Architecture Canada n°11 2nd semestre 2011
Architecture Canada n°11 2nd semestre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°11 de 2nd semestre 2011

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Naylor Canada

  • Format : (213 x 276) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : le milieu de l'éducation trace la voie pour relever le Défi 2030.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
www.raic.org/2011 Réflexion de l’environnement suite de la page 23 électricité du centre, l’autre tiers étant produit par des panneaux photovoltaïques. Il comporte également des capteurs solaires qui préchauffent l’eau du bâtiment. Les vitrages à haute performance fabriqués en Nouvelle-Écosse diffusent la lumière naturelle tout en contrôlant les gains et les pertes de chaleur dans les grands espaces du bâtiment. Un toit vert, qui reproduit la végétation trouvée sur les falaises, réduit les pertes de chaleur, améliore l’isolation et contribue à la collecte des eaux pluviales qui sont acheminées dans une citerne souterraine pour être ensuite pompées et servir pour les toilettes à double chasse. Grâce à ce toit vert et aux appareils à faible débit, comme les urinoirs sans eau et les robinets à continued from page 21 who describes the Joggins Fossil Centre as the « best soapbox » from which to showcase the effects of climate change. Since the facility is meant to showcase Carboniferous fossils, no fossil fuels are burned on site. Instead, the building relies on renewable sources to meet its energy needs. A 50-kilowatt turbine, which harnesses the mighty winds off the coast, generates twothirds of the centre’s electrical power needs 24 ■ ARCHITECTURE CANADA fermeture automatique, la consommation d’eau potable du bâtiment de 1 182 mètres carrés est de 57,2 pour cent inférieure à celle d’un bâtiment semblable construit selon les normes usuelles. Par ailleurs, le Joggins Fossil Centre – lauréat d’une médaille d’excellence du Lieutenant gouverneur en 2008 dans le cadre des Prix de la Nova Scotia Association of Architects – consomme 64,5 pour cent moins d’énergie qu’un bâtiment comparable. Ce bâtiment qui adopte les principes du Défi 2030 et qui vise la certifi cation LEED de niveau or se distingue également par son architecture qui en fait le refl et de son milieu. La structure du bâtiment crée une scission, comme une ligne de faille, pour créer l’entrée, et elle établit un lien très fort avec l’histoire géologique et industrielle du site, explique l’architecte. Le bâtiment est revêtu de grès de Wallace de couleur brun olive extrait d’une carrière située à moins de 100 km du centre, et de bardeaux de pruche d’une couleur semblable provenant de la Nouvelle-Écosse. Le bardeau est installé selon that are complemented by the use of solar photovoltaic panels. Solar thermal panels are also used to pre-heat the building’s hot-water supply. Nova Scotia-manufactured glazing units help to diffuse daylight – and regulate heat gain and loss – in the centre’s large spaces. A living roof, which replicates the vegetation found on the cliffs, also minimizes heat loss, improves insulation and assists with collecting water, which is pumped from an underground cistern to dual-fl ush toilets. That feature, along with such low-fl ow plumbing fi xtures as waterless urinals and self-closing faucets, help reduce potable water consumption for the 1,182-square-metre centre by 57.2 per cent compared to a similar-sized building. Overall, the Joggins Fossil Centre – winner of the 2008 Nova Scotia Association of Architects’Lieutenant Governor’s Medal of Excellence – uses 64.5 per cent less energy than a comparable building. But while the facility is 2030 Challenge compliant and is aiming for LEED Gold certification, it is also an imaginative architectural reflection of its environment. The building’s cliff-like structure splits, like a geological fault line, to forman entrance la même inclinaison que la toiture, reproduisant le profi l des couches de roches sédimentaires fossilifères des falaises environnantes et les structures des mines maintenant disparues. « Nous avons voulu créer un bâtiment élémental, qui donne l’impression de prolonger le paysage environnant », explique Burdock. « C’est aussi une illustration métaphorique qui nous fait reculer dans le temps pour nous raconter une histoire extraordinaire sur la durabilité. » ■ and blends the centre to the site’s geological and industrial history, explains Burdock. Olive-brown Wallace sandstone, quarried less than 100 km away, and Nova Scotiaharvested, similarly-toned hemlock clad the building parallel to the sloped roof that mimics the sloping layers of fossil-rich sedimentary rock in the cliffs and since-vanished mine structures. « The design is meant to be elemental, as if the building was draawn out of the surrounding landscape, » explains Burdock. « It is also a metaphorical illustration of a passage back in time with a huge story to tellabout sustainability. » ■
Reducing costs through Good Design Architecture Canada | RAIC believes the next generation of architecture should be the best ever and include the most sustainable buildings possible. Governments, administrators, and most importantly, Canada’s citizens, must be certain to get the best value for construction dollars spent today because it willaffect the costs of the future. That is why it is so important to choose the best project team. Engineering and architectural design fees represent a very small percentage of the life cycle cost of any building. Even modest design enhancements, however, can mean enormous improvements in human productivity and the costs associated with operating a building. Architects are trained to deliver energy effi cient and environmentally sound buildings and this must be implemented in all future buildings. Sustainability and long-termvalue Decisions made during project planning and design will have an impact over the entire life of any building project especially in a community’s learning centre. Users have to live with the decisions Qualifications-Based Selection/Sélection fondée sur les qualifications made during planning stages for decades, even generations. Investing in professional services at theonset of a project has the potential to reduce maintenance and operating costs while improving reliability and extending service life. The inverse of course is also true – a lack of investment at the design stage can surely result in signifi cantly higher capital, operating and maintenance costs throughout the life of the project. Qualifications-Based Selection (QBS) Detailed information is available at www.raic.org under Choosing an Architect. Another important tool is The National Guide to Sustainable Municipal Infrastructure (InfraGuide 1) which now has a section entitled Best Practice for Selecting a Professional Consultant. This Best Practice promotes the principles of Qualifi cations-Based Selection. The Best Practice, which was developed using extensive interviews and research, suggests that many agencies do, in fact, recognize that QBS encourages innovation, life-cycle cost savings and sustainability. ■ 1 InfraGuide is a collaboration of the Federation of Canadian Municipalities, Infrastructure Canada, the National Research Council and the Canadian Public Works Association to help administrators and municipalities make informeddecisions and promote sustainable in frastructure investment. Although originally intended for infrastructure projects, the principles outlined in this Best Practice are relevant for the selection of an architect. U n bon design pour réduire les coûts Architecture Canada | IRAC croit que les bâtiments de la prochaine génération se distingueront par leur qualité et leur durabilité inégalées. Les gouvernements, les administrateurs et, plus important encore, les citoyens du Canada, doivent être certains d’obtenir la meilleure valeur pour les sommes investies dans la construction des bâtiments, car les décisions qu’ils prennent aujourd’hui auront des incidences sur les coûts futurs. C’est pourquoi le choix de l’équipe de projet est si important. Les honoraires des architectes et des ingénieurs ne représentent qu’un très faible pourcentage du coût d’un bâtiment sur son cycle de vie, et pourtant les améliorations que ces professionnels apportent à un bâtiment, même si elles semblent modestes, peuvent avoir des répercussions considérables sur la productivité des occupants en plus de réduire les coûts d’exploitation. Les architectes ont la formation nécessaire pour réaliser des bâtiments éconergétiques et écologiques. Il faut en tirer profi t dans tous les nouveaux projets ! Durabilité et valeur à long terme Les décisions prises à l’étape de la planifi cation et de la conception d’un projet ont des incidences sur toute la durée de vie de n’importe quel bâtiment, y compris les centres de formation communautaires. Les usagers de ces bâtiments vivront avec ces décisions pendant des décennies, voire des générations. Un investissement dans les services professionnels dès le tout début d’un projet aidera à réduire les coûts d’entretien et d’exploitation tout en améliorant la fi abilité du bâtiment et en prolongeant sa durée de vie utile. À l’inverse, le défaut d’investir suffi - samment à l’étape de la conception risque d’entraîner une hausse importante des coûts d’immobilisation, d’exploitation et d’entretien du bâtiment tout au long de sa durée de vie. Sélection fondée sur les qualifications On trouvera plus d’information sur la sélection des architectes en consultant le site www.raic.org à la rubrique Sélection d’un architecte, sous l’onglet L’architecture et les architectes. Par ailleurs, le Guide national pour des infrastructures municipales durables (InfraGuide 1) est aussi un outil important. Il comprend maintenant une section intitulée Meilleure pratique sur la sélection d’une société d’experts-conseils qui favorise les principes de sélection fondée sur les qualifi cations. Selon cette Meilleure pratique, qui est le fruit de nombreuses entrevues et recherches, bien des organismes reconnaissent que la sélection fondée sur les qualifi cations favorise l’innovation, l es économies sur le cycle de vie et la durabilité. ■ 1 InfraGuide regroupe la Fédération canadienne des municipalités, Infrastructures Canada, le Conseil national de recherches du Canada et l’Association canadienne des travaux publics et vise à aider les administrateurs et les municipalités à prendre des décisions éclairées et à promouvoir les investissements dans des infrastructures durables. Les principes décrits dans cette Meilleure pratique s’appliquaient à l’origine aux projets d’infrastructures, mais ils sont tout à fait pertinents pour la sélection d’un architecte. ARCHITECTURE CANADA ■ 25 www.raic.org/2011



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :