Art de Ville n°65 déc 19/jan 2020
Art de Ville n°65 déc 19/jan 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°65 de déc 19/jan 2020

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Chicxulub

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 5,0 Mo

  • Dans ce numéro : dossier sur l'architecture d'avant-garde.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
L’école de Monoblet (Gard), des architectes Yves Perret, Marie-Renée Désages et Fabrice Perrin. DR artdeville - Édition chicxulub Architecture C’est celle qui est en adéquation avec le potentiel de culture et les besoins. Alors, il y a derrière ce mot un aspect très largement positif. Les gens ont oublié cette étymologie. Or il y a urgence, on a besoin de bâtir et de rénover de manière écologique. Cela décrit la façon dont il faut qu’on bâtisse désormais. Peut-être que la formule a mauvaise presse, mais la notion de frugalité a vraiment un sens profond  : s’inscrire complètement dans une démarche qui consiste à maîtriser les ressources, les limiter au strict minimum… Ce n’est donc pas une norme… C’est un état d’esprit, dans la façon dont on conçoit les projets de bâtiment et d’urbanisme. Mais on n’a surtout pas envie que ce soit une norme. Par contre, la frugalité correspond effectivement à un certain nombre de principes communs à plusieurs architectes et bureaux d’études qui travaillent dans ce sens-là. La maîtrise des ressources est un incontournable. Ce sont les petites collectivités, les villages, voire les privés qui parviennent le mieux, semble-t-il, à passer ce cap. Comment l’expliquez-vous ? Principalement parce qu’à cette échelle-là, on a beaucoup plus de facilité à faire ce pas de côté. Dans nos métiers, on est fortement contraint, effectivement, par des normes et des réglementations et, souvent, pour aller plus loin, pour construire des choses à peu près correctes, on est obligé d’en sortir, de pas les respecter. Une philosophie qui ne médite pas l’arbre et le papillon, le fond du ciel et le hanneton, la roche, le sable et le champignon ne peut être une sagesse… Yves Perret 18 YVES PERRET Architecte, poète Pourquoi la biodiversité tient-elle cette place dans votre travail ? La question de compter le nombre de vers de terre, ça peut paraître une espèce de vision sciences naturelles. Mais ce n’est pas ça. C’est le fait qu’un enfant qui voit passer un écureuil a les yeux qui s’allument. C’est très important. Mon travail, c’est d’allumer les yeux des gens qui habitent et des gens qui fabriquent. Faire ce boulotlà est très important parce que sur les chantiers aujourd’hui, les gens regardent leur montre pour partir à 18 heures. Le travail a été tellement fragmenté. On leur demande de faire des choses sans intérêt, dont ils ne voient pas le sens. Plus personne ne veut être maçon. Si vous allez dans une classe, demandez aux enfants combien rêvent d’être maçon  : il n’y en aura point. C’est dramatique ! L’intelligence de la main est passée à la trappe, complètement dézinguée, désintégrée. Col blanc col-bleu, c’est chacun de son côté  : les bureaux et les ateliers. Les tâches en plus à l’intérieur des bureaux comme à l’intérieur des ateliers sont fragmentées  : moi, je tords une barre comme Charlie Chaplin, etc. ; ce n’est guère différent aujourd’hui. Cela s’est parfois un peu amélioré, mais pas dans la façon de concevoir les choses. Le rapport aux artistes sur les chantiers, quand il y en a un, c’est l’exception qui confirme la règle. On imagine que vous avez du mal à répondre aux appels d’offres lancés par des collectivités locales, dans la promotion traditionnelle. On bosse sur ces questions-là depuis trente-cinq ans. On en est à peine à faire nos premiers logements. Jusque-là, on s’y est toujours refusé parce qu’on considère que loger les gens ne peut pas consister à empiler des appartements les uns sur les autres. Habiter, ce n’est pas ça. On ne considère pas les habitants comme des usagers. Si on me traite d’usager, je considère que c’est une insulte, un affront. Je suis bien plus compliqué que ça, bien plus complexe, bien plus vivant. n
Ic: ! J.P.AITcfl= FABRIQUÉ EN FRANCE BÂTIMENTS MODULAIRES 3,4. PERFORMANTS architecturés F Fi -.11.1. Ii Fi r:mix FFI-117re TF la 04 F.513.22.54 ocreacgseiveaLcarnBUREAUX, CRÉCHES, BÂTIMENTS SCOLAIRES, PUBL ICS OU PRIVÉS. DEPUIS 2006



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :