Art de Ville n°65 déc 19/jan 2020
Art de Ville n°65 déc 19/jan 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°65 de déc 19/jan 2020

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Chicxulub

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 5,0 Mo

  • Dans ce numéro : dossier sur l'architecture d'avant-garde.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 28 - 29  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
28 29
artdeville - Édition chicxulub CLIC LIGHT, UNE INNOVATION LUMINEUSE 28 Face à l’engouement du produit présenté en 2018 au CES Las Vegas, les quatre fondateurs de la start-up toulousaine Road-Light ont planché sur un second dispositif adapté cette fois aux vélos et trottinettes. « L’intérêt du Clic Light pour la moto est de surélever les signaux dans le champ de vision de l’usager situé derrière. Pour les cycles, la télécommande déportée permet d’indiquer les changements de direction tout en gardant les deux mains sur le guidon », détaille MohamedAït El Hadj, diplômé d’un BTS en mécanique appliqué et automatisme industriel spécialisé dans le dessin 3D. Suite au lancement des deux lignes de production, la société Road-Light mise aujourd’hui sur une troisième version évoluée  : un modèle universel adaptable à tous les types de transport. En cours de brevet, le prototype devrait être présenté au CES en janvier 2020. « Cette offre plus globale est amenée à remplacer les deux dispositifs actuels. Nous avons été approchés par des distributeurs, revendeurs et fabricants de motocycles et cycles très intéressés par le projet », assure le président de Road-Light. Le nouveau Clic Light devrait être commercialisé entre 130 et 150 € . www.sas-road-light.com LE POT DE FLEURS-COMPOS- TEUR QUI EN JETTE ! Il fallait y penser, MohamedAït El Hadj et ses trois associés l’ont fait  : inventer un système lumineux, esthétique, destiné à améliorer la visibilité desEpluchures de fruits et de légumes, motards sur la route. Reproduisant de façon fleurs fanées… les biodéchets représentent encore le tiers de nos bacs à synchrone les signaux feu stop et clignotants d’une moto ou d’un scooter, le Clic Light se scratche sur ordures ménagères. Mélangés au toutvenant, ils pourrissent avant de finir à le dos du motard ou de son passager. Le principe est simple  : connecté au système de signalisation arrière du l’incinérateur. Une absurdité alors que deux-roues, un module fixe (un émetteur et un bouton décomposés, ces biodéchets produisent un engrais naturel comparable à de l’humus. Face à trois positions) communique en Bluetooth avec le module mobile que le pilote porte sur le dos. À la différence des vêtements à bandes réfléchissantes, le système pendant cinq ans sur une solution zéro déchet  : le pot à ce constat, quatre cop(a)in(e)s trentenaires ont travaillé actif attire particulièrement l’attention. Le dispositif de fleurs-composteur. intègre un feu de position, une fonction adapt-light « L’idée était de créer un objet intelligent, ergonomique régulant l’intensité des leds en fonction de la lumière (adapté à la contrainte de petits espaces) et esthétique environnante, l’auto reverse system pour indiquer que qui puisse stimuler la sensibilité écologique de chacun », le module mobile est porté dans le mauvais sens, et deux résume Louis Jamin, président de la start-up Transfarmers, bandes réfléchissantes de nuit. Testé en conditions incubée à Montpellier au Business Incubator Center et réelles par près de 400 motards et homologué CE, Clic à l’Agro Valo Méditerranée. Light est vendu au prix public de 179 € . Composé de matériaux naturels – contenant externe en
terre cuite fabriqué aux Poteries Amance, bouchon en liège hermétique provenant du Portugal –, le pot de fleurs-composteur allie le principe de lombricompostage à la culture des plantes, reproduisant ainsi le cycle de la nature. Il suffit, par exemple, d’introduire une peau de banane, les vers gloutons remplissent leur rôle et alimentent la plante. Aucune odeur, pas de moucheron, pas d’entretien… adopter un geste militant devient à la portée de tous. Avec ses formes organiques dessinées par le designer parisien Romain Cuvellier, le pot de fleurs-composteur a un look semi-artisanal très contemporain. Ne reste plus qu’à trouver la plante décorative ou dépolluante (éviter les plantes tropicales nécessitant beaucoup d’eau). L’été, on peut très bien mettre le pot en extérieur et planter un pied de tomate, du romarin ou de la sauge… en suivant le dicton de la start-up  : « C’est en transfarmant que l’on devient transfarmer ». À partir de 199 € . Livré avec un guide en papier recyclé. Commercialisation courant décembre. www.transfarmers.fr Design innovations régionales Texte Stella Vernon Photos DR KADREGA, LA CHAISE SCULPTURE Ami-chemin entre l’assise et la sculpture, Kadrega (en patois de l’Italie du Nord, cadrega veut dire chaise) fait partie de ces pièces intemporelles amenées à devenir un jour iconiques. Dessinée en 2007 par Huub Ubbens, le plus français des designers hollandais – qui vit à Montpellier depuis 2010 –, elle est enfin éditée par BBB Italia. C’est après avoir travaillé pendant sept ans comme directeur artistique d’Artemide que le designer virtuose de la lumière a imaginé Kadrega. « Après ces années, j’avais envie d’autre chose, explique Huub Ubbens. J’ai toujours été passionné par les chaises, mais je me suis fixé pour défi de dessiner un objet en bois de hêtre différent, à l’écart des modes. J’ai travaillé la question de proportions et d’échelle pour imaginer cette chaise à la croisée d’un tabouret avec ses dimensions particulières (hauteur 74 cm, largeur 53 cm, profondeur 48 cm). En 2008, je l’ai présentée à la maison Montina qui n’a pu investir pour la mettre en production. Onze ans plus tard, BBB Italia m’a proposé de l’éditer. » Empilable, légère et stable, Kadrega a l’allure aérienne avec ses pieds arrière élancés et affinés en forme de A. Les versions noir ou rouge laqué, très graphiques, ne manquent pas de capter les regards tandis que les deux finitions vernies (vert foncé et marron), laissant apparaître le veinage du hêtre, sont très élégantes, dans un esprit mobilier danois des années 50. Définitivement intemporelle. Prix HT  : 389 € ou 405 € selon la finition. Chez RBC. www.studioubbens.com A



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :