Argent & Patrimoine n°56 jui/aoû/sep 2012
Argent & Patrimoine n°56 jui/aoû/sep 2012
  • Prix facial : 9,90 €

  • Parution : n°56 de jui/aoû/sep 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (180 x 280) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 23,5 Mo

  • Dans ce numéro : les bons choix pour gagner plus.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
Argent & Patrimoine 3 ème partie : Produits d’assurance 42 L’assurance-vie multisupports : risque raisonnable Mi-fonds en euros, mi-fonds en unités de compte, ce type de contrat vous permet d’investir une partie sans risque et une autre avec. Les capitaux en euros sont majoritairement préférés par les Français mais l’assurance-vie multisupports est de plus en plus proposée par les assureurs et est encouragée par l’État. Par définition, un contrat d’assurance-vie multisupports vous permet de combiner un investissement : - en fonds euros : sans risque, avec un rendement minimal garanti (autour de 3%) ; - en Sicav, actions, obligations ou autres actifs financiers de votre choix appelés unités de compte. Ainsi, si l’investissement financier (Sicav…) vous fait courir un risque, il peut aussi vous rapporter beaucoup plus que les 3% du fonds en euros. Mais votre capital peut se dilapider. L’avantage du compte multisupports est donc de limiter les risques en conservant une partie en fonds en euros, où le placement reste totalement garanti. Arbitrage envisageable À vous de définir une stratégie, en accord avec votre assureur, déterminant la proportion d’unités de compte risquées. Par ailleurs, la plupart des contrats d’assurancevie multisupports vous permettent de modifier quand vous le souhaitez la répartition de vos investissements entre fonds euros et unités de compte et la répartition à l’intérieur des unités de compte : plus ou moins d’actions ou Le guide des placements d’obligations... Il s’agit d’une opération d’arbitrage et celle-ci doit faire l’objet d’une procédure formelle décrite dans le contrat. Selon les contrats, les conditions d’arbitrage (nombre d’arbitrages par an, possibilité exceptionnelle...) sont plus ou moins importantes. Différents modes de gestion Une assurance-vie multisupports peut être gérée par un professionnel ou par vousmême, selon le mode de gestion choisi. Il existe 3 systèmes de gestion : - la gestion libre ou directe : vous décidez seul dans quel actif vous souhaitez investir, ce qui suppose cependant que vous soyez capable de réagir aux évolutions du marché ; - la gestion sous mandat ou profilée : un gestionnaire (assureur ou société de gestion) décide de la répartition des actifs. Vous le laissez faire selon le profil que vous avez déterminé en accord avec lui : profil sécurisé (principalement des produits obligataires ou monétaires, très sûrs), dynamique (investissement en actions) ou équilibré (actions, obligations et produits monétaires) ; - la gestion pilotée, automatisée ou à horizon : la gestion des fonds est automatique. Ils sont transférés d’un support à un autre, selon des critères définis par le souscripteur. Ainsi, la composition des placements évolue au gré des années : plus risquée à l’âge de la trentaine, moins à la cinquantaine à l’approche de la retraite, par exemple.
Argent & Patrimoine 3 ème partie : Produits d’assurance Les contrats investis en actions locales Finis les anciens contrats DSK ! Depuis la loi des finances de 2005, un nouveau type d’assurance-vie a été créé. Il fait partie des investissements à unités de compte et a pour objectif d’inciter les particuliers à investir dans les entreprises innovantes et non cotées. Ils existent très exactement depuis le 1 er janvier 2006 et ont été créés afin de favoriser l’investissement des particuliers vers les PME innovantes. Ces « nouveaux » contrats d’assurance-vie investis en actions profitent d’une fiscalité avantageuse mais s’avèrent assez difficiles à gérer pour des néophytes. Quelles contraintes ? Ces contrats d’assurance-vie investis en actions sont soumis à des contraintes précises d’investissement. Les cotisations versées doivent être représentées par une ou plusieurs unités de compte constituées de parts ou d’actions d’organismes de placement collectif en valeurs mobilières Les Français peu friands des contrats à unités de compte Un sondage de l’institut TNS Sofres publié début juin 2012 est peu flatteur pour l’ensemble des assurances-vie à unités de compte. 91% des sondés ont des intentions d’investissement au sein des contrats en assurance-vie… en euros ! Malgré une rémunération moyenne dépassant difficilement les 3%. Ainsi, seuls 8% des Français interrogés ont de réelles intentions d’investir dans les contrats à unités de compte. Dans les faits, toujours selon l’institut TNS Sofres, le livret d’épargne est en tête au niveau des détentions (84% des Français) devant les assurancesvie en euros (40%) et devant les assurances-vie en unités de compte (7%). (OPCVM) dont l’actif est constitué pour 30% d’actions françaises ou européennes et titres assimilés, dont au moins 10% de placements à risques (parts de fonds communs de placement à risques, fonds d’investissement de proximité, fonds commun de placement dans l’innovation, actions de sociétés de capital-risque) ainsi que de plus de 5% de titres non cotés. Si un contrat se réfère à plusieurs unités de compte, le montant investi doit être ventilé afin que les proportions réglementaires soient respectées. L’atout défiscalisation Le guide des placements Ces contrats ont longtemps attiré les Français cherchant à défiscaliser puisqu’au-delà de 8 années de détention, ils sont exonérés de l’impôt de 7,5% (prélèvement libératoire) applicable aux contrats d’assurance-vie. Seulement, il subsiste un hic ! Un tiers du capital investi en actions de la zone euro, et 5% investis dans les sociétés non cotées... l’objectif est difficile à réaliser. La bonne tenue du compte nécessite un véritable suivi des investissements des petites sociétés. Celles-là même qui communiquent le moins sur ce type de sujet en Europe. Car les entreprises du CAC 40, par exemple, affichent, elles, leurs résultats financiers extrêmement régulièrement, chaque année. 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 1Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 2-3Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 4-5Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 6-7Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 8-9Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 10-11Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 12-13Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 14-15Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 16-17Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 18-19Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 20-21Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 22-23Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 24-25Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 26-27Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 28-29Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 30-31Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 32-33Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 34-35Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 36-37Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 38-39Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 40-41Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 42-43Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 44-45Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 46-47Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 48-49Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 50-51Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 52-53Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 54-55Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 56-57Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 58-59Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 60-61Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 62-63Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 64-65Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 66-67Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 68-69Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 70-71Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 72-73Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 74-75Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 76-77Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 78-79Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 80-81Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 82-83Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 84