Architecture Canada n°5 2nd semestre 2008
Architecture Canada n°5 2nd semestre 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°5 de 2nd semestre 2008

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Naylor Canada

  • Format : (213 x 276) mm

  • Nombre de pages : 60

  • Taille du fichier PDF : 4,3 Mo

  • Dans ce numéro : les bâtiments à haute performance atteignent de nouveaux sommets.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
www.raic.org/2008 Les bâtiments à haute performance Les bâtiments à haute performance atteignent de nouveaux sommets par Christopher Guly Les bâtiments canadiens atteignent de nouveaux sommets sur le plan de la performance et de la durabilité tout en faisant preuve d’innovation en design. Nous vous présentons trois nouveaux bâtiments qui illustrent cette tendance : le siège social d’une grande société de services publics à Winnipeg, un centre administratif du gouvernement fédéral sur la côte ouest et un centre de services régionaux en Ontario. Nouveau siège social au centre-ville de Winnipeg Quand il ouvrira ses portes, un peu plus tard cette année, le nouveau siège social de Manitoba Hydroau centre-ville de Winnipeg sera l’un des grands édifi ces à bureaux les plus éconergétiques au monde, car il vise la certifi cation LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) Platine. Il pourrait aussi donner un regain de vie au centre urbain peu dynamique de la capitale provinciale. Le projet, qui a commencé en 2002, a fait l’objet d’un important processus de conception intégrée auquel ont participé plusieurs bureaux d’architectes et d’ingénieurs, notamment Kuwabara Payne McKenna Blumberg (KPMB) Architects, de Toronto, responsable du concept ; Smith Carter, de Winnipeg, responsable de l’exécution du projet ; et Prairie Architects Inc. de Winnipeg, qui a participé au choix du site et à la sélection de l’équipe de conception tout en coordonnant le processus de conception intégrée (PCI). L’architecte Dudley Thompson, MRAIC, s’est occupé de la documentation relative à la certifi cation LEED. Manitoba Hydroavait aussi sa propre équipe de projet, sous la supervision du vice-président 22 ■ THE ROYAL ARCHITECTURAL INSTITUTE OF CANADA/L’INSTITUT ROYAL D’ARCHITECTURE DU CANADA ARCHITECTE : KUWABARA PAYNE MCKENNA BLUMBERG ARCHITECTS ; SMITH CARTER AND PRAIRIE ARCHITECTS/RENDU : NORM LI AT NL AG+I Immeuble de Manitoba Hydro : ci-dessus – le parc, de jour. Page 23 : En haut – Galerie. En bas – le parc, de nuit Tom Gouldsborough et du conseiller en énergie Tom Akerstream. Dudley Thompson raconte que l’équipe de conception intégrée s’est réunie à dix reprises sur une période de 18 mois, pour des séances de deux jours qui ont favorisé l’éclosion des idées et le développement des concepts en temps réel. Manitoba Hydros’est fi xé comme objectif de réduire de 60 pour cent la consommation énergétique de son siège social de 64 800 mètres carrés par rapport aux exigences du Code modèle national de l’énergie pour les bâtiments. « À une telle échelle, cet objectif n’avait jamais été atteint dans un climat aussi extrême », explique Bruce Kuwabara, FRAIC, lauréat de la Médaille d’or 2006 de l’IRAC et associé de KPMB Architects. Parmi toutes les villes de plus de 500 000 habitants, Winnipeg est la plus froide de la planète. En été, par contre, le thermomètre peut y atteindre 35 ˚C. C’est donc un écart de 70 degrés par rapport aux journées les plus froides de l’hiver. Pour atteindre cet objectif de réduction énergétique de 60 pour cent, le bâtiment a été conçu de manière à maximiser ses gains énergétiques passifs. « À Winnipeg, cette stratégie doit reposer sur l’énergie solaire, parce que la ville reçoit plus de soleil que toute autre ville canadienne », dit Bruce Kuwabara, ajoutant qu’étonnamment, la ville est aussi exposée à de forts vents du sud. La firme Transsolar, qui œuvre dans le domaine du génie climatique sur la scène internationale, a tiré parti de tout cet ensoleillement pour réduire les charges d’éclairage du bâtiment et elle a cerné le potentiel d’un système de ventilation hybride qui compterait sur la ventilation passive offerte par des fenêtres ouvrantes. La forme et la masse de l’immeuble qui occupe tout un îlot urbain ont été déterminées pour optimaliser l’utilisation de l’énergie solaire et éolienne et fonctionner en trois modes saisonniers (hiver, été, entre saisons). L’immeuble de 23 étages construit au coût de 188 millions $ comporte un socle de trois étages qui abrite des commerces de détail au niveau de la rue, un stationnement souterrain d’un étage et une tour à bureaux de 18 étages surmontée de deux étages de locaux pour les installations mécaniques.
ARCHITECTE : KUWABARA PAYNE MCKENNA BLUMBERG ARCHITECTS ; SMITH CARTER AND PRAIRIE ARCHITECTS/RENDU : NORM LI AT NL AG+I À l’intérieur, les aires de planchers sont divisées en petits espaces autour d’une série d’atriums de six étages. Ces atriums « situés au nord et au sud de l’immeuble et munis d’escaliers jouent un rôle actif dans le milieu de travail en encourageant la circulation verticale des employés et en créant des voisinages verticaux qui regroupent les unités fonctionnelles et les divisions de l’entreprise, satisfont aux exigences en matière de contiguïté, soutiennent les communications internes et minimisent les déplacements », comme on peut lire sur le site de Manitoba Hydro. Deux tours convergent vers le nord et s’ouvrent vers le sud en formant un A pour capter la lumière du soleil et les forts vents du sud, particuliers à la ville. Transsolar a conçu une façade double, cloisonnée dans les atriums qui agissent comme des capteurs solaires et qui, combinés à une cheminée solaire de six étages, jouent le rôle de « poumons » de l’immeuble en lui apportant de l’air frais. Un système de pompe géothermique maintient une température constante de 20 ˚C dans les dalles de béton, tout au long de l’année. « C’est l’effet cumulatif du refroidissement et du chauffage par rayonnement dans les dalles, de l’approvisionnement en air frais et de l’enveloppe très performante, presque entièrement en verre, qui crée ce niveau de confort si élevé », dit Bruce Kuwabara. La cheminée « assure la ventilation passive du bâtiment », ajoute Dudley Thompson. Sous la forme d’une grande dalle mince, la cheminée croise l’extrémité nord de l’immeuble à l’entrée principale, où de grandes marquises protègent les piétons contre les effets de souffl erie au niveau de la rue. En été, de l’air chaud entre dans la cheminée et est extrait du bâtiment. En hiver, l’air chaud est dirigé vers le bas pour chauffer le garage souterrain. Au rez-de-chaussée du bâtiment, un atrium de trois étages longe l’axe solaire pour relier les entrées nord et sud au tissu urbain de la ville. Pour optimiser l’éclairage naturel, les concepteurs ont utilisé du vitrage triple sur les surfaces des étages inférieurs, tandis qu’ils ont muni les atriums nord et sud de doubles ARCHITECTE : KUWABARA PAYNE MCKENNA BLUMBERG ARCHITECTS ; SMITH CARTER AND PRAIRIE ARCHITECTS/RENDU : NORM LI AT NL AG+I Les bâtiments à haute performance façades séparées par un tampon d’air et dont le mur intérieur est revêtu de vitrage simple et le mur extérieur de vitrage double. La température entre les deux murs fluctue naturellement pendant la plupart des mois d’hiver et assure un confort équivalent à celui d’une façade à vitrage triple. Les zones tampons sont confi gurées pour assurer l’isolation thermique et réchauffer l’air frais en hiver (dans le cas de l’atrium sud). Leur confi guration change toutefois au fi l des saisons. (Le système de chauffage et refroidissement est distinct du système de ventilation.) Transsolar a conçu le bâtiment de manière à ce qu’il puisse fonctionner de manière autonome, sans système de chauffage ou de refroidissement, pendant au moins le tiers de l’année. Les stores et les fenêtres du mur extérieur sont motorisés. Les fenêtres à vitrage simple du côté intérieur sont à châssis mobile. Bruce Kuwabara précise que les fenêtres ne peuvent être ouvertes quand la température extérieure descend sous le point de congélation. Il explique que les fenêtres des zones tampons de la façade double sont également munies de stores horizontaux motorisés. Selon leur position, ces stores agissent comme des « tablettes réfl échissantes » qui permettent une pénétration maximale de la lumière dans le bâtiment. L’atrium sud possède également un mur d’eau qui contrôle les niveaux d’humidité dans le bâtiment. Ce mur de 24 mètres de hauteur comprend environ 280 rubans Mylar sous tension, dans lesquels descend de l’eau conditionnée. L’eau refroidie déshumidifi e l’air en été et l’eau chaude l’humidifi e en hiver. Presque tous les matériaux de construction (92 pour cent) récupérés des bâtiments existants sur le site, y compris le sapin de Douglas, ont été recyclés pour d’autres usages. Le nouveau siège social de Manitoba Hydroau centre-ville accueillera 2 000 employés actuellement dispersés dans 12 bureaux aux quatre coins de la ville. En fait, la consolidation des activités dans le centre-ville était une condition établie par l’ancien maire de Winnipeg, Glen Murray, Hon. MRAIC (actuellement président et chef de la direction de l’Institut urbain du Canada) pour la construction du nouveau siège social de la société qui a acquis Winnipeg Hydroen 2002. « Le but était de rassembler les employés sur un site urbain », dit l’architecte Kuwabara. Manitoba Hydroaurait pu décider d’aller de l’avant avec une structure monolithique autonome avec THE ROYAL ARCHITECTURAL INSTITUTE OF CANADA/L’INSTITUT ROYAL D’ARCHITECTURE DU CANADA ■ 23 www.raic.org/2008



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 1Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 2-3Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 4-5Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 6-7Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 8-9Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 10-11Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 12-13Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 14-15Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 16-17Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 18-19Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 20-21Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 22-23Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 24-25Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 26-27Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 28-29Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 30-31Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 32-33Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 34-35Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 36-37Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 38-39Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 40-41Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 42-43Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 44-45Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 46-47Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 48-49Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 50-51Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 52-53Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 54-55Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 56-57Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 58-59Architecture Canada numéro 5 2nd semestre 2008 Page 60