Architecture Canada n°9 2nd semestre 2010
Architecture Canada n°9 2nd semestre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°9 de 2nd semestre 2010

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Naylor Canada

  • Format : (213 x 276) mm

  • Nombre de pages : 48

  • Taille du fichier PDF : 3,5 Mo

  • Dans ce numéro : l'excellence dans la conception des centres de justice.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
www.raic.org/2010 Projet de durabilité L’établissement correctionnel de Regina sur le point de marquer l’histoire de LEED au Canada par Christopher Guly Les questions de sécurité et de sécurité publique qui entourent la conception et la construction de l’agrandissement d’un établissement correctionnel en activité posent de grands défis. Le consortium chargé de créer de nouveaux espaces pour le Centre correctionnel provincial de Regina a toutefois réussi à les relever avec brio et à remplacer un établissement construit en 1914 par un nouveau complexe de 51,5 millions de dollars qui pourrait devenir le premier centre correctionnel du Canada à obtenir la certifi cation LEED Argent. Inspiré d’un établissement semblable – le centre de détention avant procès de North Fraser, en Colombie-Britannique – le Centre de Regina a ouvert ses portes en juin 2008. Il s’agit de la première phase d’un plan directeur qui en prévoit quatre. Le Centre comporte 216 cellules conçues comme des modules qui abritent 144 lits de détention provisoire, 50 lits à haute sécurité, 10 lits à sécurité moyenne, une unité de soins de santé de 12 lits, une section qui sert à l’admission et à la libération des détenus, une aire pour les visites et un bâtiment administratif provisoire. Après la construction du nouveau bâtiment, on a démoli l’ancien, mais il a été crucial de maintenir la sécurité en tout temps pour les travailleurs sur le chantier, le personnel de l’établissement et les détenus. « Nous avons commencé à concevoir le projet un an avant le début de la construction de la première phase, en septembre 2006, ce qui nous a permis de confi gurer un nouveau périmètre de sécurité autour de l’établissement qui devait continuer d’être opérationnel », explique Patrick Kelly, MRAIC, associé de la firme P3 Architecture, de la Saskatchewan, et directeur du projet pour SPRA, un consortium formé de P3 et de deux autres bureaux d’architectes : ONPA Architects, d’Edmonton, et AODBT Architecture and Interior Design, également de la Saskatchewan. On a érigé une clôture de deux mètres autour du chantier, à environ trois mètres du périmètre de sécurité du Centre. 22 ■ THE ROYAL ARCHITECTURAL INSTITUTE OF CANADA/L’INSTITUT ROYAL D’ARCHITECTURE DU CANADA RENDU : LIQUID LIGHT Comme l’a mentionné le magazine Award dans une description du projet publiée dans son numéro du mois d’août 2008, le Centre comporte bien d’autres caractéristiques sur le plan de la sécurité : un système de surveillance par télévision en circuit fermé IP ayant une capacité de stockage numérique réseauté d’environ 150 caméras de télévision en circuit fermé, ainsi que des commandes pour les portes des aires de détention et des systèmes d’intercom pour tout le site que l’on peut contrôler à partir d’écrans tactiles. Patrick Kelly ajoute que le SPRA a dû aussi s’assurer que le projet entraîne le moins possible de perturbations au site, précisant la présence d’une nappe aquifère souterraine. L’équipe de conception a donc foré les pieux à la tarière continue pour ne pas perturber l’aquifère et ne pas nuire aux activités de l’établissement. L’équipe a également accordé de l’attention à d’autres détails pour créer un bâtiment convivial et écologique. Le ministère des Services correctionnels et de la Sécurité publique de la Saskatchewan a PHOTO : SPRA/CPSP
Le Centre correctionnel provincial de Regina pourrait devenir le premier centre correctionnel du Canada à obtenir la certification LEED Argent. demandé que les lits des détenus soient placés près du mur extérieur, du côté opposé de la porte des cellules. Vu le climat particulièrement rigoureux de la province – surtout en hiver – le SPRA a cherché à maintenir la température du mur extérieur constante en utilisant des panneaux en béton préfabriqué construits sur place et comportant des tubes radiants qui favorisent la circulation de l’eau chauffée ou de l’eau froide selon la saison. Cet élément est l’un de ceux qui mènent le projet sur la voie de la certifi cation LEED. Parmi les autres caractéristiques vertes, mentionnons une toiture à membrane blanche réfl échissante qui empêche l’effet d’îlot de chaleur ; le réacheminement de 75 pour cent des déchets de construction et de démolition ; et une réduction de 20 pour cent de la consommation d’eau du bâtiment et du terrain, en partie grâce à un aménagement paysager économe en eau. L’équipe de conception n’a toutefois pu obtenir l’autorisation d’installer des toilettes et des éviers à faible débit dans les cellules, mais elle a pu en installer dans les douches et les toilettes. Les fenêtres des cellules sont de petites Projet de durabilité PHOTO : SPRA/CPSP dimensions et limitent la quantité de lumière qui pénètre dans certaines parties et les exigences de maintenir de l’éclairage la nuit ont fait en sorte que le projet ne peut satisfaire à la norme de LEED en matière d’éclairage et de pollution lumineuse. Mais c’est bien ainsi, dit Patrick Kelly, qui précise que la conception d’un établissement correctionnel doit suivre des principes de sécurité qui prévalent parfois. « Nous n’utilisons pas LEED comme une liste de vérifi cation », dit-il. « Nous l’utilisons comme un guide des pratiques exemplaires en matière de durabilité. » ■ THE ROYAL ARCHITECTURAL INSTITUTE OF CANADA/L’INSTITUT ROYAL D’ARCHITECTURE DU CANADA ■ 23 www.raic.org/2010



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :