Architecture Canada n°8 1er semestre 2010
Architecture Canada n°8 1er semestre 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de 1er semestre 2010

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Naylor Canada

  • Format : (213 x 276) mm

  • Nombre de pages : 44

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : des établissements de justice novateurs.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
www.raic.org/2009 Open Environments Correctional centres open to new design in Atlantic Canada By Christopher Guly For the longest time, prisons were designed by how they were defi ned : as dark, closed spaces to keep convicts confi ned. But about a quarter-century ago, these places began to be known as correctional facilities, and the people who ran them « started to see the light » that they should be designed as more open environments, according to John Dobbs, FRAIC, founder of and senior architect at Halifax-based JDA Architects Inc. He has championed this approach ever since landing his first project to design a correctional facility – for young offenders in Nova Scotia – 25 years ago. Rather than sequester an inmate into his or her own cell, Dobbs created pods of housing units where groups of 12 young people reside and more directly interact with staff. In turn, the clusters forma ring around a central area that houses administration, visitation rooms and a dining hall. He’s used variations of that model when designing adult correctional facilities in the past, such as the Central Nova Scotia Correctional Facility in Dartmouth, which features pods of housing units that accommodate usually about 16 inmates. « It breaks the numbers down into manageable sizes for staff and allows for moving people around if somebody is actingup or is involved in a personality clash with another offender, » explains Dobbs. That same approach has been taken with the design of four new correctional facilities – two each in Nova Scotia and New Brunswick – that are yet to be completed, and all of which replace often larger, oldfashioned prisons surrounded by brick on the outside and filled with steel bars on the inside. In each of the four new, smaller facilities, the design follows a template of sorts that addresses an important issue for all correctional facilities – the supervision of inmates – and responds to it through a design that produces optimum visual lines for staff. The goal is for employees to see everything that’s going on at all times and to eliminate « blind spots » where inmates can be intimidated or assaulted, by having a central control room that overlooks the cells, often located on different levels, explains Dobbs. « In the past, when these facilities operated under indirect supervision, inmates were behind bars and staff were on the outside looking in. What we now try continued on page 18 16 ■ THE ROYAL ARCHITECTURAL INSTITUTE OF CANADA/L’INSTITUT ROYAL D’ARCHITECTURE DU CANADA
Des endroits plus ouverts Des centres correctionnels novateurs dans les provinces maritimes par Christopher Guly Architect : JDA Architects Inc./Image : JDA Architects in partnership with Architects 4 Les prisons ont depuis toujours été conçues selon ce qui les défi nissait : des endroits sombres et fermés où confi ner les condamnés. Depuis environ vingt-cinq ans toutefois, on a commencé à utiliser l’expression « centre correctionnel » plutôt que prison, et les exploitants de ces centres « ont commencé à penser » qu’ils devraient en faire des endroits plus ouverts, selon John Dobbs, FRAIC, fondateur et architecte senior du bureau JDA Architects Inc. de Halifax. John Dobbs s’est fait le champion de cette approche dès l’obtention de son premier contrat d’établissement correctionnel – un centre pour jeunes contrevenants de la Nouvelle-Écosse – il y a 25 ans. Plutôt que d’isoler les détenus dans leurs propres cellules, il a créé des blocs de logements qui hébergent des groupes de 12 jeunes dans un climat d’interaction directe avec le personnel. Les blocs forment un anneau autour d’une aire centrale qui abrite l’administration, les salles de visites et une salle à manger. John Dobbs a eu par la suite l’occasion d’utiliser diverses variantes de ce modèle, notamment pour la conception du Central Nova Scotia Correctional Facility de Darmouth, qui comporte des blocs de logements pouvant généralement accueillir environ 16 détenus. « Le nombre de détenus est ainsi plus facile à gérer pour le personnel et cette confi guration permet de déplacer les gens en cas de confl it entre détenus », explique l’architecte. La même approche a été reprise à la conception de quatre nouveaux établissements correctionnels – deux en Nouvelle-Écosse et deux au Nouveau-Brunswick – dont la construction n’est pas encore terminée et qui remplaceront des prisons souvent désuètes entourées d’un mur de brique rempli de barres d’acier. Dans chacun des quatre nouveaux et plus petits bâtiments, le concept tient compte d’une question importante pour tous les établissements correctionnels – la supervision des détenus – à laquelle il apporte une solution visant à optimiser les lignes de vision du personnel. Il importe en effet de s’assurer que les employés suite à la page 19 THE ROYAL ARCHITECTURAL INSTITUTE OF CANADA/L’INSTITUT ROYAL D’ARCHITECTURE DU CANADA ■ 17 www.raic.org/2009



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :