Architecture Canada n°9 2nd semestre 2010
Architecture Canada n°9 2nd semestre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°9 de 2nd semestre 2010

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Naylor Canada

  • Format : (213 x 276) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 3,5 Mo

  • Dans ce numéro : l'excellence dans la conception des centres de justice.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
www.raic.org/2010 Hall of Justice The Supreme Court of Canada By Graham Murfitt, MRAIC RAIC Practice Specialist The date September 11 symbolizes the awakening of our society to modern security concerns, and few buildings types have been affected more than court houses and justice buildings. And our preoccupation with security is likely to increase in the future. Historically, court buildings have been designed to represent and symbolize the strength, durability and greatness of society in publically accessible buildings where every citizen is equal and welcome. Scanners, detectors, radio frequency shielding and the hyper controlled manner in which people enter court buildings somehow contradict the image of the « great cascading stairway leading to the open doors of liberté, egalité and fi erté. » Despite the defensive barriers and layers of control, we submit ourselves to the halls of justice in a dignifi ed manner in order to maintain security and faith in the system. When it comes to carbon emissions, a groundswell of architects, engineers, contractors and building scientists around the world are committed to the notion that all buildings eventually should have a zero energy footprint. As well, the manufacture, fabrication and transportation footprint of our buildings in the future willundoubtedly mirror the growing « consume local food » movement. The inclusion of security and sustainability in building design has raised the bar of successful architecture. Undoubtedly, Vitruvius would have considered Ernest Cormier’s design for the Supreme Court of Canada to be worthy architecture, although he may not have agreed with the « chateau style » roof. Architecture is always connected to a specifi c moment in time, so it is interesting to refl ectupon the history of the Supreme Court of Canada building. The institution of the Supreme and Exchequer Courts was created in 1875. For six years, the institution was housed in an inadequately sized Parliamentary reading room and three adjoining offi ces in the House of Commons. At the time, the existence of this Canadian institution was debated, questioned and nearly abolished in Parliament. The Supreme Court survived its opposition, and a workshop on the western edge continued on page 40 38 ■ THE ROYAL ARCHITECTURAL INSTITUTE OF CANADA/L’INSTITUT ROYAL D’ARCHITECTURE DU CANADA ABOVE. Supreme Court of Canada, Ottawa, Ontario : Perspective of front elevation. Fonds Ernest Cormier, Collection Centre Canadien d’Architecture/Canadian Centre for Architecture, Montréal. RIGHT. Photo taken on Sept. 11, 2004, presumably during routine maintenance of the Cliff Street heating system, a necessary routine required to keep Parliament Hill, and thousands of government of Canada offices including the Supreme Court of Canada, open and operational from Nov. 1 to April 30.
PHOTO : GRAHAM MURFITT, MRAIC EN HAUT. La Cour suprême du Canada, Ottawa, Ontario. Fonds Ernest Cormier, Collection Centre Canadien d’Architecture/Canadian Centre for Architecture, Montréal. À GAUCHE. Photo prise le 11 septembre 2004, probablement durant un entretien de routine du système de chauffage du bâtiment sur la rue Cliff. Cette entretien est obligatoire pour maintenir ouverts et opérationnels les bureaux du gouvernement fédéral sur la Colline du Parlement, y compris la Cour suprême du Canada, et ailleurs au pays, du 1 er novembre au 30 avril. La date du 11 septembre symbolise l’éveil de notre société à des questions de sécurité modernes et les palais de justice fi gurent au nombre des bâtiments les plus touchés par ces mesures. Tout indique que ces questions prendront de plus en plus d’importance dans le futur. De tout temps, les palais de justice ont été conçus pour représenter et symboliser la force, la durabilité et la splendeur de la société dans des bâtiments accessibles au public où tous les citoyens sont égaux et sont les bienvenus. Or, les scanneurs, les détecteurs, les systèmes de blocage des ondes radio et la panoplie de contrôles à l’entrée des palais de justice contrastent aujourd’hui avec l’image du « grand escalier en Palais de justice La Cour suprême du Canada par Graham Murfitt, MRAIC Spécialiste de la pratique à l’IRAC colimaçon menant aux portes de la liberté, de l’égalité et de la fi erté ». Nous nous soumettons cependant de bonne foi aux obstacles à franchir et aux divers contrôles pour assurer la sécurité du système et continuer de lui faire confi ance. Lorsqu’il est question des émissions de carbone, les architectes, les ingénieurs, les entrepreneurs et les scientifi ques du bâtiment de partout dans le monde unissent leur voix pour plaider en faveur des bâtiments à consommation énergétique nette zéro. Tous ensemble, ils se sont engagés dans une démarche visant à ce que tous les bâtiments atteignent éventuellement un tel objectif. D’autre part, l’empreinte liée à la suite à la page 41 THE ROYAL ARCHITECTURAL INSTITUTE OF CANADA/L’INSTITUT ROYAL D’ARCHITECTURE DU CANADA ■ 39 P HOTO : CANADA. DEPT. OF NATIONAL DEFENCE/LIBRARY AND ARCHIVES CANADA/PA-063454 www.raic.org/2010



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :