Architecture Canada n°8 1er semestre 2010
Architecture Canada n°8 1er semestre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de 1er semestre 2010

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Naylor Canada

  • Format : (213 x 276) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : des établissements de justice novateurs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
www.raic.org/2009 450646_Sika.indd 1 10/21/09 8:29:30 AM ACOUSTIC WOOD DOORS & FRAMES STC 33 to STC 51 ACOUSTIC STEEL DOORS & FRAMES STC 33 to STC 59 www.ambico.com 8884232224 436002_Vacuflo.indd 32 ■ THE ROYAL 1 ARCHITECTURAL INSTITUTE OF CANADA/L’INSTITUT 6/30/09 ROYAL 7:53:25 D’ARCHITECTURE 439854_AMBICO.indd PM DU CANADA 1 8/7/09 11:20:51 PM
De plus, une salle des jurés sera équipée de matériel d’interprétation simultanée à l’intention des personnes dans la tribune du public et deux salles de témoignage par vidéo à l’écart assureront la protection des personnes vulnérables et des enfants. Par ailleurs, sur le plan de l’architecture, le palais de justice apporte une contribution majeure au paysage urbain d’Oshawa. « C’est plus qu’un édifi ce – c’est un lien réel avec son environnement », explique CarlBlanchaer, FRAIC, concepteur du projet de la firme WZMH Architects de Toronto, responsable de la conception du palais de justice. Un grand espace public extérieur, que l’on appelle le Courthouse Square, servira d’avantcour devant l’entrée. La façade du bâtiment est revêtue de verre clair pour offrir des vues sur l’intérieur aux passants. « Traditionnellement, la plupart des palais de justice étaient des bâtiments massifs, peu fenestrés, qui dominaient leur environnement par leur présence », explique CarlBlanchaer. « Aujourd’hui toutefois, la tendance est de rendre les palais de justice plus accessibles et plus accueillants. » L’objectif de l’équipe de conception était de créer un bâtiment le plus transparent possible et de favoriser la pénétration de la lumière naturelle non seulement dans les aires d’attente publiques, mais aussi dans les salles de WZMH Architects/Photo : Tom Arban délibération des jurys (« nous ne voulions pas ajouter au stress des jurés », dit Blanchaer) et dans le corridor sécurisé des juges, sans compromettre la sécurité. Dans ces deux derniers cas, on a installé du verre translucide plutôt que du verre clair, pour empêcher les gens de l’extérieur de voir à l’intérieur du bâtiment. Le palais de justice polyvalent de Durham facilite également les déplacements intérieurs. Les services dans lesquels il y a de nombreuses allées et venues, comme les services WZMH Architects/Photo : Tom Arban Tendances vertes d’administration des tribunaux, les grandes salles d’audience et la cafétéria sont situés au rez-de-chaussée pour en faciliter l’accès. Les salles de sélection des jurés et les salles des jurés sont au deuxième étage et possèdent un accès par escalier mécanique à partir du hall d’entrée principal sur deux étages. Un espace de détention des prisonniers, qui possède sa propre entrée de véhicules pouvant même accueillir un autobus, est situé au sous-sol. Les salles d’audience de fonction similaire (procès avec jurys, droit familial et droit criminel), de même que les cabinets des juges, ont leurs propres étages. « Nous avons réussi à planifi er la circulation à l’intérieur du bâtiment de manière à réduire les distances que doivent parcourir les accusés et les juges pour se rendre aux salles d’audience », précise CarlBlanchaer. « Si on le compare à un édifi ce commercial ou à un édifi ce à bureaux qui est généralement plus générique, le palais de justice a des exigences programmatiques beaucoup plus élevées. Il faut s’assurer que trois groupes de personnes différents – les membres du public, les représentants de l’appareil judiciaire et les accusés – ne puissent se rencontrer que dans la salle d’audience et nulle part ailleurs. La complexité de la sécurité qui doit prévaloir dans le bâtiment ajoute une autre contrainte conceptuelle. » « C’est toutefois un problème fascinant à résoudre, et au bout du compte, vous voulez surtout créer un bâtiment public qui s’intègre à son environnement. » ■ THE ROYAL ARCHITECTURAL INSTITUTE OF CANADA/L’INSTITUT ROYAL D’ARCHITECTURE DU CANADA ■ 33 www.raic.org/2009



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :