Art de Ville n°36 oct/nov 2012
Art de Ville n°36 oct/nov 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°36 de oct/nov 2012

  • Périodicité : bimestriel

  • Editeur : Chicxulub

  • Format : (205 x 271) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,7 Mo

  • Dans ce numéro : Zaha Hadid, la "starchitecte" livre Pierre Vives, la Cité des savoirs et du sport pour tous.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
L’agenda EXPOSITIONS ELOGE DU THÉ ET DU VIN, CARNETS DE VOYAGE SYLVIE GOUSSOPOULOS ET CHEN SHI ZHE DU 13 SEPTEMBRE AU 31 OCTOBRE 2012 PRESS BOXING DAY des dessinateurs locaux interrogent le thème de la démocratie sur supports numériques DU 15 NOVEMBRE 2012 AU 31 JANVIER 2013 CONFÉRENCES, RENCONTRES, DÉBATS PERSPECTIVES À L’AMPHITHÉÂTRE un jeudi par mois pour une conférence, un débat, du cinéma, autour de l’architecture et de l’urbanisme, en écho à l’exposition en cours OCTOBRE 2012 À JANVIER 2013 RENCONTRE AVEC L’ÉCRIVAIN GILLES MORATON 28 SEPTEMBRE À 18H30 FAUT-IL AVOIR PEUR DE LA CHINE ? conférence de Jean-Luc DOMENACH 19 OCTOBRE À 14H30 RENCONTRES AUTOUR DE LA BANDE DESSINÉE CHINOISE avec Patrick Marty et Xu Ge Fei 31 OCTOBRE À 14H ET 18H30 SPECTACLES SUR INSCRIPTION CONCERT MATHIEU BOOGAERTS 16 JANVIER À 19H VISITE CONTÉE DES ARCHIVES PAR DES COMÉDIENS 6 OCTOBRE À 17H ET LE 27 OCTOBRE À 15H CINÉMA LA PLUIE ET LE BEAU TEMPS un film de Ariane Doublet France, 2011 24 OCTOBRE À 20H LE PÔLE EXPRESS un film de Robert Zemeckis 22 DÉCEMBRE À 15H ATELIERS NAVIGUER DANS LA MÉDIATHÈQUE PIERRESVIVES Apprendre à visiter le site internet, le catalogue en ligne et les services. LES MERCREDIS DE 15 À 16H DÉCOUVRIR LE SPORT À PIERRESVIVES 10H À 12H ET 14H À 16H D’OCTOBRE À JUIN L’ART ET LA MATIÈRE Atelier des Archives (calligraphie, papier, photo…). ZOOM ADOS ATELIER CRÉATION RADIO DU 3 AU 5 JANVIER DE 10 À 12H ET DE 14 À 16H Médiathèque ARCHI IN SITU LES MERCREDIS DE 14 À 16H (sauf pendant les vacances scolaires) À PARTIR DU 3 OCTOBRE Médiathèque DOFUS ARENA Jeux en réseau LES MERCREDIS DE 11 À 12H Médiathèque ZOOM ENFANTS LES MINI CLICS Découvrir des sites internet gratuits pour apprendre à vos enfants les couleurs et les formes, l’initiation à l’art, les jeux… LES MERCREDIS DE 10H À 10H45 Médiathèque HERAULT TRAIT LIBRE POUR LES ENFANTS Visite de l’exposition 28 NOVEMBRE DE 15 À 17H Médiathèque Gilles MORATON Jean-Luc DOMENACH La BD chinoise VOTRE VISITE PRATIQUE LE LIEU 907, avenue du Professeur Blayac à Montpellier pierresvives se situe à la jonction des quartiers Paillade, Alco, Malbosc et Celleneuve. Accès Tramway : arrêt Stade de la Mosson ou Halles de la Paillade (ligne1) CONTACTS Toute la programmation sur pierresvives.herault.fr - Mail : pierresvives@cg34.fr Tél. Accueil : 04 67 67 30 00 Archives départementales : 04 67 67 37 00 Médiathèque départementale : 04 67 67 36 00 SCOLAIRES Vous êtes enseignant et vous souhaitez faire découvrir pierresvives à vos collégiens. Chaque mardi et jeudi à 14h00 un atelier de deux heures (sur réservation) permet de découvrir l’exposition en cours ainsi qu’un atelier en lien avec l’architecture. Une découverte de toutes les activités du site est proposée sur une journée (sur réservation) tous les lundis. VOUS ÊTES UNE ASSOCIATION SPORTIVE Hérault sport vous accueille tous les mercredis de 9h à 11h pour vous conseiller, vous sensibiliser à des événementiels. UN ESPACE JEUNES CITOYENS À PIERRESVIVES Le Département de l’Hérault, en partenariat avec le Centre Régional Information Jeunesse (CRIJ) met à disposition des jeunes un lieu d’accueil, d’information et de documentation sur divers domaines : formation, emploi, transport, loisirs, logement, santé, droits, projets etc… herault.fr pierresvives.herault.fr
Editorial Pierresvives, pierres précieuses Trop cher, trop gros, pas le moment… Telles sont les principales critiques entendues sur Pierresvives, la Cité des savoirs et du sport pour tous – tiens, pourquoi pas des sports, au pluriel aussi ? Et en voilà une de plus ! Il y en a eu d’autres plus positives, dont une unanime : c’est un beau bâtiment. Zaha Hadid - Photo Fabrice Massé Sur le coût, chacun se renvoie la patate chaude. En pleine crise, les millions qui s’ajoutent paraissent indécents. Au point que certains, au conseil général, murmurent à l’oreille des journalistes leurs craintes sur d’éventuelles réactions hostiles de la population, et les invitent à « faire attention. » en modérant leurs critiques. Mais André Vézinhet, président du conseil général l’avouait lui-même, à la tribune. Ne disait-il pas regretter « ce dérapage des dépenses » évoquant maladroitement l’envolée du prix de l’acier pour le justifier. Car même si c’est vrai, ce seul poste n’explique pas tout. En dix ans, le prix de la tonne a quintuplé, passant de 100 euros à 500 aujourd’hui. A raison des 3 000 tonnes nécessaires à l’édification de Pierresvives, on peut estimer que la facture a pu passer de 300 000 à 1,5 million d’euros ! Les regards se tournent logiquement vers l’architecte, que le président, très diplomatiquement, épargne, si l’on peut dire. En conférence de presse, la question tombe néanmoins, inévitable : ne se sent-elle pas responsable du surcoût ? « Non, pas du tout », répond laconiquement Zaha Hadid. Plus tard, Stephan Hof, l’architecte associé au projet sera moins fair-play que le président. En aparté, il explique : « Il faut distinguer le prix de la construction et celui de l’opération. » Sous entendu, des études complémentaires demandées par le conseil général auraient peut-être pu être évitées. Zaha Hadid a proposé un projet sans savoir s’il était possible de le réaliser ! Sauf que précisément, comme s’étranglait un ancien professeur de l’école d’architecture de Montpellier : « Zaha Hadid a proposé un projet sans savoir s’il était possible de le réaliser ! C’est la première fois que je vois ça ! » D’où le premier appel d’offres infructueux (voir article page 10). Pourrait-on éventuellement reprocher au conseil général d’avoir été naïf ? Je ne sais pas. Dans ce genre de commandes publiques, l’inflation des coûts est très courante, comme le rappelait Midilibre, dans un article paru cet été, citant les nombreux exemples récents, dans d’autres villes françaises. Mais comment maîtriser ces dépenses quand on cherche l’excellence ? Evoquant son passage comme premier adjoint à la mairie de Montpellier, il y a quelques années, André Vézinhet se rappelle : « J’ai toujours vitupéré devant l’écart entre les estimations de départ et les coûts réels », constatant à chaque fois une « dérive ». Du surcroît, il y a dix ans, qui imaginait que la crise s’aggraverait à ce point ? Retournons plutôt la critique. Et si au contraire, le projet de Cité des savoirs et du sport s’était contenté de rester celui des archives départementales, confié à un talentueux architecte local – la ville n’en manque pas. Il aurait coûté cinq fois moins cher, selon une comparaison rapide avec le futur bâtiment des archives départementales du Gard, livrable l’an prochain. Ce dernier est trois fois plus petit pour des besoins moindres et il n’abrite pas l’office des sports du département. A Chicxulub, Mexique, se situe un cratère formé par la chute d’un astéroïde, il y a 65 millions d’années. Ce cataclysme serait à l’origine de la disparition des dinosaures et de 70% des espèces, et aurait permis l’avènement de l’humanité. chicxulub ass. loi 1901 1, rue fontaine du Pila St Gely 34000 Montpellier Tél. 09 51 43 85 62 - 06 88 83 44 93 chicxulub@free.fr - www.chicxulub.fr ISSN 1764 2884 - Dépôt légal à parution imprimé par Impact Imprimerie - St Gély-du-Fesc IMPRIM'VERT & PEFC/FSC Dans ce cas, les Pailladins côtoieraient aujourd’hui un beau bâtiment, certes, mais dont ils n’auraient que faire ! Qui s’intéressent aux archives ? Parions même certains d’entre nous se seraient offusqués des quelques dizaines de millions engloutis là, alors que la population locale dépasse les 50% de chômeurs. « Une provocation ! », aurait-on hurlé. Le choix qui a été fait, au contraire, mérite mieux. Eh non, il n’y a pas de raison de redouter plus la colère des habitants. Le hasard a voulu qu’une Irako-britanique de talent bâtisse la cité des savoirs et du sport pour tous à la Paillade et, de cela, les Héraultais peuvent être fiers. Mieux qu’un bel édifice, ils disposent désormais d’un centre culturel exceptionnel, à un endroit où, justement, la culture peine parfois à entrer. Pour une fois, disons-le, les Pailladins n’ont pas été oubliés. Et si le budget qui irriguera à terme un quartier neuf paraît encore exorbitant à certains, qu’ils y réfléchissent. Ce n’est pas si souvent que l’argent arrive à flots à la Paillade et qui plus est pour l’économie locale et la culture. Et le sport, donc. Au singulier. N’existerait-il qu’une culture sportive ? Celle du foot, de la compétition et de l’argent roi ? Et dire que certains réclament un nouveau stade ! n Fabrice Massé 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :