Argent & Patrimoine n°56 jui/aoû/sep 2012
Argent & Patrimoine n°56 jui/aoû/sep 2012
  • Prix facial : 9,90 €

  • Parution : n°56 de jui/aoû/sep 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (180 x 280) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 23,5 Mo

  • Dans ce numéro : les bons choix pour gagner plus.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
Argent & Patrimoine 4 ème partie : L’investissement boursier 48 Différents types de fonds disponibles Les fonds peuvent être constitués sous différentes formes légales. Les plus populaires en France sont la Sicav (société d’investissement à capital variable), qui est constituée sous forme de société, et le FCP (fonds commun de placement), qui est une copropriété de valeurs mobilières. Il existe aussi plusieurs grandes familles : monétaires, obligataires, actions... Et il existe de multiples appellations : fonds profilés, garantis, indiciels... Si bien que les particuliers ont souvent du mal à s’y retrouver. Revue (non exhaustive) d’effectif. Les fonds monétaires Le guide des placements Première grande famille de fonds, pas forcément la plus populaire du point de vue des particuliers : les fonds monétaires. Ce type de fonds investit dans des titres d’emprunt à court terme. Concrètement, il s’agit de bons du Trésor, à intérêts annuels, d’obligations à court terme ou d’acceptations bancaires.• Les avantages : il s’agit d’un placement peu risqué. Son intérêt varie selon les taux
Argent & Patrimoine 4 ème partie : L’investissement boursier d’intérêt à court terme. Outre la faible insécurité, ces produits monétaires sont donc par ailleurs assez transparents.• Les inconvénients : qui dit risque peu élevé, dit placement à revenu modeste. Les fonds obligataires Seconde grande famille : les fonds composés avant tout d’obligations. Il peut s’agir d’emprunts gouvernementaux, municipaux, privés... Ils se différencient clairement des fonds monétaires puisqu’ils évoluent à rebours de ces derniers. Quand les fonds monétaires dépendent avant tout des hausses de taux d’intérêt, les fonds obligataires ont tendance à évoluer dans le mouvement inverse. Concrètement, une baisse des taux entraîne une hausse de leur valeur. Et vice versa.• Les avantages : ces fonds apparaissent comme moins risqués que ceux en actions. Ils apportent nécessairement un revenu régulier aux investisseurs.• Les inconvénients : après d’importantes baisses, les taux d’intérêt sont aujourd’hui, en ce début d’été 2012, clairement repartis à la hausse. Ce n’est donc pas une bonne nouvelle pour la valeur des fonds obligataires. Les fonds en actions Comme l’indique leur dénomination, ces fonds sont majoritairement composés d’actions. Le risque encouru et donc la rémunération potentielle évoluent selon la zone d’investissement s’il existe une donnée géographique dans la composition du fonds, selon la nature des valeurs qui la composent (fonds à majorité d’investissements dans la pharmaceutique, dans les télécoms...), ou selon leur perspective de développement (fonds de croissance).• Les avantages : il s’agit des placements potentiellement les plus rémunérateurs. Car très risqués... Le guide des placements• Les inconvénients : désavantage de l’avantage : ils sont rémunérateurs car très risqués. Et vous pouvez donc perdre une partie (importante ou non) de la somme investie. Fonds indiciels Un fonds indiciel est un portefeuille d’actions construit pour répliquer aux mouvements boursiers. Concrètement, ils suivent un indice boursier tel qu’Euronext, Dow Jones... Par exemple, l’indice CAC 40 est composé d’actions de 40 des plus grosses sociétés cotées à la Bourse de Paris. Un fonds indiciel reproduit le plus fidèlement possible la composition de l’indice. Les variations d’un fonds indiciel calqué sur le CAC 40 vont donc être très proches de mouvements du CAC 40. Parmi les fonds indiciels, il existe ceux cotés en continu appelés « trackers » ou ETF (Exchange Traded Funds). L’Autorité des marchés financiers (AMF) définit cette entité ainsi : « Catégorie d’OPCVM (organisme de placement collectif en valeurs mobilières) indiciel ou fondé sur un indice coté sur un marché réglementé. Ils ont pour objectif de répliquer les variations d’un indice prédéterminé ou d’évoluer en suivant une formule prédéterminée fondée sur un indice donné. Ils peuvent être achetés ou vendus en Bourse tout au long de la journée de cotation, comme des actions classiques ». Afin de reproduire précisément les aléas d’un indice déterminé, ils sont continuellement ajustés par des sociétés de gestion.• Les avantages : les fonds indiciels ont la plupart du temps une performance très proche de l’indice qu’ils copient. Une performance de haut vol qui n’est atteinte que par environ un tiers des gérants non indiciels selon les spécialistes.• Les inconvénients : les principaux indices boursiers ne sont pas toujours en hausse. Bien au contraire. Il faut donc être fin connaisseur pour miser sur les fonds indiciels. En anticipant les hausses et baisses de tel ou tel indice. 49



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 1Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 2-3Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 4-5Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 6-7Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 8-9Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 10-11Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 12-13Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 14-15Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 16-17Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 18-19Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 20-21Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 22-23Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 24-25Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 26-27Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 28-29Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 30-31Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 32-33Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 34-35Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 36-37Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 38-39Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 40-41Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 42-43Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 44-45Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 46-47Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 48-49Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 50-51Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 52-53Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 54-55Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 56-57Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 58-59Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 60-61Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 62-63Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 64-65Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 66-67Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 68-69Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 70-71Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 72-73Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 74-75Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 76-77Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 78-79Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 80-81Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 82-83Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 84