Architecture Canada n°13 2nd semestre 2012
Architecture Canada n°13 2nd semestre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de 2nd semestre 2012

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Naylor Canada

  • Format : (213 x 276) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 5,6 Mo

  • Dans ce numéro : Place Manitoba Hydro excède les cibles de durabilité.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
www.raic.org/2012 Editorial Don’t believeeverything you think By Graham Murfitt, MRAIC Architecture Canada I RAIC, 2030 Coordinator At first, I thought the bumper sticker was a clever trick to make people like me become deeply lost in thought (perhaps giving the driver a tactical advantage). Very soon, though, I came to realization that the bumper sticker speaks the truth about a lot of things, especially the sustainable building design and construction industry. One truth is that we need to continuously question our knowledge—if we don’t, we may fail to make progress. The happy reality is that thinking changes and beliefs continuously develop. Our society and our lives are energized by advancements in science. Breakthroughs typically follow reversals of commonly held beliefs. We learnand advance by evaluating and re-thinking. I think that what we commonly believeis necessary to fi nish the thought « Don’t believewhat you think » is the first step in thinking « outside of the box. » Advances in building science have been pretty slow to take effect in the construction industry ; this is partially due to incorrect thinking and a general lack of understanding. A glaring example would be the industry-wide lack of knowledge or concern about thermal bridging in building enclosures. Buildings in North America account for more than 40 per cent of total energy consumption, more than any other sector of the economy and signifi cantly more than the transportation industry. Making buildings more energy effi cient appears to be a simple, direct and reasonable way to reduce human impact on the environment. Much of what we need to know about sustainable building design, we know already. We may know what is required—but doing so is a little bit like knowing how to lose weight and get fit. It requires an hourly, daily, monthly and yearly commitment. 10 ■ ARCHITECTURE CANADA Making net-zero energy buildings is a big undertaking, that will involve generations of future designers and builders, each on a journey of re-thinking their understanding and beliefs of how to make buildings more energy effi cient and sustainable. Building a new project, and putting all the energy responsible pieces together, totally relies on a firmly committed client and a cooperative and integrated project team. This client and project team share the understanding and values of long-termlife-cycle performance. To achievenet-zero buildings, every last drop of effi ciency has to be squeezed out of the building design, orientation, enclosure and energy systems. This relatively inexpensive technology needs to be modelled on a longer termfi nancial model, using a 40 or 50-year life-cycle perspective. « Ne croyez pas tout We need to examine and re-think how we normally detail slab/fl oor edges, structural and framing thermal bridges, canopies and balconies, parapets, curtain walland spandrel framing, in addition to how all the parts go together to create inspiring, healthy and wonderful places to work and live. Everything we believeshould be based on observation, knowledge and science. Design professionals need to study and understand past accomplishments and be certain that progressis based on actual performance rather than optimism and misguided/unfounded beliefs. We should rigorously examine, test and monitor the energy performance accomplishments of our design projects, so that progressis based on science and fact. If we are to make progress, we need to make mistakes, study them and learnhow to avoid repeating them. If we are to learnfrom our mistakes, we must keep our minds open and « not necessarily believewhat we think. » The Architecture Canada 2030 Challenge projects shown in this issue illustrate some of the achievements of Canadian clients, architects, engineers and project teams that believesustainable, energy effi - cient, 2030 architecture really matters. ■
Ne croyez pas tout ce que vous pensez Par Graham Murfitt, MRAIC Architecture Canada I IRAC, Coordonnateur du Défi 2030 J’ai d’abord pensé que cette affi che sur le pare-choc d’une voiture était une astuce pour que les gens comme moi se perdent profondément dans leurs pensées (ce qui donnerait peut-être au conducteur un avantage stratégique), mais j’ai très vite réalisé qu’elle disait vrai à bien des égards, particulièrement en ce qui concerne le secteur de la conception et de la construction des bâtiments durables. Il est vrai que nous devons continuellement cultiver le doute – si nous ne le faisons pas, nous risquons de ne pas progresser. Heureusement, la pensée et les convictions évoluent sans cesse. ce que vous pensez » Les progrès de la science dynamisent notre société et stimulent nos vies. Les percées scientifi ques sont souvent le fruit d’une réfl exion qui s’est éloignée des croyances usuelles. Nous apprenons et nous progressons lorsque nous évaluons nos connaissances et que nous les envisageons sous un nouvel angle. Je pense qu’il faut d’abord avoir des croyances pour que le slogan « Ne croyez pas tout ce que vous pensez » nous amène à sortir des sentiers battus. La science du bâtiment a évolué plutôt lentement et cela est dû en partie à une pensée erronée et à une incompréhension générale. Un bon exemple pour illustrer cette affirmation serait le manque de connaissances sur les ponts thermiques dans les enveloppes des bâtiments ou le peu d’attention qu’on y porte. En Amérique du Nord, la consommation énergétique des bâtiments correspond à 40% de la consommation totale d’énergie. Le secteur des bâtiments est plus énergivore que tout autre secteur de l’économie, et beaucoup plus que celui du transport. L’amélioration de l’effi cacité énergétique des bâtiments semble donc une façon simple, directe et raisonnable de réduire l’impact de l’homme sur l’environnement. Éditorial Nous possédons déjà la plupart des connaissances nécessaires à la conception de bâtiments durables. Nous savons ce qu’il faut faire – mais quand vient le temps de le faire, il semble bien que ce soit autre chose. C’est un peu comme pour la perte de poids ; on sait tous ce qu’il faut faire pour maigrir, mais l’atteinte et le maintien du poids souhaité requièrent un engagement de tous les instants. La réalisation de bâtiments à consommation énergétique nette zéro est une grande entreprise qui mobilisera des générations futures de concepteurs et de constructeurs. Tous devront repenser leurs façons de faire et se questionner constamment pour concevoir et construire des bâtiments encore plus éconergétiques et durables. La réalisation d’un bâtiment à consommation nette zéro repose sur une solide détermination du client et sur une équipe de projet intégrée qui travaille en collaboration étroite. Le client et l’équipe de projet partagent les mêmes valeurs et ont une même vision de la performance du bâtiment sur tout son cycle de vie. Pour créer un tel bâtiment, il faut maximiser l’effi cacité de la conception, de l’orientation, de l’enveloppe et des systèmes énergétiques du bâtiment et ne négliger aucun détail. Cette technologie relativement peu dispendieuse doit être modélisée selon un modèle fi nancier à long terme établi à partir d’un cycle de vie de 40 ou 50 ans. Nous devons examiner et repenser nos façons usuelles de concevoir les rives des dalles et des planchers, de prévenir les ponts thermiques de l’ossature, de concevoir des auvents et des balcons, des parapets, des murs-rideaux et des murs-tympans et nous devons aussi examiner et repenser comment tous les éléments d’un bâtiment s’assemblent entre eux pour créer des lieux de travail et de vie inspirants, sains et merveilleux. Toutes nos convictions devraient être fondées sur l’observation, le savoir et la science. Les professionnels du design doivent étudier et comprendre ce qui s’est fait dans le passé et s’assurer que le progrès repose sur une performance réelle plutôt que sur des prévisions optimistes ou sur des idées fausses ou non fondées. Nous devons examiner, tester et contrôler avec rigueur la performance énergétique de nos projets, pour que le progrès soit fondé sur la science et sur des faits probants. Nous ne pouvons progresser sans faire d’erreurs, mais nous devons analyser ces erreurs pour ne pas les répéter. Nous devons faire preuve d’ouverture et ne pas « nécessairement croire ce que nous pensons ». Les projets du Défi 2030 présentés par Architecture Canada dans le présent magazine illustrent certaines réalisations canadiennes de clients, architectes, ingénieurs et équipes de projets qui croient que la durabilité, l’effi cacité énergétique et l’architecture du Défi 2030 ont réellement leur importance. ■ ARCHITECTURE CANADA ■ 11 www.raic.org/2012



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :