Architecture Canada n°11 2nd semestre 2011
Architecture Canada n°11 2nd semestre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°11 de 2nd semestre 2011

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Naylor Canada

  • Format : (213 x 276) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : le milieu de l'éducation trace la voie pour relever le Défi 2030.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
The Canada Green Building Council (CaGBC) is the country’s voice for green building information, advocacy and certification. Visit cagbc.org. Follow us on Twitter @CaGBC
Réflexion de l’environnement Aucune émission de carbone sur un site du carbonifère Par Christopher Guly Photos par WHW/Craig Mosher E n concevant un bâtiment durable le long de la côte accidentée de la Baie de Fundy, en Nouvelle-Écosse, Ron Burdock, MRAIC, s’est laissé guider par 300 millions d’années d’histoire. Ouvert au printemps de 2008, le Joggins Fossil Centre, construit au coût de 5,4 millions $ ne devait être au départ qu’un site d’interprétation des falaises fossilifères environnantes datant de l’âge du charbon (le carbonifère) et dont la valeur universelle est exceptionnelle. Toutefois, dès l’étape préliminaire, le cabinet WHW Architects Inc. d’Halifax, où Burdock occupe un poste d’architecte senior, et le client – la Cumberland Regional Economic Development Association et la Joggins Fossil Institute Association – ont réalisé que le lieu et son importance historique offraient une occasion unique de créer un bâtiment durable qui tient compte du passé. Inscrites à la liste des sites du patrimoine mondial par l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture La structure du bâtiment crée une scission, comme une ligne de faille, pour créer l’entrée, et elle établit un lien très fort avec l’histoire géologique et industrielle du site. (UNESCO) il y a trois ans, les falaises fossilifères de Joggins qui s’étendent sur 16 kilomètres contiennent le registre le plus complet des formes de vie terrestre à l’époque du carbonifère datant de 354 à 290 millions d’années. Les restes du premier reptile sur terre - Hylonomus lyelli, qui a précédé le dinosaure de quelque 100 millions d’années – ont été découverts à ce site paléontologique que Charles Darwin surnommait le « Galápagos du carbonifère » en raison de la richesse des fossiles qu’on y trouve. Dès le milieu du 17e siècle, les riches gisements de charbon présents depuis si longtemps sur le site ont accéléré la révolution industrielle et transformé la petite communauté en un centre important qui rejetait toutefois de grandes quantités de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. « C’est l’histoire du carbone vue à travers les deux extrémités d’un télescope historique », explique Burdock, qui décrit le Joggins Fossil Centre comme la « meilleure tribune » pour démontrer les effets du changement climatique. Comme le Centre a pour but de présenter les fossiles carbonifères, aucun combustible fossile n’est brûlé sur place. Le bâtiment comble plutôt ses besoins énergétiques à partir de sources renouvelables. Il comporte un aérogénérateur de 50 kilowatts, qui capte les vents puissants au large de la côte et produit les deux tiers des besoins en suite à la page 24 ARCHITECTURE CANADA ■ 23 www.raic.org/2011



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :