Arabesques n°96 jan/fév/mar 2020
Arabesques n°96 jan/fév/mar 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°96 de jan/fév/mar 2020

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Agence Bibliographique de l'Enseignement Supérieur

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : dossier, évaluer en bibliothèque.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
( Dossier… ÉVALUER EN BIBLIOTHÈQUE ) BiblioLabs, un outil au service du pilotage de l’université Paris-Saclay 16 Ar (abes)ques N°96 JANVIER - FÉVRIER - MARS 2020 BiblioLabs est un outil de description bibliométrique des 300 laboratoires de l’université Paris-Saclay. [1] Communauté d’universités et d’établissements. [2] www.universite-parissaclay.fr/fr/signature L’université Paris-Saclay regroupe en son sein pas moins de 300 laboratoires, structures de recherche et fédérations qui ont pour tutelle l’une des 14 universités, grandes écoles ou organismes de recherche qui la composent. Elle comporte en effet l’université Paris-Saclay (anciennement Paris-Sud), l’École normale supérieure Paris-Saclay, AgroParisTech, CentraleSupélec et l’Institut d’optique Graduate School, de même que l’Institut des hautes études scientifiques (IHES), et a pour perspective à terme de fusionner avec les deux universités associées de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines et d’Évry-Val-d’Essonne. LES ENJEUX DE DÉFINITION DU PÉRIMÈTRE UN EXEMPLE DE VISUALISATION AVEC BIBLIOLABS Le graphique représente la répartition thématique des publications associées à l’ensemble des projets européens obtenus par l’université Paris-Saclay. Les thématiques ont pu être récupérées grâce à une API de Scopus à partir du DOI des documents. Lorsque l’utilisateur clique sur une thématique, un deuxième graphique affiche la proportion des publications co-écrites par un chercheur de l’université par rapport au total. l’ Dans ce paysage évolutif et mouvant, savoir identifier officiellement le périmètre, le maintenir dans le temps et le diffuser constituaient les premiers défis à relever au sein de la ComUE 1 Université Paris-Saclay en 2017. La ComUE ayant la responsabilité du suivi de la signature des publications scientifiques, l’identification précise de chaque établissement et de ses liens hiérarchiques étaient une priorité de travail. Pour mettre en œuvre ce projet complexe, il a tout d’abord fallu recouper les différents documents qui recensaient les laboratoires, de façon à établir une liste unique. Cette liste devait être validée par le Comité Tutelles-Recherche, instance officielle de l’université qui traite des questions liées à la recherche. En parallèle, une campagne d’envoi de questionnaires aux directeurs de laboratoires a été lancée pour faire valider des éléments qui relevaient de leur responsabilité : nom officiel de leur laboratoire, acronyme, numéro d’unité, localisation, etc. Les retours ont été significatifs et ont abouti à une liste riche, quasi exhaustive et cohérente, des structures de recherche de l’université. L’université Paris-Saclay regroupe en effet de nombreuses Unités mixtes de recherche (UMR) partagées entre les établissements d’enseignement et de recherche et les organismes de recherche. La question de la maîtrise de la signature de l’université dans les publications scientifiques a ainsi été instruite, et c’est la ComUE qui s’est emparée de cette responsabilité à l’échelle de toutes les composantes. La création d’un groupe « Bibliométrie » inter-établissements a permis de mettre en place une cohérence et une définition commune, en plus de partager la maîtrise et les bonnes pratiques de définition des signatures dans les outils de bibliométrie extérieurs. C’est en proposant des analyses chiffrées sur l’utilisation de la signature et des recommandations pour améliorer les règles existantes et identifier d’avantage l’université dans la recherche mondiale qu’une nouvelle charte de signature 2 dans le cadre de création de la nouvelle université Paris-Saclay a vu le jour en octobre dernier. NAISSANCE DE BIBLIOLABS Dans un deuxième temps, la question du stockage et de la mise à jour future de ces données s’est posée, dans l’idée de proposer un suivi et un outil de référence pour l’ensemble des partenaires. Sous l’impulsion du projet Learning Center et du groupe Bibliométrie, une base de données relationnelle a été constituée afin d’enregistrer à la fois les métadonnées des laboratoires (gestion d’autorités bibliographiques) Répartition thématique des publications liées aux projets cliquer sur une thématique pour voir la part des publications affiliées à l’université Paris-Saclay
mais également les liens entre ces structures et leurs tutelles, au sein de l’université Paris-Saclay mais aussi en dehors. Dans la continuité, un site web a permis d’exposer les données de cette base et de les rendre accessible au public : BiblioLabs 3 était né. Dès le début, le projet a été conçu pour un périmètre différent de celui de la ComUE (qui disparait aujourd’hui) à savoir celui de l’université Paris-Saclay de plein exercice et de ses composantes. Fort de ces premières étapes, l’enjeu était de développer davantage d’alignements pour offrir des services et améliorer leur cohérence. Les données des structures incluses dans l’université Paris-Saclay ont été enrichies avec des référentiels de structure disponibles, nationaux comme locaux, publics comme privés : HAL, RNSR, IdRef, PlugInLabs 4 pour l’innovation et le transfert technologique mais aussi Scopus et le Web of Science. Ces identifiants ont permis d’investir un nouveau champ des possibles, celui des publications scientifiques associées à ces laboratoires, avec l’opportunité de faire coexister des données qui viennent de sources hétérogènes et complémentaires. Le laboratoire a été positionné comme l’unité de base pour requêter diverses APIs dans plusieurs outils, dans le but de développer le paysage interne de l’université et de le reconstituer en départements de recherche avec notamment un enjeu d’approche thématique. Il s’agissait également de proposer un pilotage stratégique de la recherche au travers d’extractions précises et de visuels adaptés, par exemple sous forme de graphiques ou de nuages de mots-clés. Stocker, administrer et rendre visible ces données a permis d’enclencher une démarche projet sur de nouvelles données et collaborations avec d’autres services de l’université. C’est le cas de la cellule Europe de la direction des Relations internationales, avec laquelle un travail commun a été mené pour reprendre les données concernant les projets européens obtenus par l’université et ses composantes dans le cadre des programmes cadre FP7 puis H2020 5 . Les fichiers de données ont été collectés, nettoyés et enrichis grâce à la connexion avec le site européen Cordis 6 qui recense ces projets, avant de les stocker et de les exposer dans BiblioLabs. C’est grâce aux APIs de la plateforme OpenAire 7 et à l’obligation de proposer en open access les travaux financés par l’Union européenne que le lien entre les projets européens et les publications associées a pu être reconstitué. En utilisant le DOI comme identifiant, il est possible de récupérer des métadonnées exploitables comme le statut d’open access, les mots-clés ou les thématiques de chaque document. Ainsi, l’utilisateur authentifié et autorisé peut désormais filtrer les projets selon de nombreux critères, comme les pays partenaires ou la date d’obtention du financement, consulter les projets concernés et découvrir un tableau de bord sur ces LE PROJET LEARNING CENTER de l’université Paris-Saclay Futur lieu d’écriture et de lecture de l’université Paris-Saclay, le Learning Center proposera, sur 10 000 m 2 , un ensemble d’espaces de diffusion de contenus scientifiques et pédagogiques, en réunissant des fonds issus de CentraleSupélec, de l’Ecole normale supérieure de Paris-Saclay et de l’Université Paris-Sud, des millions de livres, revues et articles, en papier ou en ligne, couvrant tous les domaines d’activité de l’université : ingénierie, biologie, pharmacie, chimie, physique, sciences humaines et sociale. projets afin de comprendre quelles sont les parties prenantes, où elles sont situées, quelles sont les données et les publications qui en résultent et sur quelles thématiques elles portent. DES DÉVELOPPEMENTS À VENIR En plein développement, l’outil BiblioLabs doit désormais s’adapter à la création effective de l’université Paris-Saclay, anticipée de fait : • le référentiel : BiblioLabs est garant des structures de recherche de l’université Paris-Saclay dont le périmètre est en constante mutation, et doit offrir une information de qualité et la plus à jour possible. • les usages : Il faut développer davantage de fonctionnalités afin de servir les différents acteurs de l’université, tels que le pilotage, la recherche, les relations internationales. De plus, BiblioLabs a la volonté d’apporter une aide supplémentaire aux professionnels de l’information scientifique et technique de l’université, pour qu’ils aient accès à des extractions personnalisables et à des tableaux de bord, afin d’enrichir leurs expertises, ou de disposer d’outils pour desservir les publics recherche. • les alignements des autorités de structure ou de personnes afin de soutenir au mieux l’axe national en faveur de la Science ouverte, qui se décline bien sûr au sein de l’université Paris-Saclay avec l’ensemble des collègues du réseau de la documentation. • le point de vue technique : la maintenance, l’évolution et l’appropriation de l’outil par les équipes de l’université doivent s’intensifier afin que l’expertise et le potentiel de l’outil soient partagés par le plus grand nombre. Si toutes ces conditions se trouvent réunies, BiblioLabs deviendra le pivot indispensable d’une meilleure diffusion du travail de recherche de l’université Paris-Saclay, diffusion dont l’importance est désormais stratégique dans un monde universitaire de plus en plus concurrentiel, et où les classements 8 prennent de plus en plus d’importance dans la définition des politiques de recherche des établissements, et dans leur reconnaissance institutionnelle. Vincent Thébault Université Paris-Saclay - Chargé de mission Services numériques du Lumen Learning Center vincent.thebault@universite-paris-saclay.fr [3] https://bibliolabs. universite-paris-saclay.fr [4] www.pluginlabsuniversiteparissaclay.fr/fr [5] Programmes cadre de l’Union européenne pour la recherche et le développement technologique. [6] https://cordis.europa.eu [7] https://www.openaire.eu [8] Voir dans ce numéro l’article « A faire classer : une opportunité pour les bibliothécaires ? », p.9. N°96 JANVIER - FÉVRIER - MARS 2020 Ar(abes)ques 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :