Architecture Canada n°5 2nd semestre 2008
Architecture Canada n°5 2nd semestre 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de 2nd semestre 2008

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Naylor Canada

  • Format : (213 x 276) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 4,3 Mo

  • Dans ce numéro : les bâtiments à haute performance atteignent de nouveaux sommets.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 46 - 47  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
46 47
www.raic.org/2008 L’initiative ÉQuilibrium dû décrire en détail comment nous envisagions de procéder pour atteindre nos cibles et documenter tout le processus, du début à la fin. » Elle estime les coûts de la rénovation à 85 000 $. La plus grande partie de ce montant a été assumée par la Banque Royale du Canada, commanditaire principal du projet et fervent défenseur de la durabilité environnementale. Le projet a suscité un vif intérêt. Il a fait l’objet d’articles dans la plupart des quotidiens du pays – du Globe and Mail au Toronto Star – et dans diverses publications spécialisées, dont le magazine Dwell, un magazine d’architecture américain. Maintenant qu’il existe un modèle, créé lors d’une charrette de conception intégrée, à la fi n de 2006, et qu’une maison de démonstration illustre l’effi cacité du concept, l’équipe de la Now House caresse l’idée de l’appliquer aux quelque 200 maisons semblables construites à la même époque dans les environs du parc Topham, puis aux près d’un million de maisons modestes construites au milieu du 20e siècle dans toutes les régions du pays. IRON EAGLE Industries Inc. Manufacturers of Ornamental Iron Fence Systems, the fence preferred by Canadian Architects since 1989. Iron Eagle offers over 62 unique designs for Commercial, Industrial and Residential applications• CAD drawings available on our website• 1256 Cardiff Blvd.• Mississauga, ON L5S 1R1 Tel. : (905) 670-2558• Fax : (905) 670-2841 www.ironeagleind.com• e-mail : info@ironeagleind.com 287853_IronEagle.indd 1 6/26/07 2:35:12 PM 46 ■ THE ROYAL ARCHITECTURAL INSTITUTE OF CANADA/L’INSTITUT ROYAL D’ARCHITECTURE DU CANADA 334138_Lighting.indd 1 6/5/07 7:09:31 PM Aux États-Unis, on évalue à environ 4,5 millions le nombre de maisons d’après-guerre de ce type, ajoute Lorraine Gauthier. « Si le concept de la Now House était appliqué à toutes les maisons individuelles construites à cette époque au Canada et aux États-Unis, il serait possible de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 450 millions de tonnes par année. » Comme elle le souligne, l’initiative de la Now House offre également une occasion de se pencher sur la question souvent reléguée au second plan de l’effi cacité énergétique des maisons existantes et – dans le cas de ce projet – des maisons patrimoniales plus âgées. « Nous n’avons pas tenté d’améliorer l’aspect visuel de l’intérieur de la maison. Nous avons voulu la rendre plus performante », souligne Lorraine Gauthier. « Je suis souvent invitée à participer à des congrès et je constate que les constructeurs et les entrepreneurs ne parlent pas beaucoup de durabilité lorsqu’il est question de rénovations qui peuvent réduire considérablement la quantité d’émissions de gaz à effet de serre que nous produisons dans nos villes. Pourtant, les sondages que nous réalisons auprès des propriétaires de maisons indiquent clairement qu’ils souhaitent y apporter des modifi cations éconergétiques et pas simplement subdiviser les pièces autrement. » En fait, près de 30 pour cent des propriétaires des maisons du parc Topham ont indiqué qu’ils souhaitaient améliorer l’effi cacité énergétique de leurs maisons. Le projet de la Now House a également suscité des commentaires semblables de propriétaires de maisons de l’après-guerre d’Ottawa, de Vancouver et du sud de la frontière, en Indiana. Même Héritage Canada a pris note du projet qui contribue à préserver – voire à améliorer – des bâtiments historiques d’une manière écologique. La Now House s’inscrit aussi harmonieusement au programme « Change is in the Air » du maire David Miller qui souhaite hisser la ville de Toronto au rang de chef de fi le en matière d’écologie urbaine. Le secteur résidentiel, selon le Les maisons en bande Top of the Annex : Concept de la vue nord-est
rapport, est responsable du quart des émissions de gaz à effet de serre de la ville. Il va sans dire que les Now Houses contribueraient à la réduction de l’empreinte carbonique. « En traçant la voie à la rénovation éconergétique des maisons anciennes et d’après-guerre », conclut la SCHL, « la Now House est le germe tout à fait unique d’un projet très ambitieux. » Les maisons en bande Top of the Annex Un autre projet sélectionné dans le cadre de l’initiative EQuilibrium est celui des maisons en rangée du quartier Annex du centre-ville de Toronto, un projet tout aussi particulier que la Now House, tant par son concept que par son objectif. Le projet comporte trois maisons en rangée conçues par l’Initiative d’urbanisme durable (IUD) – une équipe multidisciplinaire dirigée par Lou Ampas, MRAIC, architecte, associé du nouveau cabinet écologique de Toronto, Coolearth Architecture Inc., en collaboration avec la faculté de génie, d’architecture et de sciences de l’Université Ryerson, pour le compte du promoteur et constructeur Spero Bassil. Pour se conformer aux exigences du concours de la SCHL, des spécialistes du processus de conception intégrée et des professionnels agréés LEED ont participé à plusieurs charrettes au cours desquelles ils ont accordé la plus grande importance aux cinq points suivants : santé, énergie, ressources, environnement et abordabilité. Les trois maisons de 220 mètres carrés (2 368 pieds carrés) sont munies de pompes géothermiques alimentées à l’électricité produite par les cellules photovoltaïques couvrant la toiture de chacune d’entre elles. L’UID a adopté une nouvelle vision de l’habitation intercalaire qui répond aux multiples objectifs de la conception et de la planifi cation durables, notamment sur le plan de la densifi cation urbaine. Reconnaissant l’importance de limiter l’étalement urbain et l’aménagement de terrains vierges, l’équipe a voulu démontrer comment concevoir des habitations durables qui satisfont à l’objectif de consommation énergétique nette zéro dans un petit terrain intercalaire. ARCHITECTE : COOLEARTH ARCHITECTURE INC. L’initiative ÉQuilibrium « Nous avons adopté une approche antiurbaine pour démontrer que nous pouvions réellement intercaler un aménagement durable. Nous savions fort bien que ce serait un grand défi, surtout que nous voulions atteindre l’objectif de la consommation énergétique nette zéro », a déclaré l’architecte Ampas. L’équipe a donc dû faire une utilisation maximale du chauffage solaire actif. Les toitures de chacune des habitations de trois étages et demi et trois chambres à coucher sont presque entièrement recouvertes de dispositifs solaires. Le chauffe-eau solaire domestique occupe environ six mètres carrés et le système photovoltaïque en occupe environ 44. Ces systèmes fournissent 6 271 kilowattheures d’énergie par année à chaque habitation. La stratégie énergétique a été mise au point par les professeurs et les étudiants de Ryerson, sous la direction de Mark Gorgolewski, professeur agrégé au département des sciences de l’architecture. Une pompe géothermique achemine de la chaleur à très basse température au système de THE ROYAL ARCHITECTURAL INSTITUTE OF CANADA/L’INSTITUT ROYAL D’ARCHITECTURE DU CANADA ■ 47 301590_flynn.indd 1 10/31/07 3:45:39 PM www.raic.org/2008



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 1Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 2-3Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 4-5Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 6-7Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 8-9Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 10-11Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 12-13Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 14-15Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 16-17Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 18-19Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 20-21Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 22-23Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 24-25Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 26-27Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 28-29Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 30-31Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 32-33Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 34-35Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 36-37Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 38-39Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 40-41Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 42-43Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 44-45Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 46-47Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 48-49Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 50-51Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 52-53Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 54-55Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 56-57Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 58-59Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 60