Art de Ville n°68 jun/jui/aoû 2020
Art de Ville n°68 jun/jui/aoû 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°68 de jun/jui/aoû 2020

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Chicxulub

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : spécial covid, avancer masqués ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
artdeville - Édition chicxulub Société De Minneapolis à Béziers, interpellations létales À L'HEURE OÙ LA FRANCE ET LES ÉTATS-UNIS MANIFESTENT POUR DÉNONCER LES VIOLENCES POLICIÈRES ET LE RACISME LATENT CHEZ UNE PARTIE DES FORCES DE L'ORDRE, UNE RELECTURE DE L'AFFAIRE MOHAMED GABSI S'IMPOSE. LE 8 AVRIL, LE TRENTENAIRE MOURAIT SUITE À SON INTERPELLATION POUR NON-RESPECT DU COUVRE- FEU, À BÉZIERS. 8 Textes Prisca Borel - Fabrice Massé Photos DR Black lives matter. » C'est au nom de ces trois mots anglais que des milliers de citoyens français ont battu le pavé courant juin. « Black lives matter », pour « La vie des Noirs compte », fait suite au décès de George Floyd par asphyxie lors d'une interpellation musclée par la police de Minneapolis. Un drame US qui a aussitôt rouvert des cicatrices bien françaises : Adama Traoré, Cédric Chouviat, Lamine Dieng… Le mercredi 3 juin à Montpellier, ces noms ont rassemblé 5 000 jeunes sur la place de la Comédie ; la veille à Paris, ils étaient près de 20 000. Sur les pancartes pourtant, un oubli. Mohamed Gabsi. « Aidez-moi ! Ils vont me tuer » Mohamed Helmi Gabsi, en situation de grande précarité et atteint de troubles schizophrènes, est décédé le 8 avril dernier à l'âge de 33 ans suite à son arrestation par la police municipale de Béziers. Son délit ? Ne pas avoir respecté le couvre-feu imposé par Robert Ménard, maire soutenu par le Rassemblement national et réélu avec 68,7 % des suffrages dès le 15 mars. Là encore, l'interpellation est musclée. Depuis leur balcon, des voisins filment la scène. On voit un homme crier et résister, mais ici il ne manifeste pas de violence physique à l'encontre des policiers. « Aidez-moi, ils vont me tuer », hurle-t-il entre deux gémissements, avant d'être placé dans le véhicule à l'horizontale. Durant les quelques mètres qui séparent la scène du commissariat, un policier se serait assis « sur les fesses » de Mohamed Gabsi pour le garder immobile. Mais lorsqu'il est extirpé du véhicule, l'agent de police nationale qui accueille les municipaux leur fait remarquer que Mohamed est inconscient. Celui-ci lui prodigue alors un massage cardiaque, mais il est déjà trop tard. Syndrome asphyxique Trois jours plus tard, le procureur de Béziers, Raphaël Balland, ouvrait une information judiciaire contre X pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner » et pour « non-assistance à personne
en péril ». D'après les premières conclusions du rapport d'autopsie, Gabsi présente le même « syndrome asphyxique » que l'on retrouve chez Traoré, Chouviat ou Floyd. Le rapport constate également une « compression cervicale antérieure gauche par une surface large, ayant été prolongée et appuyée à l'origine d'infiltrations musculaires, fracture de la corne thyroïdienne et contusion du nerf vague ». Mais si la cause du décès ne peut être précisée avec certitude, Raphaël Balland appelle à la prudence, martelant le « contexte d'intoxication aiguë suite à une prise massive de cocaïne », comme le souligne aussi le rapport toxicologique. Des analyses complémentaires devraient être révélées d'ici la fin du mois de juillet. Mais pour Houda Gabsi, la sœur de Mohamed, ces quelques phrases « confirment la violence ». « Un peu comme George Floyd qui criait : “Je n'arrive plus à respirer”, Mohamed criait “Ils veulent me tuer” », poursuit Houda, qui s'est portée partie civile pour que « justice soit faite ». Dès le mardi 9 juin, famille, amis et associations se sont regroupés au sein d'un comité de soutien. Parmi eux, la Cimade, SOS Racisme, ou encore la Ligue des droits de l'homme (LDH)… « Le but est de soutenir la famille, mais aussi de montrer aux citoyens qu'il n'y aura pas de passe-droit. Ici, les citoyens ont souvent le sentiment d'une justice à deux vitesses et ce Photo issue de la page de profils Facebook de Houda Gabsi, sœur du défunt. 9 artdeville - Édition chicxulub



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 1Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 2-3Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 4-5Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 6-7Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 8-9Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 10-11Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 12-13Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 14-15Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 16-17Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 18-19Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 20-21Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 22-23Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 24-25Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 26-27Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 28-29Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 30-31Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 32-33Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 34-35Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 36-37Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 38-39Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 40-41Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 42-43Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 44-45Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 46-47Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 48-49Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 50-51Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 52-53Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 54-55Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 56-57Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 58-59Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 60-61Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 62-63Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 64