Architecture Canada n°10 1er semestre 2011
Architecture Canada n°10 1er semestre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de 1er semestre 2011

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Naylor Canada

  • Format : (213 x 276) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : relever le « Défi 2030 ».

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
www.raic.org/2011 « Green » Plant www.xypex.com XYPEX PROTECTS CONCRETE AGAINST HIGH WATER TABLE When the office space called 409 and 499 Illinois was planned for San Francisco’s Mission Bay area, it faced considerable waterproofing challenges. Two six-story towers were to be constructed over a three-level subterranean parking garage that was adjacent to a filled-in turn-of-the-century shipping channel that provided a water infiltration conduit from the bay to the garage. With a high water table at 8 feet below grade, the possibility of saltwater attack, and a garage design calling for two parking levels at 30-ft below grade, developers faced a serious waterproofing problem, project engineer Simpson Gumpertz & Heger and designer Dowler-Gruman Architects specified Xypex Admix C-1000 NF to waterproof and protect the below-grade slabs and perimeter walls. Xypex Admix was blended into the concrete mix to achievea 15-hour, problem-free continuous pour of over 8000 cu yd. IN MORE THAN 70 COUNTRIES. FOR MORE THAN 40 YEARS. 471222_Xypex.indd 22 ■ ARCHITECTURE 1 CANADA 3/18/10 8:16:25 AM continued from page 21 18 metres – is white to actively refl ect light. The exterior wall is made of galvanized steel panels. Beyond double-paned windows and skylights to maximize natural lighting, curtain walls along the building’s façade are also coated with low-emissivity fi lm. The lighting system features T5 fl uorescent fi xtures strategically placed along ceilings and walls that require signifi cantly less energy and produce little heat and noise, and which in turn decrease air conditioning needs and increase occupant comfort. Lights are also controlled by various sensors that detect movement and luminosity to adjust lighting as needed. « The interior lighting is enough to cover the parking area, which meant we did not have to install exterior lighting and contribute to light pollution, » explains Hamelin Lalonde, who worked on the design with Montreal-area architect Luc M. Allard. A closed-loop geothermal system uses a water-based solution, drawing heat from the top layer of soil, which varies between 8 and 12 degrees Celsius. During the winter, the solution is compressed to increase the temperature. In summer, the uncompressed solution is fed to the building to provide air conditioning. Rainwater is also collected for reuse and relies on Murox’s Ventilated Thermal Panel (VTP) system to collect solar heat used to preheat fresh-air intake from the ventilation system. In winter, with optimal sunny conditions, the VTP system can increase the temperature of incoming air by 19 degreesC. Heat-recovery ventilation units installed on the roof are also equipped with heat wheels that capture heat from exhaust air. The building’s systems are controlled through a computerized monitoring system allowing managers and designers to track the performance both on location and via the Internet to ensure energy effi ciency remains optimal. Last year, the Groupe Stageline project was recognized by the Ordre des architectes du Québec with two awards : one, for excellence in architecture and sustainable development ; the other, as the first recipient of the Loto-Québec People’s Choice Award of Excellence for architecture and sustainable development – an award chosen by more than 5,000 members of the public who cast votes by Internet and regular mail. ■
La durabilité entre en scène Par Christopher Guly Le Groupe Stageline du Québec, premier concepteur et fabricant mondial de grandes scènes mobiles hydrauliques couvertes pour les festivals de musique et les concerts, occupe une place centrale sur la scène provinciale, car il a construit le bâtiment industriel le plus éconergétique du Québec. Il y a deux ans, Stageline a inauguré une usine de 3 670 mètres carrés construite au coût de 6,5 millions $ dont la consommation d’énergie est de 69,2 pour cent inférieure à celle d’un bâtiment semblable qui aurait été construit selon les exigences du Code modèle national de l’énergie pour les bâtiments au Canada. Et qui plus est, ce bâtiment ne produit aucune émission de gaz à effet de serre. L’usine « verte » qui a obtenu la certifi cati on LEED est aussi l’un des premiers bâtiments préfabriqués éconergétiques en Amérique du Nord et l’un des premiers au Canada à satisfaire aux exigences du Défi 2030, souligne l’architecte Claude Hamelin Lalonde, FIRAC, de la région de Montréal, qui faisait partie du consortium d’architectes ayant participé au projet. Il explique que Stageline est soucieuse d’exercer ses activités dans un esprit de durabili té et de concevoir des produits écologiques qui auront le moins d’impacts possible sur l’environnement. « L’entreprise voulait un bâtiment qui illustre ses valeurs – et qui soit préfabriqué et performant sur le plan de l’effi cacité énergétique. » Murox, l’unité opérationnelle de Groupe Canam inc. spécialisée dans la conception, la fabrication et l’installation de systèmes d’enveloppes de bâtiments à haute performance, a intégré à l’enveloppe plusieurs composantes mécaniques pour réduire la consommation énergétique requise pour le chauffage, la climatisation et l’éclairage de ce bâtiment fait de matériaux recyclés et de matériaux qui n’émettent pas de composés organiques volatils (COV). L’enveloppe à grande effi cacité thermique est composée de panneaux muraux installés en usine et comporte des matériaux isolants et des barrières thermiques qui offrent une résistance thermique uniforme de R-20 certifiée par un Projet de durabilitL’usine « verte » TOUTES LES PHOTOS : MARC CRAMER/ARCHITECTE : ALLARD, HAMELIN LALONDE, CONSORTIUM D’ARCHITECTES Le Groupe Stageline du Québec a construit le bâtiment industriel le plus éconergétique du Québec. laboratoire indépendant. Le revêtement intérieur des murs de l’usine Stageline – d’une hauteur de 18 mètres – est blanc pour mieux réfl échir la lumière. Le mur extérieur est fait quant à lui de panneaux d’acier galvanisé. Les fenêtres à double vitrage et les puits de lumière laissent pénétrer la lumière naturelle en abondance et tout comme les murs rideaux de la façade du bâtiment, sont dotés d’une pellicule à faible émissivité. Le système d’éclairage comprend des appareils fl uorescents T5 disposés de manière stratégique au plafond et sur les murs de sorte qu’ils ont besoin de beaucoup moins d’énergie et produisent peu de chaleur et de bruit, ce qui a pour effet de diminuer les besoins en climatisation et d’améliorer le confort des occupants. De plus, divers détecteurs de mouvement et de luminosité contrôlent l’éclairage et l’ajustent selon les besoins. « L’éclairage intérieur assure un éclairage suffi sant dans le stationnement. C’est pourquoi il n’a pas été nécessaire d’installer des luminaires extérieurs qui sont source de pollution lumineuse », ajoute Claude Hamelin Lalonde, qui a collaboré à la conception de ce projet avec l’architecte Luc M. Allard de la région de Montréal. suite à la page 24 ARCHITECTURE CANADA ■ 23 www.raic.org/2011



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :