Art de Ville n°67 avr/mai 2020
Art de Ville n°67 avr/mai 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°67 de avr/mai 2020

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Chicxulub

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 54

  • Taille du fichier PDF : 17,1 Mo

  • Dans ce numéro : spécial covid, quand la ville s'évanouit en Occitanie.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
artdeville - Édition chicxulub « Les Canadiens sont des gens obéissants » Gaï de Ropraz - Toronto, mercredi 1 er avril Dossier Covid-19 Comment ça va chez vous ? RACINES SUD, LE RÉSEAU DES EXPATRIÉS ORIGINAIRES D’OCCITANIE, A POSÉ LA QUESTION À SES ADHÉRENTS. COMMENT VIVEZ-VOUS LA CRISE DU CORONAVIRUS DANS LE PAYS OÙ VOUS RÉSIDEZ ? À CHAQUE PAYS SES PROPRES MESURES, ET LE CONFINEMENT N’EST PAS RESSENTI PAR TOUS DE MANIÈRE IDENTIQUE. Réalisé par Fabrice Massé Photos Envoyées par leurs auteurs 24 lors de mon arrivée la semaine dernière, après une visite médicale rapide à l’aéroport (détection éventuelle – sommaire, mais importante – du virus), j’ai appelé mon médecin généraliste traitant. Il était à son bureau et s’est proposé pour une vidéo-conférence. Me rappelant mes médicaments et les prescriptions qui les accompagnent en rapport avec mes genoux (légère arthrite), il a passé en revue mon dossier et s’est proposé de m’envoyer (en ambulance bien entendu) à l’hôpital pour une IRM concernant mon genou gauche, jambe d’appel au foot pour un droitier. Et toutes ces visites médicales se font sur une carte genre « Vitale » comme en France, à l’exception que l’on ne paye pas. Tout est pris en charge par le gouvernement. En même temps lors de notre vidéo-conférence, mon toubib bien aimé s’est enquis sur mes besoins de nourriture, mais également les masques, le gel et les gants qui se referaient à mes prochaines autorisations de sortie. À cet égard, il est fortement conseillé par de nombreuses directives officielles de maintenir un minimum de distance sécuritaire entre les personnes rencontrées. Tout autant, on propose les meilleures heures de visite aux supermarchés ouverts. Du reste, tous les habitants sont destinataires de ces prospectus qui précisent les heures d’ouverture et le pourcentage d’affluence aux magasins. n Au Canada, il n’existe aucune pénurie de quoi que ce soit. Si la restauration est momentanément fermée, si vous manquez d’aliments, si un besoin d’aide se fait sentir, il existe plusieurs services, dont un service général d’urgence spécialisé dans les livraisons à domicile. Vous réglez par carte de crédit et la Japon : « La propagation livraison se fait à votre porte, sans contact entre le client et le livreur. Si par le plus grand des hasards, vous n’êtes du virus reste limitée » pas porteur d’une CB, un service de la mairie se charge de vous nourrir de la même manière. La facture sera Robert Verdier - Tokyo, vendredi 3 avril acheminée, ou non, suivant votre situation pécuniaire, plus tard, après la période d’isolement. Le Japon est comme en lévitation. Il s’est Ce qu’il faut comprendre, c’est que les Canadiens sont toujours considéré comme différent mais des gens obéissants, respectueux des lois. Ils n’ont peutêtre pas connu la guerre, mais ils savent combattre. Et cas de Coronavirus date du 14 janvier, les là, il l’est vraiment ! Alors que le premier l’entraide est présente et solide. Ainsi toute la population suspensions de compétitions sportives (sauf des troisièmes âges, en particulier ceux qui vivent seuls, huis clos) datent du 23 février et malgré le est sous surveillance constante. Pour tout dire, le pays est cas si médiatisé du Diamond Princess, la vie continue, les préparé, et les pénuries sont absentes. À titre d’exemple, restaurants sont ouverts, beaucoup d’entreprises fonc-
tionnent comme d’habitude et la propagation du virus reste limitée par rapport à l’Europe et aux États-Unis. Peu de morts à déplorer mais, toutefois, une grande inquiétude : comment serait-ce possible que le Japon (et Taïwan) passe à côté de ce désastre ? La vie a ralenti : les gens qui ont une culture historique des mesures barrières (porter un masque, se laver les mains, se déchausser en rentrant dans une maison, distanciation sociale) s’imposent un « autoconfinement » avec beaucoup de prudence. Mais la grosse inquiétude est la « fracture générationnelle » du pays : certes, un bon nombre de cas de positivité vient de « clusters » hospitaliers, mais plus de 50 % des cas de positivité concernent des jeunes de moins de 30 ans qui semblent se moquer du virus ou vouloir le défier. Là est la vraie inquiétude : l’inconséquence des jeunes qui continuent à sortir, à aller au restaurant et même en boîte de nuit risque de mettre en danger le pays entier. Pour l’instant le gouvernement Abe [du nom de son Premier ministre, Shinzo Abe - NDLR] qui avait été le premier au monde, en février, à prendre des mesures (huis clos sportif, etc.) est timoré et n’ose pas décider le confinement « à la française » comptant sur le civisme de la population. Cela sera-t-il suffisant ? On verra bien alors qu’on arrive aux beaux jours où les incitations à sortir dans la rue seront encore plus fortes. Autre défi : la rentrée scolaire prévue dans quelques jours. Est-ce bien raisonnable de rouvrir les écoles avec les risques actuels ? Réponse là aussi sous peu. Dans l’immédiat, autoconfinement et télétravail sont de plus en plus les règles de vie. n NDLR - Mardi 8 avril, Shinzo Abe a décrété l’état d’urgence jusqu’au 6 mai et choisit le confinement partiel. 25 artdeville - Édition chicxulub



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :