Argent & Patrimoine n°57 oct/nov/déc 2012
Argent & Patrimoine n°57  oct/nov/déc 2012
  • Prix facial : 9,90 €

  • Parution : n°57 de oct/nov/déc 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (180 x 280) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 14,6 Mo

  • Dans ce numéro : 100 conseils proactifs.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 76 - 77  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
76 77
Argent & Patrimoine 5 ème partie : Placements & Patrimoine 76 de fonds que le marché immobilier. Le pierre-papier boursière, c’est-à-dire les SIIC, est-il plus risqué que l’achat d’un bien immobilier en propre ? Non. Le risque est même moindre car diffus ! La SIIC ayant un patrimoine riche et diversifié, l’exposition aux problèmes propres à un logement en particulier est moindre. Schématiquement, grâce à la SIIC, tous les œufs ne sont pas dans le même panier...• Mode d’emploi. Par quel biais un particulier peut-il investir dans une SIIC ? Depuis la fin 2011, les SIIC ne sont plus éligibles au PEA (plan d’épargne en actions). Impossible d’accéder à cet investissement pierre-papier via ce plan avantageux et très simple d’accès pour le plus grand nombre. L’alternative ? Passer par un intermédiaire (courtier en ligne, banque...) pour ouvrir un compte-titres. Cette formule se veut évidemment plus contraignante que la 1 ère puisqu’elle demande la signature d’un contrat, le paiement de droits de garde à l’établissement qui le tient... À savoir : l’un des grands avantages des SIIC, et non des moindres, a longtemps été la politique fiscale encadrant ce statut. Depuis le début de l’année 2012, à l’image de nombreuses niches fiscales, cet avantage a disparu. La fiscalité pèse désormais sur le montant complet du dividende. SCPI : simplicité et risque réduit L’engouement des Français pour les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI), ces sociétés qui achètent, avec des fonds recueillis auprès des particuliers par appel public à l’épargne, des immeubles et d’autres biens immobiliers afin de les louer, a atteint un niveau record en 2011. C’est ce qu’a révélé l’Aspim (Association française des sociétés de placement immobilier) en février 2012. La collecte des SCPI a atteint l’an dernier 2,78 milliards d’euros.• Le principe. Le fonctionnement de ce Le guide de l’immobilier type de pierre-papier est plutôt simple : les SCPI ont pour objet l’acquisition et la gestion d’un patrimoine immobilier qu’elles cherchent à valoriser au profit des détenteurs de parts. Les SCPI permettent aux particuliers d’investir dans l’immobilier à travers de titres et non directement en achetant un bien. Les immeubles sont placés en location, les investisseurs reçoivent une partie des revenus locatifs et les risques sont répartis sur plusieurs biens. Le couple rendementrisque est ainsi très attractif. En 2011, le taux de rendement annuel a été de 5,16% selon l’Aspim. L’avantage ? La SCPI permet aux investisseurs qui n’ont pas les moyens d’acheter de l’immobilier de profiter de tickets d’entrée moins importants afin d’acheter des parts d’immeuble ou d’appartement.• Mode d’emploi. Une SCPI peut être à capital variable, à l’image des Sicav (sociétés d’investissement à capital variable), mais aussi à capital fixe. Pour cette dernière, vous pouvez acquérir des parts lors du lancement initial de la SCPI ou lors d’une augmentation de capital en passant, dans les deux cas, par votre banque. Pour une SCPI à capital variable, vous pouvez acquérir des parts à tout moment. Comme vous pouvez en sortir à tout moment en revendant vos parts. À savoir : les SCPI Scellier ont fait les belles heures de ce placement pierre-papier grâce au dispositif d’incitation immobilière. Depuis le 31 décembre 2011 au soir, plus aucune réduction fiscale n’est accessible par ce biais. OPCI : plus souple et plus risqué que la SCPI L’organisme de placement collectif immobilier (OPCI) fait encore aujourd’hui figure de nouveau venu parmi les véhicules d’investissement immobilier. Selon l’Aspim (Association française des sociétés de placement immobilier), après 4 ans d’existence, la capitalisation du secteur
Argent & Patrimoine 5 ème partie : Placements & Patrimoine Les placements les plus accessibles Vers quels types d’investissement pierrepapier les particuliers doivent-ils s’orienter ? Les investissements les plus diversifiés sont par s’élevait déjà à 11 milliards d’euros l’été passé. « Ce qui en fait d’ores et déjà un vecteur privilégié d’investissement immobilier, parmi les foncières cotées et les sociétés civiles de placement immobilier », se réjouissait l’Aspim dans un communiqué en juillet 2011.• Le principe. Une part d’OPCI représente une fraction de portefeuille de titres de propriété immobilière, partagée par plusieurs épargnants. Des sociétés de gestion se chargent des opérations inhérentes à l’évolution de l’organisme de placement collectif immobilier. Un OPCI peut prendre différentes formes : - OPCI valeurs mobilières : il détient des parts de sociétés foncières cotées, des parts de sociétés non cotées et des parts d’immeubles. L’immobilier non coté doit représenter plus de la moitié de son actif ; - OPCI revenus fonciers : c’est un fonds de placement immobilier (FPI), sur le modèle des fonds communs de placement (FCP). Il est investi dans des immeubles, notamment d’immobilier d’entreprise, et non dans des sociétés cotées. Le fonctionnement de l’OPCI est bien plus libre que celui de la SCPI. Il est possible de vendre des parts à tout moment sans droit d’enregistrement. Les rendements peuvent donc être potentiellement supérieurs à ceux d’une SCPI. Les Sicav immobilières nature les « trackers » et les Sicav. L’avantage : ils permettent ainsi de répartir le risque tout en surfant sur les vagues boursières.• Le principe. La Sicav immobilière est tout simplement une société d’investissement à capital variable qui mise ses fonds sur des entreprises du secteur de l’immobilier. Le guide de l’immobilier Il s’agit donc de devenir actionnaire d’une société se spécialisant dans les entreprises de l’immobilier de bureau, dans l’immobilier particulier, dans les murs commerciaux... L’avantage ? Moins de frais que pour entrer dans une SCPI et l’accessibilité de ces Sicav via un assez grand nombre d’assurancesvie. Attention cependant : les Sicav sont par définition assez volatiles même si l’immobilier, valeur sûre, contrebalance cette prise de risque. Les « trackers » immobiliers Les « trackers » (ou ETF pour Exchange Traded Fund) sont des fonds ayant pour objectif de suivre l’évolution d’un indice boursier. Il existe ainsi des « trackers » suivant au plus près l’évolution du CAC 40. Il en existe aussi qui observe des courbes exactement inverses. La logique est sensiblement la même dans l’immobilier...• Le principe. Une société de gestion lance un « tracker » immobilier. Ce qui signifie que cet ETF suit l’évolution d’un indice immobilier. Ils se nomment Euronext IEIF REIT Europe, Euronext IEIF SIIC France, MSCI Real Estate, SWX IAZI Real Estate, FTSE EPRA... Entre autres. Chaque « tracker » a donc une orientation propre selon l’indice qu’il « copie ». À vous de décider si vous souhaitez parier sur l’immobilier français, européen, asiatique, américain... 77



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 1Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 2-3Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 4-5Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 6-7Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 8-9Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 10-11Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 12-13Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 14-15Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 16-17Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 18-19Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 20-21Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 22-23Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 24-25Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 26-27Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 28-29Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 30-31Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 32-33Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 34-35Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 36-37Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 38-39Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 40-41Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 42-43Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 44-45Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 46-47Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 48-49Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 50-51Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 52-53Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 54-55Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 56-57Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 58-59Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 60-61Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 62-63Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 64-65Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 66-67Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 68-69Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 70-71Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 72-73Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 74-75Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 76-77Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 78-79Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 80-81Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 82-83Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 84