Argent & Patrimoine n°56 jui/aoû/sep 2012
Argent & Patrimoine n°56 jui/aoû/sep 2012
  • Prix facial : 9,90 €

  • Parution : n°56 de jui/aoû/sep 2012

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lafont Presse

  • Format : (180 x 280) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 23,5 Mo

  • Dans ce numéro : les bons choix pour gagner plus.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
Argent & Patrimoine 3 ème partie : Produits d’assurance 40 L’assurance-vie en euros : un capital garanti L’assurance-vie en euros, c’est le placement sans risque par excellence. L’attrait principal de ce type de contrat est justement la sûreté de l’investissement. Ce contrat est appelé « en euros » puisqu’à la différence des contrats multisupports, il n’est pas exprimé en unités de compte mais tout simplement en fonction de la somme qu’il représente. Des obligations Ces contrats d’assurance-vie sont gérés par l’assureur qui investit majoritairement les fonds disponibles sur le marché des obligations (lire l’article sur les obligations dans la rubrique : « L’investissement boursier ») et à la marge sur le marché de l’immobilier. Le rendement suit donc avant tout les taux obligataires et sont ainsi très peu exposés aux aléas de la Bourse. Zéro risque L’autre raison poussant à définir ce contrat comme sans risque, c’est la double garantie dont il bénéficie. Ainsi, comme le précise la Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA), ils peuvent se targuer : - d’un rendement minimal garanti, « dont le montant ne peut légalement dépasser un plafond fixé par le Code des assurances », et une participation aux bénéfices ; - d’un « effet cliquet qui permet au souscripteur de conserver définitivement les intérêts annuels crédités sur le contrat ». En bref : les intérêts générés chaque année sont définitivement acquis. Seul risque pesant sur les fonds en euros : Le guide des placements la faillite de la compagnie d’assurances. Très improbable... Pour quelle rémunération ? Au début des années 2000, l’assurancevie était très attractive avec des taux d’intérêt frôlant les 6%. Une époque totalement révolue puisque les taux actuels dépassent timidement les 3%. Par ailleurs, les prélèvements sociaux (qui viennent de passer de 13,5 à 15,5%), payés annuellement, concernent ces fonds en euros. Le rendement réel des contrats d’assurance-vie en euros se situe ainsi aujourd’hui plutôt entre 2,7 et 3%. Passer d’un fonds en euros à un multisupports Au terme d’un contrat en euros, vous pouvez transformer celui-ci en assurance-vie multisupports sans perdre votre antériorité fiscale, mais à certaines conditions : - 20% au minimum de votre assurance-vie multisupports doit être investi sur des actifs à risque (unités de compte) ; - la totalité du capital doit être transférée ; - vous ne pouvez transférer le contrat vers un 2nd établissement financier.
Argent & Patrimoine 3 ème partie : Produits d’assurance Assurance-vie en unités de compte : premiers pas en Bourse L’assurance-vie en unités de compte, comme tout autre contrat d’assurancevie en cas de vie correspond à une durée déterminée. Il s’étale en général sur 8 ans, ce qui correspond à la durée minimale pour bénéficier des avantages fiscaux (lire l’article sur la fiscalité de l’assurance-vie en fin de rubrique : « Produits d’assurance »). Quels investissements ? Les contrats en unités de compte vous permettent d’investir sur des supports d’investissement. Il s’agit de parts de Sicav, de parts de sociétés civiles immobilières, de fonds d’obligations, d’actions, des parts de fonds communs de placement (FCP), des parts de SCPI (sociétés civiles de placement immobilier)... Ainsi, la référence du contrat n’est pas la somme placée en euros mais le nombre d’unités de compte. Risque réel Les unités de compte sont disséminées sur les marchés financiers et immobiliers, ce qui permet tout de même de limiter les risques. Cependant, si l’investissement est garanti dans le sens où les unités de compte ne peuvent être perdues, le retour sur investissement n’est aucunement garanti. Ainsi, ce type de contrat reste risqué puisque l’assureur ne s’engage que sur le nombre d’unités de compte, absolument pas sur leur valeur ! Raison pour Le guide des placements laquelle ces contrats sont parfois appelés « à capital variable ». Quel rendement ? La Fédération française des sociétés d’assurances (FFSA) conseille plutôt ce type d’assurance-vie pour des investisseurs misant sur le long terme. En effet, si le rendement n’est pas garanti, en plaçant l’argent intelligemment, le contrat en unités de compte peut être bien plus rentable qu’une assurancevie à fonds garanti (« en euros ») qui se borne à 3% de taux d’intérêt... Depuis le début des années 2000, certains OPCVM (lire l’article dédié dans la rubrique : « Investissement boursier ») ont triplé leur valeur. D’autres en ont perdu les trois quarts... Tout dépend de la bonne gestion du capital que vous placez. Pour investir dans les assurances-vie à unités de compte, il faut être prêt à accepter un risque. En investissant dans ce type de placement, mieux vaut donc ne pas y placer toutes ses économies et être dans le besoin... 41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 1Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 2-3Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 4-5Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 6-7Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 8-9Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 10-11Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 12-13Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 14-15Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 16-17Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 18-19Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 20-21Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 22-23Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 24-25Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 26-27Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 28-29Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 30-31Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 32-33Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 34-35Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 36-37Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 38-39Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 40-41Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 42-43Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 44-45Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 46-47Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 48-49Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 50-51Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 52-53Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 54-55Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 56-57Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 58-59Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 60-61Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 62-63Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 64-65Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 66-67Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 68-69Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 70-71Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 72-73Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 74-75Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 76-77Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 78-79Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 80-81Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 82-83Argent & Patrimoine numéro 56 jui/aoû/sep 2012 Page 84