Argent & Patrimoine n°58 jan/fév/mar 2013
Argent & Patrimoine n°58 jan/fév/mar 2013
  • Prix facial : 9,90 €

  • Parution : n°58 de jan/fév/mar 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (180 x 280) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 70,3 Mo

  • Dans ce numéro : toutes les techniques pour protéger votre patrimoine en 2013.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
Argent & Patrimoine 2"'partie : Produits financiers et d'épargne 54 SCPI, mode d'emploi Les sociétés civiles de placements immobiliers (les SCPI) ont été sur la liste des meilleurs placements 2012, et continueront à l'être en 2013. Mais avant d'y investir son argent, il faut comprendre leur mode fonctionnement particulier. Pour un particulier qui souhaite investir dans l'immobilier sans nécessairement acquérir la totalité d'un bien, la SCPI est l'outil parfait, puisqu'elle permet de souscrire simplement à des parts, avec des montants variables. C'est un pro de l'immobilier qui s'occupe de gérer le portefeuille, par le biais d'une société de gestion (c'est également elle qui sera chargée de distribuer les revenus). Classification des SCPI On a pour principe de séparer les SCPI en deux grandes familles, afin d'assurer une certaine transparence fiscale. La première famille regroupe les SCPI dites classiques, qui investissent dans les immeubles de bureaux et les commerces, ceux-ci possédant un très bon ratio investissement/loyer. La deuxième investit dans des logements d'habitations, le plus souvent neufs. On parle alors de SCPI fiscales. Les SCPI ne sont pas soumises à l'impôt sur les sociétés, mais le revers de la médaille, c'est que chaque porteur sera imposé personnellement, sur les revenus des loyers, ou des sommes d'argent placées en trésorerie. Leurs avantages 2013 C'est le placement rêvé pour les épargnants qui ne veulent pas trop se mouiller, tout en restant actif dans leur façon d'investir, puisque Spécial fiscalité les revenus perçus sont réguliers, et les risques fortement mesurés. - Un accès pour tous : pas besoin de posséder des fortunes pour investir dans une SCPI. - On ne prend pas tous les risques : les partenaires étant nombreux dans une SCPI, il y a une répartition des revenus mais aussi des risques. - La gestion est confié à un spécialiste, pas besoin de se soucier de ses locataires, qui signent d'ailleurs le plus souvent un bail 3/6/9, ce qui permet de les conserver un certain temps dans le lieu loué, et donc de diminuer les périodes de vide. Leurs inconvénients 2013 Dans tout placement, il y a des risques, il faut simplement les connaître pour mieux les appréhender, et la SCPI, même en 2013 n'échappera pas à cette règle. - Se retrouver face à une mauvaise société de gestion, peu compétente ou victime de mauvais investissements. - Le placement, ou du moins sa valeur, n'est pas garanti, et en période de crise, un bien immobilier acheté au plus haut peut fortement baissé, sans que l'épargnant puisse y faire quelque chose pour éviter cette perte. - Même chose si il n'y a pas de locataires, diminution des revenus locatifs. Le porteur de parts est responsable, dans la limite de ses apports, c'est la même chose que dans une SARL.
ï m 1.'Financer son développement• ■ FUSACOM France, un expert en rapprochement d'entreprises Le Cabinet FUSACOM FRANCE est spécialisé dans le rapprochement d'entreprises et exerce un rôle important de conseil en acquisition par approche directe. La reprise d'entreprises et la croissance externe représentent 95% de son activité, ce qui permet au cabinet de se démarquer sur ce marché fusion/acquisition principalement orienté du coté des CEDANTS. iliale à 100% de la banque éponyme, BNP Paribas Développement accompagne et soutient le développement des moyennes entreprises françaises. Spécialisé dans le Capital Investissement, entre 0,5 et 10 m € par opération, BNP Paribas Développement suit trois principes : Lors de ces transactions, FUSACOM FRANCE met en exergue son savoir-faire, eu égard son appartenance à laC.N.C.I.F. (Chambre Nationale des Conseillers en Investissements Financiers) et au Réseau d'Experts en fusion/acquisition, ACCENT Normand (HN-BN), structure avec laquelle le Cabinet FUSACOM FRANCE travaille en réseau. Le cabinet collabore également avec des Clubs Repreneurs, implantés sur Paris et en région. L'objectif de Bruno BENOIT, Mergers Consultant de FUSACOM FRANCE, est d'accompagner ses clients en coordonnant les conseils parties prenantes lors de ces opérations : les banques, les fonds d'investissement, les avocats, les assureurs, les experts comptables... FUSACOM FRANCE, qu'il s'agisse d'opérations de croissance externe ou d'acquisitions d'entreprises, intervient dans les secteurs d'activité, tels que la fabrication, la distribution et les services. BNP Paribas Développement : un accompagnement durable en capital pour les PME• Une approche généraliste : la filiale intervient dans tous les secteurs, sur tout type d'opération (hormis l'amorçage)• Un accompagnement minoritaire dans la durée : le but est de conseiller le dirigeant, de s'adapter au calendrier de l'entreprise et au profil de l'entrepreneur sans s'immiscer dans la gestion.• Une proximité territoriale : des équipes d'investisseurs (25 professionnels) sont présentes dans toutes les grandes métropoles économiques françaises A ce jour, BNP Paribas Développement gère plus de 300 sociétés en portefeuille et a déjà réalisé 60 investissements depuis janvier 2012, dont 30 nouvelles opérations, représentant un montant total de 60 millions d'euros (100 millions investis en 2011). D'après Jean-Michel Gabriel, directeur général de BNP Paribas Développement, si le contexte de 2012 ne semble pas propice aux projets de développement ou de transmissions en raison d'incertitudes économiques, financières et fiscales, les entrepreneurs ambitieux peuvent tirer partie de la conjoncture actuelle. Chaque dossier fait l'objet d'un examen rigoureux, passant par plusieurs phases de traitement dans le cadre d'un calendrier précis : diagnostic de la situation existante, lettre de mission, ciblage des cédants potentiels en adéquation avec l'opération, analyse de la faisabilité du rapprochement, ingénierie financière, organisation des contacts, négociation et, phase finale, signature du protocole d'accord. Un exemple réussi de fusion/acquisition et de rapprochement d'entreprises ? Le rachat récent de la SA DUCORBIER MATÉRIEL organisé FUSACOM FRANCE pour un de ses clients. FUSACOM FRANCE MERGERS CONSULTANT Pour plus d'informations Tél. 02 31 36 16 18 info@bbenoit.com www.fusacom.com « En matière d'investissement dans la PME, il n'y a pas de bon secteur, ou de bonne entreprise, précise Jean-Michel Gabriel, il n'y a que de bons entrepreneurs. » BNP Paribas Développement s'adresse essentiellement aux PME (de 10 à 200 millions de chiffre d'affaires), où dynamisme, innovation et réactivité créent les conditions de la croissance. « Notre but est de créer de la valeur pour l'entreprise et pour l'actionnaire mais notre rôle est de soutenir le dirigeant, souvent seul » conclut Jean-Michel Gabriel. BNP PARIBAS DÉVELOPPEMENT Pour plus d'informations jean-m ichel.gabriel@bnpparibas.com www.entreprises.bnpparibas.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 1Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 2-3Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 4-5Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 6-7Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 8-9Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 10-11Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 12-13Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 14-15Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 16-17Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 18-19Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 20-21Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 22-23Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 24-25Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 26-27Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 28-29Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 30-31Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 32-33Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 34-35Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 36-37Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 38-39Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 40-41Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 42-43Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 44-45Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 46-47Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 48-49Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 50-51Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 52-53Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 54-55Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 56-57Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 58-59Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 60-61Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 62-63Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 64-65Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 66-67Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 68-69Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 70-71Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 72-73Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 74-75Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 76-77Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 78-79Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 80-81Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 82-83Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 84