Argent & Patrimoine n°58 jan/fév/mar 2013
Argent & Patrimoine n°58 jan/fév/mar 2013
  • Prix facial : 9,90 €

  • Parution : n°58 de jan/fév/mar 2013

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (180 x 280) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 70,3 Mo

  • Dans ce numéro : toutes les techniques pour protéger votre patrimoine en 2013.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
Argent & Patrimoine 1'partie : Guide fiscalité 18 La facture des revenus du capital Cette mesure est probablement celle qui risque d'avoir les conséquences les plus importantes pour les épargnants qui disposent de produits financiers autres que l'assurance-vie et le plan d'épargne en actions (PEA), pour l'instant épargnés. L'alignement des revenus du capital sur celle du travail, qui se traduit par la suppression du prélèvement forfaitaire libératoire, ou PFL (qui devient un acompte de 24% prélevé à la source) et son intégration dans les revenus, peut coûter cher. Pour les contribuables qui atteignent les tranches d'imposition supérieures à 30% (soit plus de 26.420 euros de revenus imposables par part) et touchant plus de 2.000 euros d'intérêts annuels, l'addition est salée. Par exemple, un couple avec deux enfants déclarant 260.000 euros de revenus d'activité, plus 40.000 euros d'intérêts, qui réglait 9.600 au titre du PFL en 2012, se verra imposer à plus de 15.500 euros sur les intérêts de ses placements. Charles et Héléne Mariés, trois enfants (4 parts fiscales) Revenu imposable : 60.000 euros Charges déductibles : 17.000 euros (salaire brut baby-sitter et femme de ménage) Impôts en 2012 : - 5.296 euros Impôts en 2013 : - 5.296 euros Pour cette famille, la nouvelle donne fiscale ne change rien. Ils ne sont pas concernés par le plafonnement du quotient familial (lequel touche les familles avec trois enfants gagnant au moins 95.671 euros) et ils ne dépassent pas le plafond de 10.000 euros des niches fiscales. Ils devraient payer 2.203,50 euros d'impôt sur le revenu, mais ils bénéficient d'un crédit d'impôt de 7.500 euros au titre de l'emploi d'un salarié à domicile. Résultat, grâce à ce crédit d'impôt, ils ne paient pas d'impôt sur le revenu et continuent de toucher un chèque inchangé de la part du fisc de 5.296,50 euros. Bernard et Jeannine Mariés, retraités Revenu imposable : 60.000 euros Dividendes : 5.000 euros Spécial fiscalité Patrimoine : résidence principale de 1,2 million d'euros, résidence secondaire de 300.000 euros. Portefeuille de titres : 100.000 euros Assurance-vie : 200.000 euros Impôts en 2012 : 5.769 euros ISF en 2012 : 3.780 euros Impôts en 2013 : 6.669 euros ISF en 2013 : 3.460 euros Ce couple de retraités paiera 900 euros de plus d'impôt sur le revenu en 2013, suite à la nouvelle imposition des dividendes. Le prélèvement forfaitaire libératoire étant supprimé, les dividendes seront soumis à l'impôt sur le revenu. De plus, si l'abattement de 400/0 est maintenu, celui lié à la situation de famille (3.050 euros pour un couple) n'existe plus. Ce couple doit donc ajouter 3.000 euros de dividendes à ses revenus 2012. Il possède un patrimoine imposable de 1,44 million d'euros - essentiellement sa résidence principale à Paris - et paiera 3.460 euros d'ISF en 2013.
Financer son développement ti• Family Business Group : des services haut de gamme dédiés aux clients privés -Cteta Business Group Créé il y a 8 ans par Frédéric Lucet, le Family Business Group intervient de façon indépendante en tant que spécialiste d'une clientèle spécifique et non d'une technique. Edmée Chandon- Moêt est présidente de Family and You, structure dédiée au patrimoine privé. Son leitmotiv : « Le patrimoine est capital : misez sur vos projets ». CORPAS fondé il ya 15 ans, la liberté de conseil est la raison d'être de la société de conseils financiers et patrimoniaux. Le rôle de Corpas consiste à rechercher et analyser le patrimoine dans le but d'identifier les points faibles et mettre en place des solutions adaptées en tenant compte de la notoriété du gestionnaire, de la pérennité de la performance et de la sécurisation de la gestion. Réunissant un ensemble de connaissances et de méthodes uniques, le FBG met son expertise fiscale, financière et juridique au service de grands clients privés. Expertise financière « Dans le domaine financier, nous conseillons nos clients en termes d'allocations (où et comment placer son argent) et nous leur proposons aussi une supervision financière pour qu'ils bénéficient d'une vision globale de leurs avoirs répartis dans plusieurs banques... le client est rassuré car nous maitrisons le même langage que les banquiers » commente Edmée Chandon-Moêt. Un plus : un secrétariat administratif privé Afin de répondre au mieux aux besoins de ses clients et leur apporter plus de sérénité, le Family Business Group a mis en place depuis un an, un service de secrétariat administratif privé : « C'est un véritable bureau privé à destination des clients qui décident, en toute confiance, de nous déléguer l'ensemble de la gestion administrative de leurs affaires courantes. Le client peut, bien sûr, se libérer de la « paperasse » mais il peut surtout se consacrer à l'essentiel ! » En complément de cette nouvelle activité, le groupe a également développé un service de conciergerie de luxe : « 14.41illla CLUB Gestion de patrimoine : comment agir en 2013 ? Ses activités englobent le conseil, le placement d'assurance vie, l'investissement immobilier et financiers, la prévoyance retraite, la défiscalisation. Pour les entreprises, Corpas met en place des offres collectives pour l'épargne salariale, la retraite complémentaire, les complémentaires santé ou aussi la gestion de la trésorerie, afin d'améliorer la rentabilité par rapport aux fonds de trésorerie. Parmi les atouts du conseil Corpas le suivi régulier et sur le long terme d'un même conseiller, indispensable dans le cadre de la gestion de patrimoine, ainsi que le conseil sur les comptes en titres vifs. Corpas considère ses clients comme des partenaires, il a donc été mis en place une rémunération à la performance. ■• Préconisations pour 2013 Pour plus d'informations Tél. 01 40 06 97 59 www.familybusinessgroup.fr www.fanni ly-pashnni na.fr Les préconisations de Corpas pour 2013 incitent à la réflexion sur les placements financiers en phase de retournement (obligations convertibles et actions sur grandes Capi). En ce qui concerne les zones d'investissement, Corpas recommande les pays à forte croissance ou bien très réactifs : les Etats-Unis et les pays émergents. A noter toutefois le potentiel important de l'Europe (actions). Corpas n'abordera l'immobilier qu'à travers la pierre papier (SCI ou SCIP), et les deux supports préconisés sont l'assurance vie et le PEA, afin de limiter la fiscalité. Enfin pour les entreprises, Corpas propose une gestion de la trésorerie active et suivie. Corpas Pour plus d'informations Tel : 01 42 54 25 12 38 rue de Berri - 75008 Paris www.corpas.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 1Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 2-3Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 4-5Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 6-7Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 8-9Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 10-11Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 12-13Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 14-15Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 16-17Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 18-19Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 20-21Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 22-23Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 24-25Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 26-27Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 28-29Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 30-31Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 32-33Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 34-35Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 36-37Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 38-39Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 40-41Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 42-43Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 44-45Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 46-47Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 48-49Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 50-51Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 52-53Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 54-55Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 56-57Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 58-59Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 60-61Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 62-63Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 64-65Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 66-67Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 68-69Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 70-71Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 72-73Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 74-75Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 76-77Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 78-79Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 80-81Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 82-83Argent & Patrimoine numéro 58 jan/fév/mar 2013 Page 84