Architecture Canada n°8 1er semestre 2010
Architecture Canada n°8 1er semestre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de 1er semestre 2010

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Naylor Canada

  • Format : (213 x 276) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : des établissements de justice novateurs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
www.raic.org/2009 Un bâtiment transparent Un palais de justice écologique symbole de transparence et d’accessibilité à Calgary par Christopher Guly Quand le gouvernement de l’Alberta a embauché les professionnels en vue de la construction d’un nouveau palais de justice à Calgary, il voulait un bâtiment contemporain et accessible qui illustre la transparence de la justice. Il a obtenu tout cela – et plus encore – avec l’équipe de conception dirigée par le bureau de Calgary de Kasian Architecture Interior Design and Planning Ltd. Le Centre des tribunaux de Calgary, construit au coût de 300 millions $, a ouvert ses portes au début de 2008. Il est le plus important immeuble du genre au Canada et le troisième en importance en Amérique du Nord. Il se targue 36 ■ THE ROYAL ARCHITECTURAL INSTITUTE OF CANADA/L’INSTITUT ROYAL D’ARCHITECTURE DU CANADA de posséder un atrium sur 26 étages, l’un des plus imposants au pays. « Nous ne voulions pas concevoir un palais de justice traditionnel aux murs massifs qui lui donnent une apparence de bunker, ni un bâtiment à l’horizontale privé de lumière naturelle et de vues sur l’extérieur », explique Bill Chomik, Visant l’obtention de la certification LEED Argent – qui en ferait le plus grand palais de justice à obtenir une telle distinction – le complexe de Calgary est doté de fenêtres de verre teinté, à triple vitrage, dans les deux tours et de fenêtres en verre transparent à double vitrage dans l’atrium. Architect : Kasian/Photo : Robert Lemermeyer
AP/FRAIC, associé de la firme Kasian, qui a agi comme directeur de projet. « Nous voulions créer un bâtiment écologique, novateur et convivial, adapté aux besoins croissants du système judiciaire et au travail collaboratif. » Le Centre des tribunaux de Calgary est l’un des rares palais de justice en Amérique du Nord à abriter une cour provinciale (ou d’État) – dans le cas présent, la Cour provinciale de l’Alberta – et une cour fédérale : la Cour du Banc de la Reine et à accueillir aussi la Cour d’appel fédérale. Le complexe occupe près de deux îlots urbains du centre-ville de Calgary et près d’un million de pieds carrés (92 900 mètres carrés). Il est formé de deux tours de verre et de béton. La tour nord compte 24 étages et la tour sud en compte 20. Les deux tours sont reliées par le plus grand atrium vitré. À l’intérieur de ce majestueux complexe, se trouvent un ensemble de 12 ascenseurs publics vitrés et des passerelles qui relient les tours, créant ainsi des halls et des lieux de rassemblement à tous les étages de l’atrium, tout en offrant des vues sur la ville de Calgary et les montagnes Rocheuses. L’une des tours héberge la Cour provinciale et l’autre les cours fédérales. Elles sont toutes deux divisées en sections : les services de greffe sont situés aux niveaux inférieurs ; les 73 salles d’audience – et une salle multifonctionnelle conçue expressément pour la justice autochtone – sont situées aux étages du centre (du 5 e au 17 e étage) ; et les chambres des juges occupent les étages supérieurs. Pour créer cette structure spectaculaire, Kasian – qui n’avait jamais conçu de palais de justice auparavant – s’est assurée de la collaboration d’architectes et autres expertsconseils de l’extérieur à diverses étapes de la conception. Ainsi, à l’étape des esquisses, elle a consulté Carlos Ott, l’architecte uruguayen qui s’est forgé une réputation internationale il y a une vingtaine d’années avec son Opéra de la Bastille à Paris. Kasian a également consulté les firmes torontoises NORR Ltd. et Spillis Candela DMJM (acquise depuis lors par AECOM de Los Angeles) qui ont apporté leur concours à la conception des salles d’audience et d’un espace d’attente pour les accusés transférés des centres de détention provisoire, qui est situé à la base de l’immeuble. En décidant d’utiliser le verre comme matériau prédominant, l’équipe de conception visait à exposer le fonctionnement interne de l’immeuble Un bâtiment transparent Les 73 salles d’audience – et une salle multifonctionnelle conçue expressément pour la justice autochtone – sont situées aux étages du centre (du 5 e au 17 e étage). Architect : Kasian/Photo : Robert Lemermeyer et à traduire ainsi la vision du gouvernement provincial voulant que « la justice soit réellement accessible à tous », précise Bill Chomik. Le Centre des tribunaux de Calgary démontre aussi que la justice peut être administrée dans un environnement écologique. Visant l’obtention de la certifi cation LEED Argent – qui en ferait le plus grand palais de justice à obtenir une telle distinction – le complexe de Calgary est doté de fenêtres de verre teinté, à triple vitrage, dans les deux tours (20 pour cent des salles d’audience ont des fenêtres suffi samment hautes pour empêcher que l’on puisse voir à l’intérieur de l’extérieur) et de fenêtres en verre transparent à double vitrage dans l’atrium. Le complexe est muni de systèmes d’éclairage spéciaux qui ajustent automatiquement la lumière électrique en fonction de la lumière naturelle qui pénètre dans les espaces. On s’attend à ce que les toilettes à faible débit et les détecteurs de mouvement aux lavabos permettent d’économiser un million de gallons d’eau (3,76 millions de litres) par année, réduisant ainsi de 25 pour cent la consommation d’eau par rapport à la consommation d’un bâtiment semblable construit selon les normes du Code modèle national de l’énergie pour les bâtiments. Le Centre des tribunaux de Calgary est également 42 pour cent plus éconergétique qu’un tel bâtiment, notamment à cause de son équipement de chauffage et refroidissement à haute effi cacité et de son système de récupération de la chaleur résiduelle de l’air extrait du bâtiment. Parmi les autres mesures durables reconnues par LEED, mentionnons : • la collecte des eaux pluviales dans un réservoir de stockage situé au sous-sol, aux fins de l’irrigation des aménagements paysagers ; • l’utilisation de panneaux en paille de blé (produit non toxique et renouvelable) dans tous les ouvrages de menuiserie préfabriquée et l’utilisation de matériaux recyclés, comme des panneaux faits de déchets industriels, du béton à haute teneur en cendres volantes, ainsi que de l’acier et des barres d’armature, dont plus de 90 pour cent étaient recyclés. En outre, plus de 70 pour cent (18 600 tonnes métriques) de déchets de construction ont été recyclés et n’ont pas pris le chemin des sites d’enfouissement. « Avec notre équipe de la durabilité à l’interne et les experts que nous avons consultés, nous avons réussi à intégrer nombre de caractéristiques écologiques qui assureront un environnement de travail sain, tout en étant rentables et en faisant connaître l’Alberta comme une province avant-gardiste », conclut Bill Chomik. ■ THE ROYAL ARCHITECTURAL INSTITUTE OF CANADA/L’INSTITUT ROYAL D’ARCHITECTURE DU CANADA ■ 37 www.raic.org/2009



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :