Art de Ville n°38 fév/mar 2013
Art de Ville n°38 fév/mar 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°38 de fév/mar 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Chicxulub

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,8 Mo

  • Dans ce numéro : démocratie locale, environnement urbain, culture.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
« La danse classique c’est gracieux. La danse moderne c’est l’inverse. » « J’aime pas voir un squelette de poule. Ca me rappelle ma mère… » Nous musarderons en découvrant Montpellier à hauteur d’homme, puis nous arriverons au théâtre Tabard, dans le quartier des Beaux- Arts, où fin février Dagory nous fera partager son voyage et ses mots d’enfants pour cinq représentations exceptionnelles. En attendant, et pour reprendre des forces après l’exploit, nous boirons un coup fraternel, ou dégusterons une crêpe confectionnée par l’équipe. « Dans la forêt il y a des animaux : des loups, des renards, des sangliers, des faisans, des chevreuils. Dans la mairie il y a un portrait de Jacques Chirac. » Renseignements : Jean-Michel Dagory au 06 71 23 17 11 Kino Vous connaissez le mouvement Kino ? Le mouvement international de passionnés de micro-cinéma. Comme tous les ans, l’association Kino Montpellier fait son Kabaret International (du 18 au 29 avril 2013), soit trois sessions consécutives de marathon de courts-métrages (55hx3). Les membres montpelliérains vont ainsi avoir l’occasion de faire découvrir Montpellier à des kinoïtes venus du monde entier, une caméra à la main, pour partager ce moment fou qui consiste à réaliser des courts-métrages en un temps record. Les Montpelliérains sont avertis : la ville va bouger pendant quelques jours. On n’ignore pas que plusieurs kinoïtes sont représentés en festival, mais plus que des individualités, c’est l’action collective qui fait la richesse de l’association. Pour ceux qui souhaiteront nous rejoindre à l’occasion de ce Kino Kabaret, toutes les informations seront disponibles d’ici peu sur le site de Kino Montpellier. http://kino-mtp.fr/Tous les films réalisés lors du Kino Kabaret seront diffusés en salle, pour partager avec le plus grand nombre d’amateurs de courtsmétrages les fruits d’une rencontre internationale et d’une session de toute façon originale. Les dates de projections sont les 22, 25 et 28 avril au Centre Rabelais. Si vous souhaitez davantage d’informations sur cet événement, je me tiens à votre disposition jusqu’au 16 février et après le 30 mars au 06 67 17 31 01. Festival francophone du théâtre amateur Du jeudi 21 février au dimanche 24 février 2013 À La Grande Motte Le masque des Pyramides du Glac vous présente quatre jours du premier Festival francophone du théâtre amateur. Alors que de nombreux pays ont un festival de théâtre amateur francophone, la France manquait à l’appel. Le Masque des Pyramides du Glac (association grand-mottoise), en partenariat avec les fédérations françaises et étrangères de théâtre amateur (FNCTA et CIFTA) ont entendu les invites des troupes amateurs qui réclamaient ce genre de festival. Durant cinq jours, cinq troupes étrangères venant de Belgique, du Cameroun, de Monaco, du Maroc, de Suisse et deux françaises seront accueillies en résidence (hébergement, spectacles, visites, rencontre comédiens, public, auteurs). Tous les théâtreux pourront échanger, discuter, découvrir des partis pris, des mises en scène, des façons de travailler, grâce à des réunions et des rencontres avec les acteurs et les auteurs étrangers et français. Cette manifestation, entièrement organisée et menée par des bénévoles, a trouvé sa marraine, Amarande, qui retracera sa carrière de théâtre et de cinéma. Les premières francophonies du théâtre amateur, des rencontres de troupes, publics, auteurs, metteurs en scène, pièces de théâtre ; plus de 1000 personnes attendues sur les quatre jours ; tarifs dégressifs selon le nombre de pièces vues. Contact : Josie Roque 06 11 89 34 52 www.lemasquedespyramides.com + de 400m 2 la meme dedies convivialite au BIO et toujours 6
Où trouver artdeville ? Liste des dépôts non exhaustive sous réserve de changement Miles Hall : Edge n Montpellier Office de tourisme Conseil général Mairie Librairie le Grain des mots Fnac (forum) Carre Saint-Anne IUFM Ecole d'architecture Cafétéria CNRS Rest. le Trinque Fougasse Maison de la démocratie Agence de l'énergie Archives du monde Théâtre des 13 Vents Centre chorégraphique Virgin Club de la presse Pavillon populaire Théâtre de la rampe Théâtre la Vista Théâtre de l'université Café la Pleine Lune Domaine d'O Ardec Maison pour tous Malbosc France3 Dell Maison pour tous Mercouri Salle prof univ. Paul Valéry Ird Drac Rectorat Carre Rondelet Le trinque fougasse Parking Corum Parking préfecture Parking marché aux fleurs Parking arc de triomphe Parking Comédie Aperto Iconoscope Musée Fabre Frac Jam Boulangerie St-Lazare Bar Les Super Vedettes Librairie L’ivraie Cinéma Utopia Cinéma Léo Malet IRTS Maison pour tous Mosson n Lattes Théâtre Jacques Cœur Musée d'archéologie Mairie Médiathèque n Mauguio Mairie Médiathèque Com. de communes n St Jean-de-Védas Mairie Maison des associations Chai du Terral n Grabels Mairie Maison des associations n Castelnau-le-Lez - le Crès Maison des jeunes L'aile du papillon biocoop Le pétrin d'Honoré Boulangerie Jean Moulin Zepétra n Frontignan Mairie Cinéma Le Mistral Centre culturel François-Villon n Sète Mairie Théâtre M. Image documentaire CRAC Médiathèque Miam Cinéma le Comœdia … > Et distribution bimestriellement sur la voie publique, rue de la Loge notamment. Exposition du 15 février au 6 avril 2013 Du mardi au samedi de 15 à 19 heures 14 rue Aristide Ollivier - Montpellier 09 51 30 27 01 Miles Hall est un artiste australien, résidant à Brisbane. A l’occasion de sa seconde exposition personnelle à la galerie, il présentera un ensemble d’oeuvres réalisées pendant sa résidence à la Cité Internationale des arts à Paris. « Depuis peu, j’utilise le polystyrène expansé (PSE) comme support de mon travail. J’essaye d’exploiter ses caractéristiques physiques afin d’interroger les relations entre bords, couleurs et formes. Le PSE est actuellement utilisé dans de nombreux domaines industriels. Sa riche polyvalence permet de ne l’associer à aucun usage spécifique : c’est un matériau neutre, sans emploi distinctif. Dénué de toute noblesse, sa banalité me plaît : j’en joue, en le transformant en autre chose, autre chose de plus esthétique. Ce processus artistique, à la fois de destruction et de création, consiste d’abord à casser chaque panneau de PSE. En les fracturant, apparaissent de nouveaux bords, de nouvelles limites, de nouvelles formes, sans que je cherche à les contrôler ou à les prévoir. Le « geste » pictural s’inscrit donc physiquement dans le support au lieu d’être simplement peint sur la surface, comme le seraient des lignes ou des tâches. Ces nouvelles formes sont ensuite rassemblées par paires. De nouvelles relations s’établissent : les bords deviennent frontières, territoires de rencontre où se crée un nouveau dialogue entre lignes, couleurs et formes. Ce processus qui consiste à casser le support m’a permis de quitter le format rectangulaire si cher à la peinture. Les oeuvres sont conduites vers une direction plus sculpturale, incluant l’effet de relief. Les fragments de panneaux appariés sont alors interrogés au travers de la superposition de couches de couleurs qui rehaussent leurs formes. En utilisant un rouleau pour appliquer la peinture, je produis des rapports surprenants entre chaque couleur. Chaque couche crée une nouvelle rencontre chromatique ; une couleur appelle souvent l’utilisation d’une autre, établissant un dialogue entre chacun des deux fragments appariés ». Miles Hall, Paris 2013 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :