Art de Ville n°68 jun/jui/aoû 2020
Art de Ville n°68 jun/jui/aoû 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°68 de jun/jui/aoû 2020

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Chicxulub

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 64

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : spécial covid, avancer masqués ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
artdeville - Édition chicxulub Tristen : « Le Français underground est revenu à l'ordre du jour » SÉBASTIEN PASQUET, ALIAS TRISTEN, A DÉBARQUÉ À MONTPELLIER IL Y A QUATRE ANS APRÈS AVOIR ROULÉ SA BOSSE DANS LE MILIEU DU ROCK INDÉ PARISIEN. AUTEUR- COMPOSITEUR, BASSISTE, GUITARISTE, BATTEUR, PIANISTE… MI-POÈTE MI-COUTEAU-SUISSE, L'ARTISTE DÉVOILE UN QUATRIÈME ALBUM 100 % MAISON MÊLANT MUSIQUE POP ET CHANSON FRANÇAISE. INTERVIEW Propos recueillis par Prisca Borrel Photo DR u viens de sortir un 4 e album intitulé Les identités remarquables. Comment décrirais-tu ton style et tes influences ? Musicalement, ma culture c'est la pop et le rock indé. À Paris, j'ai été batteur et bassiste pour des groupes qui ont toujours chanté en anglais. Mais grâce à des musiciens comme La Souterraine, le français underground est revenu à l'ordre du jour, et aujourd'hui je me situe plutôt dans cette veine. C'est la langue avec laquelle j'exprime le plus de choses. Je me rapproche d'artistes comme Bertrand Belin ou Mathieu Boogaerts… Tu parles souvent d'un album « contemplatif ». Quel a été ton fil rouge ? Je n'ai pas eu de fil rouge… Hormis peut-être celui de me laisser porter par mes sensations et mes impressions. Avant, j'exprimais les choses de manière plus directe, là, je suis plutôt dans la suggestion. Les identités remarquables sont une référence aux mathématiques, une matière a priori aux antipodes de l'acte poétique. Mais je suis persuadée que l'ancien prof de math que tu es me contredira… Prof de math un jour, prof de math toujours ! J'ai fait des mathématiques jusqu'à la maîtrise, et je trouve qu'ils sont complètement poétiques. Dans le titre d'un de ses livres, Cédric Villani reprend une citation de Léopold Sédar Senghor : « Les mathématiques sont la poésie des sciences », et je me reconnais totalement là-dedans. Les mathématiques, ça va bien au-delà de ce qu'on apprend au lycée. C'est la liberté de créer, de se tromper. C'est une démarche très expérimentale et intuitive, exactement comme pour la musique. À l'université, je me 42 Musique souviens avoir ressenti des émotions devant la beauté de certains raisonnements mathématiques… Tu partages trois titres avec Bénédicte, ton épouse, dont « Orion va-t-en guerre ». Est-ce que ce sont des titres écris spécialement pour votre duo ? En réalité, je ne me souviens plus très bien du moment où cette chanson est devenue un duo… C'est plutôt : « Tiens, Béné, t'es là ? Essaie de faire ce chœur, essaie de me doubler ! » On avance à tâtons. Tu partages aussi un titre avec La Féline, qui a un sacré parcours également. Comment s'est fait le rapprochement ? Depuis le début, je suis super fan. On s'est rencontré sur une scène, on a partagé un même plateau à la Flèche d'or, à Paris. Et puis nous avons beaucoup communiqué sur les réseaux. Cette fois, lorsque j'ai commencé à chantonner le refrain de la chanson « Heureux les simples d'esprit », je me suis dit : « Tiens, c'est une mélodie pour Agnès. » Et elle a accepté. Mais comme elle était très prise, on a fait l'enregistrement à distance. C'est un duo 2.0… Dès la sortie, tu as eu les faveurs de nombreuses revues spécialisées. Le titre « Orion va-t-en guerre » a été programmé sur Fip et tu figures aussi dans le top 3 des artistes à écouter en 2020 selon le magazine Magic… Tout un tas de gens à la pointe en somme. Que ressent-on à l'écoute des premières critiques ? Ce que je ressens ? De la joie… Parfois je m'en fous, je suis déjà ailleurs dans ma tête, et en même temps je suis super flatté. Quand le gars de Magic me met dans un top, et que je suis entre Nicolas Godin, En attendant Ana et Octave Noire, qui sont des artistes que j'adore, je me dis que c'est bizarre. Qu'ils vont se rendre compte que je suis
un imposteur. J'ai un peu le syndrome de l'imposteur… Contrairement à ces groupes, tu fais tout de chez toi, à ta sauce, seul ou presque. De l'écriture au piano, de l'enregistrement à la basse. C'est une volonté de maîtriser toute la chaîne, ou un choix pratique ? C'est un peu les deux. Par moments, ça a été une nécessité, parce que personne sous la main… Mais quand je jouais dans des groupes, j'avais la chance de connaître la camaraderie. J'étais nourri par ça. Et aujourd'hui, j'ai à nouveau envie de me retourner vers les autres, de faire de la basse caché derrière un chanteur. J'imagine que la pandémie a perturbé tes premières dates… Oui, j'ai deux émissions de radio qui ont été annulées, sur radio campus et RFI. J'avais un petit showcase à Paris, et un concert à Victoire 2 reporté au 19 septembre… J'ai aussi été sélectionné pour le tremplin Orizon sud, à Marseille, mais on ne sait pas où ça en est. Depuis une dizaine d'années, j'ai l'impression que la situation s'est tendue. Il est devenu très compliqué de trouver des salles, et le Covid n'arrangera rien ! Alors lançons un appel, sait-on jamais : quelles sont les salles que tu rêverais de faire dans le coin ? Je ne connais pas encore toutes les salles, mais j'aimerais bien jouer au Rockstore par exemple (Montpellier) et au Chai du Terral (Saint-Jean-de-Védas)… n Pour écouter Tristen, rendez-vous sur le site tristenmusic.com. Pour un live, rendez-vous le 19 septembre à Victoire 2 dans le cadre des soirées « I love patio », et le 14 novembre à la Secret place, à Saint-Jeande-Védas. 43 artdeville - Édition chicxulub



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 1Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 2-3Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 4-5Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 6-7Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 8-9Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 10-11Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 12-13Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 14-15Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 16-17Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 18-19Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 20-21Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 22-23Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 24-25Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 26-27Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 28-29Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 30-31Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 32-33Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 34-35Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 36-37Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 38-39Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 40-41Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 42-43Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 44-45Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 46-47Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 48-49Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 50-51Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 52-53Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 54-55Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 56-57Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 58-59Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 60-61Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 62-63Art de Ville numéro 68 jun/jui/aoû 2020 Page 64