Architecture Canada n°9 2nd semestre 2010
Architecture Canada n°9 2nd semestre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°9 de 2nd semestre 2010

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Naylor Canada

  • Format : (213 x 276) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 3,5 Mo

  • Dans ce numéro : l'excellence dans la conception des centres de justice.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
www.raic.org/2010 Minimalisme contemporain Par son design, le palais de justice du comté de Renfrew crée un lien entre l’époque de la Confédération et le 21e siècle par Christopher Guly La restauration de bâtiments existants a toujours posé un grand défi de conception pour les architectes. Toutefois, lorsque les bâtiments sont de magnifi ques témoignages du passé et datent de l’époque de la Confédération, le défi est encore plus grand – comme ce fut le cas pour le projet de rénovation et d’expansion du palais de justice du comté de Renfrew, réalisé au coût de 23 millions $ dans la ville de Pembroke, dans l’est de l’Ontario. Le projet de rénovation et d’expansion était complexe et a demandé la collaboration de toutes les parties concernées. Il a fallu regrouper la Cour supérieure et la Cour de justice de l’Ontario, auparavant situées à quatre endroits différents, dans un nouveau bâtiment qui intègre trois structures historiques de style néoclassique faisant partie du patrimoine national : un palais de justice et une prison, datant de 1866, et un bureau d’enregistrement des actes, datant de 1868. L’équipe de projet était formée de représentants de la Société immobilière de l’Ontario, du ministère du Procureur général et du ministère de la Culture de l’Ontario et du service de police de Pembroke, d’employés 34 ■ THE ROYAL ARCHITECTURAL INSTITUTE OF CANADA/L’INSTITUT ROYAL D’ARCHITECTURE DU CANADA du palais de justice et de M. Sullivan and Son Ltd. (l’entrepreneur général) et d’une équipe de conception dirigée par NORR Ltd. Architects & Engineers dont faisait partie le consultant en patrimoine André Scheinman de Kingston, en Ontario. Plutôt que de tenter de reproduire l’aspect du palais de justice original ou de créer un fort contraste entre les éléments anciens et nouveaux, les concepteurs ont utilisé des matériaux traditionnels pour créer de nouvelles formes qui apportent un complément au bâtiment patrimonial, explique Mike Summers, MRAIC, un
PHOTO : STEVEN EVANS PHOTOGRAPHY associé de la firme NORR qui se spécialise en conception de palais de justice. Le palais de justice du comté de Renfrew inauguré à l’été 2007, possède un ajout de 4 485 mètres carrés sur trois étages, qui occupe le côté nord du terrain. Il intègre le bureau d’enregistrement original (qui sert aujourd’hui de bibliothèque juridique) et les principales parties de la prison originale, y compris les parties de l’étage inférieur où les cellules ont été conservées pour que le public puisse les voir et pour abriter les archives juridiques. L’orientation de l’ajout met la façade de pierre du palais de justice patrimonial en valeur et en conserve l’importance, précise Mike Summers. « Le vieux palais de justice apparaît encore comme la principale structure. La nouvelle construction vient le compléter et n’essaie pas de l’imiter. » Comme l’explique David Clausiau, MRAIC, également associé de la firme NORR et concepteur du palais de justice, l’agrandissement enveloppe le bâtiment historique de manière à ce que les deux éléments apparaissent clairement comme deux ailes différentes et contemporaines situées de chaque côté de la structure de pierre originale, qui comporte cinq nouvelles salles d’audience et une salle PHOTO : SHAI GIL INSIGHT PHOTOGRAPHY orig inale, au deuxième étage, qui a été restaurée pour servir à des cérémonies. Un atrium est-ouest sur deux étages auquel on accède par une nouvelle entrée crée un lien entre les deux bâtiments. Les murs de maçonnerie de la prison et du bureau d’enregistrement sont apparents dans l’atrium et dans deux des nouvelles salles d’audience. En plaçant l’entrée à l’ouest de la façade symétrique de l’ancien palais, les concepteurs ont mis la nouvelle porte principale en valeur à la fois comme point d’entrée et comme lien visuel entre la nouvelle aile de salles d’audience à l’est et le salon des avocats, situé dans la vieille section d’enregistrement, à l’ouest. La « Le vieux palais de justice apparaît encore comme la principale structure. La nouvelle construction vient le compléter et n’essaie pas de l’imiter. » Minimalisme contemporain porte d’entrée du bâtiment patrimonial ne sert que pour les cérémonies qui s’y tiennent. Selon David Clausiau, la nouvelle construction exprime un « minimalisme contemporain et crée un équilibre entre les styles, ancien et nouveau, pour laisser les éléments patrimoniaux dominer doucement sur la composition tridimensionnelle globale ». Les travaux de rénovation ont porté sur la stabilisation des murs en maçonnerie et la restauration de son apparence monolithique originale en harmonisant la couleur du mortier à celle de la pierre. « À l’intérieur, le principal point d’attraction est l’atrium qui expose les murs originaux des éléments patrimoniaux de l’enceinte, et qui enrichit le réseau de circulation publique en suite à la page 36 THE ROYAL ARCHITECTURAL INSTITUTE OF CANADA/L’INSTITUT ROYAL D’ARCHITECTURE DU CANADA ■ 35 PHOTO : SHAI GIL INSIGHT PHOTOGRAPHY www.raic.org/2010



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :