Architecture Canada n°2 1er semestre 2007
Architecture Canada n°2 1er semestre 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de 1er semestre 2007

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Naylor Canada

  • Format : (213 x 276) mm

  • Nombre de pages : 52

  • Taille du fichier PDF : 4,5 Mo

  • Dans ce numéro : conception des établissements de santé... plaisir, forme et fonction à la grandeur du pays.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 38 - 39  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
38 39
■ ■ ■ L’importance du concept www.raic.org/2007 Rendu de l’atrium de la famille Chieng au centre de santé Diamond de l’Hôpital général de Vancouver. vérifier la validité. Parmi les sujets qui feront l’objet d’une étude : • l’évaluation de l’orientation particulière et de ses relations avec l’attention, le stress, l’âge, la capacité, la maladie et l’apprentissage ou la mémoire ; • l’influence de la fenestration sur le rendement du personnel ; • l’influence de l’emplacement des postes de soins infirmiers (centralisés ou décentralisés) sur l’accomplissement des tâches et la satisfaction du personnel, et sur l’efficacité des soins donnés aux patients. Le dernier de ces trois points renvoie à l’aménagement de l’unité de soins et à la façon dont il contrôle l’accès à l’information et facilite la surveillance : « … l’aménagement de l’espace de manière à rapprocher le personnel du patient peut influencer la portée de la communication et de l’éducation, qui, en retour, peuvent avoir une incidence sur la qualité des soins. L’activité physique déployée par le personnel infirmier (comme les déplacements pour se rendre auprès des patients) a un lien avec la fatigue, la capacité cognitive et les erreurs médicales, la mémoire et les indicateurs de résultats. » Au Canada, un groupe formé par l’Hôpital de la vallée de la Crédit, Farrow Partnership et Workflow Integrity Network (WIN), subventionné par la Fondation Change de l’Association des hôpitaux de l’Ontario, recueille des données sur les cliniques, leur personnel infirmier et leurs patients, dans le but « d’optimiser le rendement du capital investi, de réduire l’absentéisme et d’améliorer la sécurité des patients, mais aussi d’améliorer l’aménagement et l’architecture. » Comment un concept peut-il actuellement contribuer à réduire les maladies ? Le diabète de type 2, l’ostéoporose et l’obésité font maintenant partie des maladies chroniques qui affectent une grande partie de la population américaine (et, par extrapolation, de la population canadienne), se trouvent. Or, la marche est un traitement très efficace de ces maladies. Malheureusement, nous avons créé des environnements dans lesquels il est très difficile de marcher et où rien ne nous y incite – certains bâtiments ne sont accessibles que par ascenseurs et il existe certaines collectivités où il faut utiliser sa voiture pour visiter un voisin ou acheter un litre de lait. Le programme américain « Active Living by Design » a formé des partenariats avec diverses villes du pays pour favoriser l’activité physique en soutenant les complexes et les aménagements urbains qui « permettent aux gens de se mêler à la foule dans des espaces publics, qui favorisent les déplacements pédestres dans les quartiers et qui invitent la population à marcher en toute sécurité pour se rendre à l’école ou au travail. » Le Centre for Disease Control des États- Unis énonce ce qui suit : Les gens prennent 38 ■ THE ROYAL ARCHITECTURAL INSTITUTE OF CANADA/L’INSTITUT ROYAL D’ARCHITECTURE DU CANADA ARCHITECTES : IBI GROUP/HENRIQUEZ PARTNERS ARCHITECTS EN CONSORTIUM/RENDU PAR : IBI GROUP/HENRIQUEZ PARTNERS parfois des décisions fondées sur leur environnement ou leur collectivité. Ainsi, une personne peut choisir de ne pas faire ses courses ou se rendre au travail à pied parce qu’il n’y a pas de trottoirs dans son quartier. Les collectivités, les maisons et les lieux de travail exercent une influence sur les décisions des gens en matière de santé. Il est donc important de tenir compte de cette influence pour créer des environnements qui incitent la population à faire de l’activité physique et à s’alimenter sainement. Il est donc clair que nous devons encourager les architectes à concevoir des collectivités, des maisons et des lieux de travail qui favorisent la marche et d’autres formes d’activité physique ! Par ailleurs, une autre suggestion est d’intégrer des questions de santé à LEED MC – des questions qui iraient au-delà des crédits actuellement alloués à la qualité des environnements intérieurs – et comprendraient des éléments conceptuels qui incitent à marcher, comme des escaliers invitants et bien en vue, et qui facilitent la circulation pédestre dans les bâtiments et dans les collectivités. De nos jours, tout le monde se préoccupe de la sécurité ! Les architectes, vu leur formation particulière, peuvent concevoir des solutions esthétiques, fonctionnelles et ouvertes à la question de la sécurité. Aujourd’hui, il est possible d’intégrer une série d’éléments tels que des commandes automatiques d’éclairage de sécurité et des systèmes de surveillance, ainsi que des systèmes de détection et d’alarmes de tous genres. Mais plus important encore, les architectes, de concert avec des spécialistes de la sécurité, peuvent intégrer des éléments fonctionnels tels que des lignes de vue, des mesures d’accessibilité, de l’éclairage naturel et des éléments d’aménagement paysagiste dans des appareils de sécurité esthétiques et transparents ou invisibles. Cependant, nous devons procéder à d’autres recherches pour déterminer l’efficacité de nombre de ces éléments et les coûtsavantages de certains ajouts en matière d’ingénierie. Le concept a toujours des incidences sur la santé, la sécurité et l’environnement, même si elles ne sont pas toujours évidentes. Nous connaissons l’importance du bon concept, nous devons simplement poursuivre les recherches pour démontrer jusqu’à quel point il influe sur la qualité de vie au Canada. ■
« Best Practice » « Best Practice » for Engaging Architects Public sector experts emphasize qualifications and long-termsavings for taxpayers « When Building Canada’s Healthcare Infrastructure, Choose Quality and Avoid False Economies » « It is unwise to pay too much, but it is worse to pay too little. When you pay too little, you sometimes lose everything because the thing you bought was incapable of doing the thing you bought it to do. » John Ruskin (1819-1900) This quotation captures the reality faced by public officials engaged in commissioning the services of architects and other professional consultants. Often, cheapest price gets mistaken for best value. The need to re-introduce the concept of value to consulting procurement was the impetus for this document. WWhat is the best way to hire an architect or consultant for a hospital or other public sector infrastructure project ? Leaders in the public sector, such as provincial governments, municipalities and public utilities now have the answer. The National Guide to Sustainable Municipal Infrastructure (InfraGuide) has just released a Best Practice for Selecting a Professional Consultant. This Best Practice promotes the principles of Qualifications-Based Selection. The « Best Practice, » which was developed using extensive interviews and research, suggests that many agencies do, in fact, recognize that QBS encourages innovation, life-cycle cost savings and sustainability. Supported by this new « Best Practice, » public officials will now have the necessary ammunition to make meaningful and effective changes to the way they invest in health care facilities and infrastructure. InfraGuide is a collaboration of the Federation of Canadian Municipalities, Infrastructure Canada, the National Research Council and the Canadian Public Works Association to help administrators and municipalities make informeddecisions and promote sustainable infrastructure investment. InfraGuide is both a national network of experts and a growing collection of published best practice documents for use by municipal decision makers and technical personnel in the public and private sectors. InfraGuide has published over 50 Best Practices to date. Sustainability and long-termvalue for taxpayers Decisions made during project planning and design have ramifications over the entire service life of a project. Both facility managers and the public will have to live with those decisions for decades, even generations. An appropriate investment in professional services at theonset of a project can potentially reduce capital, maintenance and operating costs while improving reliability and extending service life. Conversely, reducing that investment at the design stage can result in significantly higher capital, operating and maintenance costs throughout the service life of the project. The « Best Practice » is intended to encourage creativity and innovation that can result in better value to taxpayers by selecting the right consultant team. In developing the current « Best Practice » for procurement, InfraGuide concluded that the long-termsavings that can be gained by using the principles of QBS are far more significant than short-termsavings provided by the lowest-price design. InfraGuide has recognized that improving public infrastructure is a long-termand sustainable investment in a municipality’s economic, social and environmental quality of life. The best practice was written for four primary audiences : Decision-makers — senior staff responsible for administrative policy and processes ; Technical staff — those responsible for implementing policy and administrative processes ; Procurement Staff and Auditors — staff responsible for conducting or monitoring procurement processes ; and Policy-makers — primarily elected officials. There is a large body of knowledge on worldwide practices to select professional consultants. The United States Brooks Act, enacted in 1972, requires all federal THE ROYAL ARCHITECTURAL INSTITUTE OF CANADA/L’INSTITUT ROYAL D’ARCHITECTURE DU CANADA ■ 39 ■ ■ ■ www.raic.org/2007



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Architecture Canada numéro 2 1er semestre 2007 Page 1Architecture Canada numéro 2 1er semestre 2007 Page 2-3Architecture Canada numéro 2 1er semestre 2007 Page 4-5Architecture Canada numéro 2 1er semestre 2007 Page 6-7Architecture Canada numéro 2 1er semestre 2007 Page 8-9Architecture Canada numéro 2 1er semestre 2007 Page 10-11Architecture Canada numéro 2 1er semestre 2007 Page 12-13Architecture Canada numéro 2 1er semestre 2007 Page 14-15Architecture Canada numéro 2 1er semestre 2007 Page 16-17Architecture Canada numéro 2 1er semestre 2007 Page 18-19Architecture Canada numéro 2 1er semestre 2007 Page 20-21Architecture Canada numéro 2 1er semestre 2007 Page 22-23Architecture Canada numéro 2 1er semestre 2007 Page 24-25Architecture Canada numéro 2 1er semestre 2007 Page 26-27Architecture Canada numéro 2 1er semestre 2007 Page 28-29Architecture Canada numéro 2 1er semestre 2007 Page 30-31Architecture Canada numéro 2 1er semestre 2007 Page 32-33Architecture Canada numéro 2 1er semestre 2007 Page 34-35Architecture Canada numéro 2 1er semestre 2007 Page 36-37Architecture Canada numéro 2 1er semestre 2007 Page 38-39Architecture Canada numéro 2 1er semestre 2007 Page 40-41Architecture Canada numéro 2 1er semestre 2007 Page 42-43Architecture Canada numéro 2 1er semestre 2007 Page 44-45Architecture Canada numéro 2 1er semestre 2007 Page 46-47Architecture Canada numéro 2 1er semestre 2007 Page 48-49Architecture Canada numéro 2 1er semestre 2007 Page 50-51Architecture Canada numéro 2 1er semestre 2007 Page 52