que l’idée de délocaliser le festival dans un autre pays d’Europe a déjà été évoquée auparavant. Qu’en penserais-tu ? Ce serait difficile à réaliser car ailleurs, nous n’avons pas un réseau tel qu’ici : politiques, partenaires... Il n’y a pas les mêmes opportunités. D’ailleurs, l’équipe de bénévoles en elle-même est déjà européenne. Mais l’idée d’organiser un festival Clin d’Œil dans un autre pays, cela ne me semble pas possible. Cela impliquerait que je déménage là-bas pendant un an. Ce n’est pas faisable. Mais si d’autres personnes veulent organiser leur propre festival ailleurs, ils sont libres de le faire, au contraire je les encourage ! Et je suis partant pour leur donner des conseils et participer à l’organisation. Plus d'informations www.clin-doeil.eu
Dans les bureaux de Clin d’Œil … J-14 L’ambiance est frénétique, fenêtres et portes ouvertes, flyers, cartons qui s’empilent. Il est 18h passées, et presque toute l’équipe est encore là à s’affairer partout. Les agrafes qui s’envolent, les gens qui entrent et sortent, l’imprimante qui s’échauffe… Une atmosphère de travail intensif mêlée de douce folie règne. En fin de journée, l’équipe est épuisée… mais elle nous accueille avec bonne humeur dans leurs bureaux. Qui sont tous ces gens ? Que font-ils ? Venez découvrir " la fourmilière " du festival ! Coordinateur externe Responsable théâtre Responsable équipe interprète Fanny Maillot David de Keyzer Agenda Septembre 2010 Début des préparatifs en douceur (réservation du centre de Congrès, réservations des hôtels…). Janvier 2011 Coup d’envoi. À partir de cette date, six mois de travail intense pour l’équipe et ses collaborateurs extérieurs pour organiser le festival. 1er Juillet 2011 Lancement du festival.Et après ? ? Repos mérité pour les supers organisateurs ! Laurent Valo Responsable exposants et logistique Dominique Soucarre L’équipe à pleine vue Secrétariat, Interprète Ludivine Blondeau Chargée de communication atelier enfant Coordinateur interne Responsable planning Philippe Berthe « Mon bureau, on dit souvent que c’est le " terminus ", car c’est ici que toutes les informations, contrats, feuilles de route arrivent. » Responsable staff Claire Potier Pourquoi le nom "Clin d’Œil " ? L’idée de départ de ce festival est de proposer un événement artistique et culturel dans de nombreuses disciplines différentes : théâtre, film, danse, one-man-show, chansigne... En trois jours, le public peut voir une telle diversité de manifestations d’art en un clin d’œil. D’où le nom ! « Je suis arrivée ici par hasard, l’année dernière pour un stage de 3 mois, mais cette année je travaille depuis le début. Je suis à la com’mais en fait je fais un peu de tout ! » Lise Guillotin Isabelle Soucarre Le festival en chiffres 3 jours de festival 5ème édition 18 pays 80 bénévoles 129 artistes 1400 personnes attendues « C’est la première fois que je participe à l’organisation du festival. Avant, j’étais toujours venue seulement comme visiteuse. Et là, je me rends compte du travail énorme que ça demande ! » Magazine culturel• Art’Pi ! • 11



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :