Art de Ville n°67 avr/mai 2020
Art de Ville n°67 avr/mai 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°67 de avr/mai 2020

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Chicxulub

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 54

  • Taille du fichier PDF : 17,1 Mo

  • Dans ce numéro : spécial covid, quand la ville s'évanouit en Occitanie.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
artdeville - Édition chicxulub 38
Texte Eve Scholtes Photo (voir crédits) Photographie Questions de fonds à la galerie du Château d’Eau de Toulouse L’AVENIR DU PÔLE PHOTOGRAPHIQUE TOULOUSAIN SEMBLE ASSURÉ DEPUIS SON PASSAGE EN RÉGIE MUNICIPALE LE 1 er JANVIER. MAIS UN CONFLIT OPPOSE LA MUNICIPALITÉ ET L’ANCIENNE ASSOCIATION GESTIONNAIRE, PLACÉE SOUS LE COUP D’UNE PROCÉDURE JUDICIAIRE. épilogue se fait attendre. Il concerne la propriété des collections du Château d’Eau avec, pour enjeu, leur sauvegarde en qualité de biens culturels publics. Si la pandémie de coronavirus chahute le calendrier judiciaire, l’audience programmée le 21 avril n’est pas reportée au moment où nous bouclons ce numéro. Elle concerne la procédure en redressement judiciaire de l’association « la Photographie Au Château d’Eau » (PACE), qui gérait la galerie depuis 1981 avant le passage de la structure en régie municipale. Ce serait l’ultime rebondissement d’un scénario dont l’intrigue connaît un regain de tension depuis l’arrivée de Jean-Luc Moudenc, à la mairie de Toulouse en 2014. L’écriture puise dans l’économique et le social d’une part, dans le juridique et le politique d’autre part. Mobile de la discorde : les collections acquises par PACE au cours de son mandat de gestionnaire ; des biens dont chacune des deux parties revendique la propriété. À qui les collections ? « Des biens financés depuis vingt-cinq ans par la mairie de Toulouse et l’argent public par le biais de subventions accordées à l’association », justifie Francis Grass, en charge de la culture au Capitole. « Des biens qui appartiennent à celui qui les achète, quelle que soit la provenance des fonds, répond Denis Rouillard, qui préside l’association. Il faut l’accepter ; d’autant que les municipalités successives ont fait le choix de confier à une association de droit privé une mission culturelle de service public. » Une expertise établie dans le cadre de la procédure estimerait la valeur des collections à 1,8 million d’euros. Le Capitole proposerait d’en acheter une partie pour 100 000 euros mais PACE, par la voix de son président, conteste cette proposition et dénonce une tentative d’appropriation de ces biens culturels par la municipalité. Déclarée en cessation de paiements à l’automne, l’association a réagi en initiant aussitôt une procédure de sauvegarde. Objectif ? La protection de l’association et de son président ; le tribunal pourrait prononcer la liquidation de PACE si le paiement de la dette n’était pas honoré. La protection des œuvres également qui, dans l’attente du jugement, auraient risqué la dispersion si elles avaient été mises aux enchères. Politique culturelle et modèle économique La confrontation reste difficile, alors que chaque protagoniste souhaite que les collections restent au Château d’Eau par ailleurs. En cause, probablement, les trois années qui précèdent le passage en régie municipale de la structure. Francis Grass, pour la mairie, rappelle la nécessité d’agir pour assainir la gestion de l’association PACE et préserver le projet culturel porté par Jean-Luc Moudenc : valoriser l’œuvre de Jean Dieuzaide, photographe emblématique de la Toulouse décédé en 2003 et fondateur de la galerie municipale du Château d’Eau ; renforcer la notoriété du lieu comme pôle de production, de diffusion et de documentation photographique ; conforter la place de la Ville rose sur la scène de la photographie contemporaine. « Nous étions obligés de passer en régie, précise-t-il. Nous n’avions pas d’autre solution. » Denis Rouillard conteste, soulignant aussi les contradic- 39 Inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments historiques, le Château d'Eau est un bâtiment patrimonial incontournable de la ville de Toulouse. Capture d’écran www.galeriechateaudeau.org artdeville - Édition chicxulub



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :