Architecture Canada n°10 1er semestre 2011
Architecture Canada n°10 1er semestre 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°10 de 1er semestre 2011

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : Naylor Canada

  • Format : (213 x 276) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : relever le « Défi 2030 ».

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
www.raic.org/2011 Editorial Rising to the 2030 Challenge By Graham Murfitt Architecture Canada | RAIC Practice Specialist The 2030 Challenge was founded under the optimistic view that we can reduce our carbon impact so that the Earth’s natural balance can be restored and sustained. These truths we know—buildings have the highest impact on carbon emissions of all sectors of the economy, including transportation ; and using coal and unconventional fossil fuels to generate energy (mostly electricity) is one of the prime origins of global warming. To clearup some confusion, this is not a plan to postpone action until the year 2030. It is a signifi cant series of steps to wean our society off non-renewable fossil fuels and their associated carbon emissions. The 2030 Challenge action plan calls for today’s buildings to be designed and built at a 60 per cent improvement over « standard » buildings. In reality, clients, architects and builders must act quickly if we are to succeed. Creating buildings that perform60 per cent better is no simple achievement, and relies on appropriate site planning, building enclosure excellence, effi cient mechanical, electrical and lighting solutions as wellas on-site renewable energy systems. All of the necessary technology and design competence exists in the current marketplace. What is necessary is both the political and grassroots will to achievethe 2030 objectives, and it appears to be gaining momentum daily. The originator of the 2030 Challenge and creator of Architecture 2030, architect/educator Edward Mazria, is thrilled with the burgeoning global interest in achieving net zero by 2030. 12 ■ ARCHITECTURE CANADA « Architecture 2030 was founded in 2003 to achievedramatic and measurable reductions in the fossil fuel consumption and greenhouse gas (GHG) emissions of the Building Sector by transforming the way buildings and developments are planned, designed, constructed and operated. » To a large extent, the price and value of energy determines how sustainable we think it is. When energy supplies are inexpensive, we start to believethey are inexhaustible and somehow sustainable. Wild price fluctuations and increases help us realize that energy supplies are not infi nite. Oil spills, oil sands extraction and questionable energy supplies have opened our eyes and made us worry about the fundamentals of fossil fuel consumption. Pollution and « human infl uenced » climate change have magnifi ed our concern about non-sustainable consumption. Thousands of voices around the world are lamenting that we do something about the impending disaster described by Al Gore in An Inconvenient Truth. David Suzuki, Ed Mazria and Al Gore continue to beg citizens to tread lightly on the Earth and give voice to how important it is to leave a minimal and noble footprint, whether we are walking through a salmon river, across the nesting grounds of an endangered tern or constructing buildings. It is inherently obvious we must learnto consume our resources in a sustainable manner. One would think that almost no reasonable person would consume the last of an endangered species, yet fossil fuels are a limited, non-sustainable resource that humans seem bent on transforming into an endangered commodity. Even if all predictions of the future are wildly incorrect, the footprint that our « period » leaves behind should be both functional and beautiful for future generations to appreciate. Compounded with one of the largest fi nancial crises of modern times, there is a perfect stormfor environmental action, and the 2030 action plan makes a great deal of sense. Many clients and building professionals have risen to the 2030 Challenge and support is growing at an exponential rate. The examples presented in this issue of Architecture are the tip of the 2030 iceberg, and offered as a taste of the new wave of architecture based on reality and common sense. Every architect should strive to meet the 2030 Challenge and to emulate the projects offered in these pages, from which the bar can be set for future projects. ■
Relever le Défi 2030 Par Graham Murfitt Spécialiste de la pratique, Architecture Canada | IRAC Le Défi 2030 a été créé dans l’espoir de réduire notre empreinte carbonique pour que soit restauré et maintenu l’équilibre naturel de la Terre. N ous savons que le secteur des bâtiments produit plus d’émissions de carbone que tous les autres secteurs de l’économie, y compris le transport. Nous savons aussi que l’utilisation du charbon et des nouveaux combustibles fossiles non classiques pour générer de l’énergie (généralement de l’électricité) est l’une des principales sources du réchauffement de la planète. Pour dissiper toute confusion – précisons d’entrée de jeu que le Défi 2030 ne consiste pas à reporter toute action jusqu’à l’an 2030. Il consiste plutôt à atteindre diverses étapes pour amener notre société à cesser progressivement d’utiliser des combustibles fossiles non renouvelables, ce qui aura pour effet de diminuer les émissions de carbone qui y sont associées. Le plan d’action du Défi 2030 préconise dès aujourd’hui la conception et la construction de bâtiments 60 pour cent plus éconergétiques que des bâtiments « standards ». Les clients, les architectes et les constructeurs doivent prendre rapidement les mesures qui s’imposent pour relever un tel défi. Il n’est pas si facile de créer des bâtiments 60 pour cent plus éconergétiques et il faut pour y parvenir aménager adéquatement le terrain ; optimiser l’enveloppe du bâtiment ; installer des systèmes mécaniques et électriques et des systèmes d’éclairage performants ; et utiliser de l’énergie renouvelable produite sur place. Toute la technologie utile existe déjà sur le marché et les professionnels ont la compétence nécessaire. Ce qu’il faut maintenant, c’est une volonté politique et une volonté de la population d’atteindre les objectifs du Défi 2030 et il semble que nous soyons sur la bonne voie. L’initiateur du Défi 2030 – et créateur d’Architecture 2030 – l’architecte et éducateur Edward Mazria est très enthousiaste devant l’intérêt mondial croissant que suscite l’objectif de la consommation énergétique nette zéro d’ici 2030. Le prix et la valeur d’un type d’énergie déterminent dans une large mesure notre façon d’en évaluer la durabilité. Nous avons tendance à croire qu’une source d’énergie peu dispendieuse est inépuisable et qu’elle est même durable, mais les fluctuations brutales et les hausses de prix nous aident à réaliser que l’approvisionnement en énergie n’est pas infi ni. Les déversements de pétrole, l’extraction des sables bitumineux et les formes discutables d’approvisionnement en énergie nous ont ouvert les yeux et ont suscité de l’inquiétude par rapport aux fondements de la consommation de combustibles fossiles. La pollution et les changements climatiques « infl uencés par l’homme » nous ont sensibilisés à la consommation non durable. Des milliers de voix s’élèvent dans le monde et implorent que nous agissions pour contrer le désastre imminent décrit par Al Gore dans son fi lm Une vérité qui dérange. David Suzuki, Ed Mazria et Al Gore continuent d’inciter les Aujourd’hui Éditorial citoyens à ne pas trop porter atteinte à la Terre et font valoir l’importance de minimiser notre empreinte, que ce soit en traversant une rivière à saumons, en marchant à proximité d’un site de nidifi cation de sternes en voie de disparition ou en construisant des bâtiments. Il est bien évident que nous devons apprendre à consommer nos ressources de façon responsable. Aucune personne raisonnable ne consommerait le dernier représentant d’une espèce en voie de disparition. Pourtant, les combustibles fossiles sont une ressource limitée et non durable que les humains semblent déterminés à épuiser. Même si toutes les prédictions se révélaient fausses, nous devons nous efforcer de minimiser notre empreinte et de laisser un héritage de fonctionnalité et de beauté aux générations futures. En cette époque où nous sommes frappés par l’une des plus importantes crises fi nancières des temps modernes, le contexte se prête parfaitement aux mesures environnementales concrètes et le plan d’action 2030 prend tout son sens. Bien des clients et des professionnels du bâtiment ont relevé le Défi 2030 et l’appui à ce Défi connaît une croissance exponentielle. Les exemples présentés dans ce numéro d’Architecture ne sont que la pointe de l’iceberg 2030 et offrent un aperçu de la nouvelle vague d’architecture fondée sur la réalité et le sens commun. Tous les architectes devraient s’efforcer de relever le Défi 2030 et s’inspirer des réalisations illustrées dans ces pages pour fi xer les objectifs de leurs futurs projets. ■ ARCHITECTURE CANADA ■ 13 www.raic.org/2011



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :