Argent & Patrimoine n°57 oct/nov/déc 2012
Argent & Patrimoine n°57  oct/nov/déc 2012
  • Prix facial : 9,90 €

  • Parution : n°57 de oct/nov/déc 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (180 x 280) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 14,6 Mo

  • Dans ce numéro : 100 conseils proactifs.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 74 - 75  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
74 75
Argent & Patrimoine 5 ème partie : Placements & Patrimoine 74 Les modalités du « nouveau Scellier » dévoilées fin septembre À l’heure où nous mettons sous presse, les contours du futur dispositif n’ont pas encore filtré. Il s’agit uniquement de supputations. Seule certitude : une nouvelle mesure d’incitation à l’investissement locatif devait être dévoilée le 24 septembre, au moment de la présentation de la loi des finances pour 2013 par le gouvernement Ayrault. à investir dans l’immobilier locatif. Le principe ? À condition de parvenir à louer le bien immobilier neuf qu’il venait d’acheter, l’investisseur profitait d’une réduction d’impôt proportionnelle à son investissement pendant 9 ans. Le dispositif Scellier concerne encore jusqu’à la fin de l’année les logements BBC (bâtiment basse consommation) – lire aussi l’article précédent sur les aides toujours disponibles. À compter du 1 er janvier 2013, le Scellier, sous ces différentes formes actuelles, est terminé. Les professionnels de l’immobilier demandaient de longue date un procédé similaire pour l’année 2013. Ils ont eu gain de cause. La ministre l’a confirmé dans « Les Échos » du lundi 3 septembre : le Scellier sera remplacé par « un autre dispositif ». Un nouveau zonage Début septembre, l’arbitrage concernant les modalités d’application de cette mesure Fiscalité des plus-values immobilières : changements en vue Au rayon des nouveautés éventuelles annoncées fin septembre avec la loi des finances 2013 : une nouvelle fiscalité sur les plus-values immobilières. Actuellement, les plusvalues dégagées lors de la vente d’une résidence sont taxées à hauteur de 19%. La vente d’une résidence principale en est exonérée. L’exonération est progressive selon la durée de détention pour les autres biens immobiliers : plus vous conservez le bien longtemps, moins vous payez. La logique pourrait être inversée : moins vous gardez le bien, moins vous payez. Par ailleurs, un abattement supplémentaire pourrait être appliqué dès 2013. Objectif du gouvernement : inciter à vendre, à renforcer l’offre de logements sur le marché. Le guide de l’immobilier Des logements vacants plus fortement taxés Toujours début septembre, toujours Cécile Duflot... La ministre a annoncé que la taxe portant sur les logements inoccupés va être durcie. La vacance d’un bien se définit actuellement par le fait d’être inoccupé pendant 2 ans. Ce délai devrait être resserré. Et la taxe pourrait devenir progressive selon la durée de vacance. Toujours pour inciter à la mise en vente d’habitation disponible : des aides à la rénovation pourraient être créées. Encore une fois : les modalités devaient être dévoilées à l’heure de l’annonce de la loi des finances pour 2013, le 24 septembre. n’était « pas définitif ». La ministre du Logement glissait tout de même : « Plutôt que de s’appuyer sur l’ancien zonage, nous utiliserons un observatoire plus fin ». La définition de ce zonage était en cours, début septembre. L’Agence nationale pour l’information sur le logement (Anil) s’en chargeait en collaboration avec l’Observatoire des loyers de l’agglomération parisienne (Olap). L’ancien zonage limitait déjà l’aide fiscale aux investissements réalisés sur des agglomérations où la demande de logements était effective. À l’époque des dispositifs Borloo et Robien, des investisseurs se sont en effet retrouvés avec des biens qu’ils ne parvenaient pas à louer. Le zonage a pour objectif d’empêcher des constructions aux emplacements peu intéressants. L’avantage fiscal ne devrait par ailleurs plus se présenter sous la même forme. Le Scellier offre aux investisseurs une réduction d’impôt. Désormais, l’avantage fiscal devrait être imputé sur le revenu imposable. Une formule moins coûteuse pour l’État. Par ailleurs, selon certains professionnels du secteur, il était question de revoir très nettement à la baisse les plafonds de loyers, ceux de revenus des locataires et des prix de vente pour avoir accès à l’aide fiscale. Conséquences ? En l’attente d’une annonce plus détaillée, qui devait intervenir le 24 septembre, la plupart des acteurs du monde du logement, du bâtiment et de l’immobilier refusaient de s’exprimer sur la réforme à venir. Quoi qu’il en soit, cette mesure devrait profiter à l’ensemble du secteur. Le lendemain de l’annonce de Cécile Duflot, l’action du constructeur Nexity était en forte hausse.
Argent & Patrimoine 5 ème partie : Placements & Patrimoine Pierre-papier : l’immobilier à l’heure de la finance Investir dans l’immobilier sans contraintes, sans locataire et sans engagement à très long terme ? Le pierre-papier, c’est un investissement sur des valeurs immobilières. Un bon moyen de cumuler l’aspect rassurant de l’immobilier au côté grisant de la Bourse. Certes, la Bourse n’a plus la cote depuis la crise financière de juillet 2008 et encore moins en Europe depuis la crise de la dette et la chute de l’euro. Depuis, l’immobilier attire justement grâce à sa fonction de valeur refuge. « Investir dans la pierre », ce n’est pas spéculer, c’est un placement durable... Cette théorie a nettement repris du galon. Pourtant, les bonnes affaires, à condition d’être malin et perspicace, sont toujours légion sur les marchés financiers. Alors pourquoi ne pas allier immobilier et Bourse via un investissement surnommé de façon très imagé pierre-papier ? Plusieurs formes d’investissement De quoi s’agit-il ? Tout simplement d’un investissement immobilier qui n’est pas réalisé sur un bâtiment en particulier, mais qui se présente sous la forme d’actions de fonds d’investissement ou de sociétés. Il en existe différentes formules : les SCPI (sociétés civiles de placement immobilier), les SIIC (sociétés d’investissement immobilier cotées), les Sicav (sociétés d’investissement à capital variable) immobilières, les fonds communs de placement (FCP), « trackers » immobiliers et les OPCI (organismes de placement collectif en immobilier). Le guide de l’immobilier SIIC : l’immobilier en Bourse Pour investir sur des valeurs cotées, il faut parier sur une SIIC, dont le régime a été créé en 2002-2003. Une formule qui a vite eu du succès auprès des sociétés foncières puisque nombre d’entre elles ont rapidement adopté ce statut. Elles se comptaient au nombre de 41 en France début juin 2012. Parmi elles, des noms connus (Klepierre, Immobilière Dassault, Unibail-Rodamco Se, Icade...) et des noms plus évocateurs tels que SIIC de Paris. Plus concrètement ? La SIIC est une société ayant pour but d’investir dans un patrimoine immobilier, avec pour objectif principal de faire fructifier cette acquisition en le louant ou en le valorisant pour réaliser une plus-value. La particularité par rapport aux autres entreprises d’investissement foncier : elle est cotée en Bourse. Les revenus des actionnaires se présentent donc sous la forme de dividendes (ou en plus-value à la revente des titres). Et la période est plutôt propice. Ainsi, après avoir dégringolé en 2011, l’indice Euronext IEIF REIT Europe, qui marque les performances de l’immobilier en Bourse, a connu une très forte hausse depuis le 1 er janvier 2012 : +9,64% en termes de performance globale.• Le principe. Un placement risqué ? Comme pour tout produit coté en Bourse, la possession de titres de SIIC implique un risque en rapport à l’évolution des marchés. Avec de possibles fortes variations à la hausse... ou à la baisse, comme ce fut évidemment le cas fin 2008. Cependant, contrairement à d’autres placements boursiers, il s’agit d’un investissement intéressant sur le long terme car les titres suivent globalement les mêmes évolutions 75



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 1Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 2-3Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 4-5Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 6-7Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 8-9Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 10-11Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 12-13Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 14-15Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 16-17Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 18-19Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 20-21Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 22-23Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 24-25Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 26-27Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 28-29Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 30-31Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 32-33Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 34-35Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 36-37Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 38-39Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 40-41Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 42-43Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 44-45Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 46-47Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 48-49Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 50-51Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 52-53Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 54-55Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 56-57Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 58-59Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 60-61Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 62-63Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 64-65Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 66-67Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 68-69Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 70-71Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 72-73Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 74-75Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 76-77Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 78-79Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 80-81Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 82-83Argent & Patrimoine numéro 57 oct/nov/déc 2012 Page 84