Argent & Patrimoine n°56 jui/aoû/sep 2012
Argent & Patrimoine n°56 jui/aoû/sep 2012
  • Prix facial : 9,90 €

  • Parution : n°56 de jui/aoû/sep 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (180 x 280) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 23,5 Mo

  • Dans ce numéro : les bons choix pour gagner plus.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
Argent & Patrimoine 4 ème partie : L’investissement boursier 54 L’obligation, un placement serein Opter pour les obligations, c’est faire le choix d’un risque assez faible afin de toucher des revenus fixes et de récupérer un capital à une date connue d’avance. Dit brièvement, une obligation est un prêt négociable. Les investisseurs en obligations prêtent des capitaux à un État, une entité du secteur public ou une société. Très concrètement, cet instrument financier est une part d’un emprunt. Les obligations sont considérées comme des titres à revenus fixes : les investisseurs sont rémunérés par un intérêt (coupon annuel) et ont droit au remboursement du capital à l’échéance. À savoir : pour passer des ordres en Bourse et donc acheter ces titres, vous devez ouvrir un compte titres auprès d’un intermédiaire du secteur de la finance. On distingue 3 principaux types d’obligations : - à taux fixe : le montant du coupon est fixé lors de l’émission de l’obligation. Dans ce cas, pour 1.000 € investis, avec un taux fixe de 5% et une échéance de 5 ans, l’opération vous rapporte 50 € chaque année avant de retrouver vos 1.000 € au terme des 5 ans ; - à taux variable : la rémunération varie selon les taux du marché ; - indexées : le montant du capital remboursé à l’échéance varie selon « l’évolution de la valeur d’un sous-jacent déterminé contractuellement », lit-on sur une fiche de l’Autorité des marchés financiers (AMF). La très grande diversité d’obligations demande une grande prudence avant d’investir. Pour un placement serein, mieux vaut opter pour le taux fixe. Attention tout de même à la solvabilité de l’émetteur d’obligations. Mieux vaut vous assurer de sa capacité à faire face à ses engagements. Le guide des placements Agences de notation : un rôle crucial Les risques de crédit sont notés par des instituts de notation des obligations professionnels comme Moody’s et Standard & Poor’s. Les notes attribuées pour classer les risques de crédit (ou probabilité de défaillance) vont de AAA à D pour le 2nd et de AAA à D pour le 1 er. Les obligations notées de AAA à BBB, de qualité élevée, sont qualifiées de « sans risque », et celles notées en-deçà (notation BB à D) sont appelées « à haut rendement » ou « obligations pourries » (« junk bonds » en anglais, à haut risque). Le match obligation vs action Les différences les plus importantes et les similarités sont résumées dans le tableau ci-dessous. Comparaison entre obligation et action Risque d’investissement Risque de perte de capital Sensibilité au taux d’intérêt Obligation Action Dépend de la Bas à haut notation Non Oui Oui Limitée Échéance Limitée Aucune Revenus fixes Oui Non Rendement Oui Non prévisible Coupon (d’intérêt) Oui Non Gains en capital Oui Oui Dividendes Non Oui Rendement Gains en capital et en coupons Cotation En pourcentage Gains en capital et en dividendes En euros Différents types Oui Non Négociabilité en Oui Oui Bourse Source : Euronext
Argent & Patrimoine 4 ème partie : L’investissement boursier Les OPCVM : l’avantage du choix L’investissement dans les organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) n’est pas une démarche à mener à la légère. Il s’agit de portefeuilles collectifs, Sicav ou FCP, gérés par des professionnels. Bien s’informer est primordial avant toute opération ! Vous avez peur d’investir en Bourse à tort et à travers ? Les organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM) ne sont pas un biais d’investissement aussi aisé que le PEA (plan d’épargne en actions, lire l’article dédié dans la rubrique : « L’investissement boursier »). Il s’agit ici de passer par un conseiller en investissement financier, par une société de gestion ou au minimum par un entretien approfondi avec votre banquier. Cependant, les OPCVM présentent Le guide des placements de nombreux avantages de nature à vous rassurer. Via ces organismes, vous détenez des parts ou des actions, c’est-à-dire des valeurs mobilières, comme pour n’importe quel investissement boursier... mais collectivement ! Vous n’investissez pas directement dans une société mais vous placez votre argent dans un OPCVM qui, lui, se charge de placer l’argent de différents investisseurs (comme vous) dans de multiples sociétés. Ainsi, votre pécule est géré par des professionnels, rompus à la Bourse et à ses aléas, tout en étant investi dans plusieurs entreprises, ce qui limite les risques de perte. Deux familles Si le sigle OPCVM ne parle pas forcément au grand public, les termes Sicav et FCP évoquent 55



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 1Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 2-3Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 4-5Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 6-7Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 8-9Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 10-11Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 12-13Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 14-15Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 16-17Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 18-19Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 20-21Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 22-23Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 24-25Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 26-27Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 28-29Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 30-31Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 32-33Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 34-35Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 36-37Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 38-39Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 40-41Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 42-43Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 44-45Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 46-47Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 48-49Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 50-51Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 52-53Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 54-55Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 56-57Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 58-59Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 60-61Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 62-63Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 64-65Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 66-67Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 68-69Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 70-71Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 72-73Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 74-75Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 76-77Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 78-79Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 80-81Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 82-83Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 84