Aquarama n°86 oct/nov/déc 2019
Aquarama n°86 oct/nov/déc 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°86 de oct/nov/déc 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : FCO Media

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 12,4 Mo

  • Dans ce numéro : dossier, systèmes anaérobiques.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 74 - 75  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
74 75
AQUARAMA TRADE FAIR FOR WATER TECHNOLOGY 15th edition 29/10/2020 BRABANTHAL LOUVAIN 15e édition de l’événement de réseautage dans le secteur de la technologie de l’eau, unique en Belgique! D www.aquarama.be
Plus de capacité d’épuration avec un système anaérobie On trouve de nombreux systèmes d’épuration d’eau anaérobies dans l’industrie de transformation de la pomme de terre. L’entreprise néerlandaise Aviko Rixona était l’une de celles qui n’en avaient pas encore. Lorsque l’entreprise a eu besoin de plus de capacité d’épuration en 2017, elle a changé de cap. Son choix s’est porté sur un EGSB, ou lit de boues granulaires élargi (Expanded Granular Sludge Bed). PAR KOEN VANDEPOPULIERE I PHOTOS AVIKO-RIXONA Aviko transforme les pommes de terre. Elle possède une filiale : Aviko Rixona. Henrie Van Laarhoven y est le responsable du bureau de projets. « Au cours du processus nous commençons par nettoyer les pommes de terre à sec, puis nous les lavons », commence-t-il. « Lors de l’épluchage à la vapeur et du lavage, et pendant les processus de cuisson, il est produit de l’eau riche en substances organiques. Cette eau, qui a donc une DCO élevée ( demande chimique en oxygène, ndlr. ), est évacuée vers la station d’épuration d’eau. Jusqu’à une époque récente, nous n’avions qu’une épuration aérobie, capable de traiter environ 7.000 kg de DCO par jour. En 2017, notre capacité de production ayant été étendue, notre installation d’épuration s’est trouvée surchargée. Ceci a été pour nous l’occasion d’opter pour un traitement anaérobie. » EGSB Un réacteur anaérobie contient des micro-organismes qui transforment la matière organique en biogaz. Il existe différents principes de fonctionnement. L’un d’entre eux est l’EGSB : Expanded Granular Sludge Bed (lit de boues granulaires élargi). C’est le type choisi par Aviko-Rixona. Les réacteurs EGSB comportent un réservoir rempli de bactéries anaérobies se développant dans des granulés. Ils sont connus pour leur recirculation accrue, laquelle est rendue possible par la taille impressionnante du réacteur et/ou par le recyclage de l’effluent. Ce type d’épuration permet, selon certaines études scientifiques, de traiter de cinq à dix fois plus de DCO qu’une épuration aérobie. « Nous voulions un réacteur à haut rendement », confirme Henrie Van Laarhoven. Et le réacteur EGSB est plus grand qu’un UASB ( réacteurà lit de boues anaérobies à flux ascendant– NdT), qui lui est apparenté : « Le nôtre mesure 18 mètres de haut. » L’EGSB nécessite toutefois une post-épuration. Chez Aviko-Rixona, ce rôle est rempli par l’épuration aérobie qui était en service au cours de la décennie passée. « L’eau de trop-plein du réservoir de décantation est dirigée vers le réacteur à méthane », nous explique-t-on. « L’eau pénètre en partie inférieure du réservoir. Il comporte des granulés de boues qui se développent ; il naît ainsi un lit de boues granulaires qui occupe les trois quarts du réservoir. La partie supérieure collecte le biogaz. L’eau épurée, qui ne contient plus qu’un peu de DCO, est dirigée vers l’installation aérobie. L’eau qui en sort est si pure que nous pouvons la rejeter dans un ruisseau écologiquement fragile. » Avantages marquants Henrie Van Laarhoven estime que l’EGSB présente des avantages marquants : « Le premier est que nous produisons, à partir de la matière organique, du biogaz que nous transformons quelque peu pour obtenir une qualité de gaz naturel, que nous brûlons ensuite dans nos chaudières à vapeur. Autre avantage, le fait que DOSSIER SYSTÈMES ANAÉROBIQUES Le réacteur mesure pas moins de dix-huit mètres de haut. l’épuration aérobie ne nécessite que la moitié de l’électricité consommée précédemment ; en effet, cette installation est moins chargée et les aérateurs, entre autres, travaillent donc moins. De plus, nous avons ainsi 75 % de biomasse aérobie en moins à retraiter et à éliminer. Pour finir, il y a la concentration : nous avons maintenant besoin de moins d’additifs, tels que des polymères, et de moins d’énergie pour la centrifugeuse de décantation. » Le réacteur est opérationnel depuis la miaoût : « Il est capable de traiter 14.400 kilos de DCO. Pour le moment, nous en sommes très satisfaits. » E www.rixona.com Le réacteur génère du biogaz, que l’entreprise de transformation de pommes de terre traite un peu pour lui assurer une qualité de gaz naturel, et qu’elle brûle ensuite sur place. AQUARAMA #86 I 75



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 1Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 2-3Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 4-5Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 6-7Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 8-9Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 10-11Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 12-13Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 14-15Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 16-17Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 18-19Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 20-21Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 22-23Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 24-25Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 26-27Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 28-29Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 30-31Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 32-33Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 34-35Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 36-37Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 38-39Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 40-41Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 42-43Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 44-45Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 46-47Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 48-49Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 50-51Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 52-53Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 54-55Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 56-57Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 58-59Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 60-61Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 62-63Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 64-65Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 66-67Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 68-69Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 70-71Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 72-73Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 74-75Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 76-77Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 78-79Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 80-81Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 82-83Aquarama numéro 86 oct/nov/déc 2019 Page 84