Art de Ville n°37 déc 12/jan 2013
Art de Ville n°37 déc 12/jan 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°37 de déc 12/jan 2013

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Chicxulub

  • Format : (205 x 271) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,5 Mo

  • Dans ce numéro : des agriparcs aux fermes urbaines ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
coup Pas de de théâtre * institution à l’école d’art dramatique Depuis fin octobre, le rideau est levé : c’est le comédien et metteur en scène Richard Mitou qui succède à Ariel Garcia-Valdès à la direction de l’Ecole nationale supérieure d’art dramatique de Montpellier-Agglomération. Un choix de la ministre de la Culture Aurélie Filippetti et du président de Montpellier-Agglomération, Jean- Pierre Moure qui deviendra effectif au 1 er janvier Par Axelle Chevalier-Périer Si Ariel Garcia-Valdès rechigne à s’exprimer en ce moment charnière, c’est « pour laisser Richard s’installer ». L’homme cède toutefois qu’il ne part pas à la retraite et ajoute, mystérieux : « Comme tous les douze ans, je change de vie. » Véritable figure du 6 e art, en témoigne sa biographie (ci-contre), s’il n’a pas construit l’école de ses mains, il l’a créée de toutes pièces. Le théâtre était le parent pauvre du Conservatoire ; Garcia- Valdès a exigé un bâtiment à part, inauguré en 2002, et en a suivi la réalisation jusqu’à influer sur le volet architectural. Côté fonctionnement, il ose la révolution : « Lorsque j’étais étudiant ici, on nous fermait les portes à 18 heures, se souvient Richard Mitou. Dans l’apprentissage du théâtre, on peut avoir besoin de bosser la nuit. Nous avions volé les clefs et fait des doubles ; on allait répéter en cachette la nuit en enlevant l’alarme. » Grâce à Garcia-Valdès, l’Ensad est aujourd'hui accessible à ses élèves, de jour comme de nuit. L’homme est aimé. Au point que beaucoup semblent vouloir oublier son soutien controversé à Georges Frêche lors du « dérapage » sur les Blacks de l’équipe de France. Il avait alors cosigné un texte publié dans Le Monde avec entre autres René Koering et Jean-Paul Montanari : « Je ne me mêle jamais de politique, mais je défends totalement Georges Frêche », avait-il écrit. Icône païenne devant laquelle les étudiants passent chaque jour, un Molière trône dans le bureau de la direction. Il a été remis à Garcia- Valdès des mains de Gabriel Monnet, pour saluer « la qualité d'esprit au sein de cette structure » d'où sont issus, notamment, Céline Massol, Babacar M'Baye Fall, Mathieu Zabé, le rappeur-comédien marseillais Duval MC, Marion Aubert… A la sortie de l’Ensad, la grande majorité des élèves trouvent des débouchés dans le milieu. « Tous ne percent pas comme acteurs, concède Richard Mitou, mais ils deviennent metteurs en scène, auteurs, médiateurs culturels… » Exploiter le passé Loin d'un parachutage politique, la nomination de Richard Mitou à la tête de l’Ensad s’impose comme la marque d’une continuité dans la gestion de l’institution. Décision a été prise de ne pas faire tabula rasa et d’exploiter le passé : « Je vais travailler dans la continuité d’Ariel, en développant de nouveaux axes. Il y a déjà neuf ans que j’interviens au sein de l’établissement. Presque cinq qu’Ariel dit qu’il va partir et me parle de reprendre le flambeau. » L’acteur a longtemps hésité, répondant qu’il avait 40 ans et voulait jouer. Mais Aujourd’hui, s'il embrasse sa future fonction c'est aussi pour pouvoir embrasser son fils. « Il se trouve que depuis, j’ai beaucoup joué et que je viens d’être papa. Ce serait bien de rester un peu plus longtemps à Montpellier. » Avant même le début de son mandat, il a donc démarré les préparatifs de la saison prochaine. Pour tirer son épingle de la short list établie par l’Agglo et le ministère – quatre rivaux – il a fait valoir ses vingt ans de carrière d’acteur. « Je pense que la responsabilité pédagogique des écoles nationales de théâtre doit être donnée à des acteurs. » Selon lui, ces institutions sont trop souvent dirigées par des administratifs. « Pour accompagner le comédien dans son évolution, il faut l’entourer et connaître ce qu’il est en train de vivre », explique-t-il. Ouverture Au-delà de son aura d’artiste, c’est donc avec son projet pédagogique qu’il a conquis le jury. Son prédécesseur a bâti la maison, lui compte l’ouvrir sur son territoire et son époque. « Je vais d’abord développer le site internet, annonce-t-il. Ce sera un site sur l’école, 16
Page de gauche : Richard Mitou. Photo Fabrice Massé Ci-contre : La salle Molière, lieu de détente, tel un décor. Photo DR Au-dessous : Marion Guerréro répète avec ses élèves l’Opéra de quat’sous. Photo DR Ariel Garcia-Valdès son actualité, les élèves, leurs sorties dans d’autres structures. Mais aussi un suivi de leur carrière. » Représentations dans la région, mais aussi dans tout le pays, puis, à terme, l’accueil d’élèves de structures étrangères, « on a construit l’Europe des marchandises et des capitaux, si on veut construire celle des personnes, il faut qu’elles se rencontrent. » Un projet ambitieux qu’il a trois années, minimum, pour réaliser. Comme pour marquer son arrivée par un acte symbolique, l’un des premiers gestes de Richard Mitou en tant que directeur sera de renommer l’école en La maison Louis Jouvet Ensad. Un acte symbolique très frêchien qui témoigne en effet d'une certaine continuité. Jean-Marie Besset, directeur du Centre dramatique national de Montpellier, théâtre des Treize vents : « Richard Mitou est un grand acteur et metteur en scène local qui a su faire sa place au niveau national. C'était important pour prendre la suite d'Ariel Garcia-Valdès qui, lui aussi, est une référence dans le métier et avait porté très haut cette école. On se souvient de la consécration de sa carrière à Avignon en 1984. Maintenant, Richard Mitou doit travailler au rayonnement territorial de l'école. Je suis prêt à l'aider pour cela. » n Acteur et metteur en scène de théâtre, Ariel Garcia-Valdès commence sa carrière en 1968 aux côtés de Georges Lavaudant et entre au Centre national d'art dramatique des Alpes. Il incarne tour à tour Lorenzaccio, Edgar dans Le roi Lear, donne la réplique à Maria Casarès dans Les Revenants d'Ibsen et joue le rôle prestigieux de Hamlet. En 1984, il marque le festival d'Avignon par son interprétation de Richard III, mis en scène par Lavaudant, au Palais des Papes. A la suite de ce succès, il se consacre dans les années 1990 à monter des pièces entre Paris et Barcelone. C’est en 1998 qu’il prend la direction du conservatoire de Montpellier devenu Ecole nationale supérieure d’art dramatique. En 2004, en hommage à Carmelo Bene, Ariel Garcia-Valdès incarne à nouveau Richard III. La représentation devait être unique mais la pièce sera jouée plus de quatre-vingts fois. En 2006, il est l'inquiétant Valmont des Liaisons dangereuses, aux côtés d'Isabelle Huppert. Richard Mitou Il a étudié dans les conservatoires de Bordeaux en 1993 et de Montpellier de 1994 à 1997 et est à l'origine de plusieurs compagnies à Valence, Bordeaux et Montpellier : Gazoline, Asphal'Théâtre, Eclipse théâtre… Parallèlement, il poursuit sa formation à L'Atelier volant du Théâtre national de Toulouse Midi-Pyrénées, sous la direction de Jacques Nichet. Le public l'a apprécié cette année comme comédien dans Déjeuner chez Wittgenstein, mis en scène par Frédéric Borie. Parmi ses rôles-phares, on retiendra le monologue créé au théâtre Sortie Ouest, Radio clandestine et le rôle fascinant de Woyzeck dans la pièce éponyme, sous la direction de Jean-Louis Hourdin. Il s'est fait remarquer à la mise en scène pour Les Histrions de Marion Aubert, mais aussi pour son travail sur Les règles du savoir-vivre dans la société moderne de Jean-Luc Lagarce, ou encore au Printemps des comédiens, cette année, avec Les Numéros, cabaret, une pièce d'après les textes de Hanokh Levin. Depuis 2003, il intervient régulièrement à l'Ensad. 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :