Art de Ville n°38 fév/mar 2013
Art de Ville n°38 fév/mar 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°38 de fév/mar 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Chicxulub

  • Format : (205 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 4,8 Mo

  • Dans ce numéro : démocratie locale, environnement urbain, culture.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
* Comédie du livre Comment parler des littératures du Maghreb ? L’étendue du champ embrassé par la 28 e édition de la Comédie du Livre s’avère immense et la tâche colossale. Cœur de Livres s'y attaque en poursuivant son cycle de rencontres consacrées au thème, malgré quelques remous. Par Géraldine Pigault Laurence Patri - photo DR 22
Derrière les lourdes portes de l’hôtel de Varennes, place Pétrarque, Laurence Patri dirige Cœur de Livres, l’association organisatrice de la Comédie du Livre qui se déroulera les 7, 8 et 9 juin prochains. Au beau milieu de volumes et catalogues minutieusement classés, sa mission cette année est de faire découvrir non pas la littérature d’un pays mais de cinq : « Ce n’est pas plus compliqué d’attirer les visiteurs avec la littérature arabe. Il est peutêtre moins évident d’identifier ces auteurs, pour le public, mais ces derniers sont importants au Maghreb », affirme-t-elle. En ce sens, afin de balayer le spectre extrêmement large de ces littératures, d’en jeter les bases, l’association maintient évidemment les rencontres mensuelles sises salle Pétrarque, au cours desquelles des spécialistes ont pris l’habitude de venir traiter des figures incontournables de l’histoire littéraire du pays invité. Une vulgarisation salutaire, qui permettra de mieux envisager les influences des auteurs contemporains présents en juin prochain, même si Laurence Patri concède qu’« il a fallu trouver des intervenants capables, grâce à leurs noms, d’attirer les lecteurs ». Ainsi, l’inoxydable Edmonde Charles- Roux s’est chargée, avec le verbe qui est le sien, d’inaugurer ce cycle de conférences, avec une présentation consacrée à Isabelle Eberhardt, le 17 janvier dernier. Pari réussi. La salle Pétrarque était comble et l’assemblée conquise par la flamboyante présidente de l’Académie Goncourt, dont on connaissait davantage les actions au cours du XX e siècle que ses deux essais sur les années africaines d’Eberhardt. Gageons que Kaoutar Harchi, élève doctorante à l’université Paris III, aura tout autant déplacé les foules en évoquant le poète algérien Kateb Yacine, le 14 février. Une volonté didactique Poursuivant sa visée pédagogique en amont de la Comédie du Livre, Cœur de Livres a donc renouvelé son partenariat avec l’Institut de recherche intersite en études culturelles (IRIEC), de l’université Paul Valéry, et continue d’éditer les livrets relatifs à chaque rencontre. Si cette année celles-ci ont démarré en janvier au lieu de novembre, réduisant ainsi le nombre d’auteurs abordés, Laurence Patri souligne une autre modification : « Les petites brochures que nous éditions ne seront désormais distribuées que le soir des rencontres et non plus dans les librairies de la ville, qui sont cependant dotées de flyers. » Un ajustement que certains regretteront puisque ces documents présentent l’auteur et son intervenant. Certes, la lecture du livret, très utile pour se familiariser avec ce qui va être développé une heure durant en la salle Pétrarque, l’est forcément moins a posteriori. Mais peut-on prétendre raisonnablement attirer de nouveaux auditeurs en réduisant les vecteurs pédagogiques ? Un temps extrêmement réduit, pour familiariser le public à une telle littérature Une Comédie à tout prix Un an avant les municipales, la tentation de voir un choix politique dans la désignation du Maghreb comme pays invité à la Comédie du Livre serait tentante. Un temps, les attraits de la littérature lusophone avaient été avancés, mais le Couchant l’a emporté sur la péninsule ibérique et provoqué, dans la foulée, le départ fracassant d’Etienne Cuenant, président de Cœur de Livres. Un événement embarrassant et surtout handicapant puisqu’il a fallu, dans l’urgence, désigner un remplaçant et maintenir le cap sans faire chavirer le navire, comme le confie à demi-mot Laurence Patri : « La démission d’Etienne Cuenant a été difficile pour l’association et ne pouvait qu’avoir des conséquences. Sa remise en cause publique du choix du pays invité a été embarrassante puisqu’elle a tendu nos relations avec la ville. Nous avons traversé une zone de turbulences, mais depuis la nomination de notre nouveau président, ça va mieux. » Présenté comme « fervent défenseur des librairies indépendantes », Serge Bourgeat, professeur de littérature à l’Université Paul Valéry, est depuis quelques semaines le président à la tête de Cœur de Livres. Soucieuse de préserver une entente cordiale avec la mairie, l’association se félicite aujourd’hui de l’arrivée de ce nouvel élément affable et dont on murmure qu’il fut élu par ses pairs à l’unanimité. Ainsi, demeurent cinq mois avant la manifestation. Un temps extrêmement réduit, pour familiariser le public à une littérature qui fit très tôt la part belle à la poésie et dont le roman surgit tardivement dans l’histoire. Aujourd’hui encore, de ce côté-ci de la Méditerranée, le Maghreb évoque faussement une tradition orale, et de nombreux Occidentaux assimilent tout au plus sa littérature à une résurgence des Contes de ma mère l’Oye. S’il faudra une énergie folle pour rattraper des siècles de méconnaissance des écrivains arabophones et en décrypter les mécanismes, Régis Pénalva, responsable de la Comédie du Livre, est plutôt optimiste : « On regarde ça de notre côté très occidentalocentré et ce sont justement nos propres défaillances qui sont responsables. La médiation va se faire très aisément et précisément, ce choix du Maghreb est judicieux car il peut amener des gens peu concernés par la Comédie du Livre, à s’y intéresser. » En effet, l’actualité inhérente au Maghreb pourrait bien pousser nombre de visiteurs à vouloir aller au-delà du traitement de l’information et se nourrir à la source, aller chercher plus loin les fondements de cette identité. Vu sous cet angle, le choix du « pays » invité apparaît donc plus que jamais pertinent. n www.coeurdelivres.fr 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :