Aquarama n°83 jan/fév/mar 2019
Aquarama n°83 jan/fév/mar 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°83 de jan/fév/mar 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : FCO Media

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 124

  • Taille du fichier PDF : 23,9 Mo

  • Dans ce numéro : techniques de mesure et de contrôle.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
WE KEEP YOUR APPLICATIONS GOING
Le quatrième atelier Improved regarde vers le passé et vers l’avenir Deux conteneurs d’essai Improved ont été déménagés chez Dow, à Terneuzen. À la suite de cela, de nombreux intéressés sont venus écouter quelque six intervenants. Entre autres, des représentants de Dow et d’Evides Industriewater ont exposé leurs plans pour l’avenir à court et moyen terme. Arne Verliefde a fait une analyse quelque peu visionnaire concernant l’avenir de la gestion industrielle de l’eau, et exposé les possibles suites pour Improved. PAR KOEN VANDEPOPULIERE L’industrie chimique, dans les ports maritimes de Zélande, Gand et Anvers, consomme beaucoup d’eau. Mais elle est confrontée, de plus en plus, à des défis à ce sujet, tels qu’une baisse de la quantité d’eau douce disponible. Le projet Improved a pour but de contribuer à trouver des solutions à ce problème. Son infrastructure d’essai, composée de deux conteneurs mobiles, s’est d’abord trouvée chez le producteur d’engrais Yara Sluiskil, puis est allée chez BASF Anvers, et ensuite chez Dow, à Terneuzen. À la suite de l’arrivée des conteneurs chez Dow, un quatrième atelier Improved a eu lieu au centre de communication de Dow, De Boerderij, à Hoek aux Pays-Bas. Une utilisation plus durable de l’eau Niek Van Belzen, responsable de la technologie chez Dow, expliquait que sa société utilise entre un et deux millions de mètres cubes d’eau par an. Une quantité significative de celle-ci arrive, via une canalisation de 120 kilomètres, du Biesbosch, un parc national néerlandais équipé de quelques barrages de retenue remplis d’eau provenant de la Meuse. Niek Van Belzen racontait que Dow ne voulait, d’ici 2025, plus aucune importation structurelle d’eau venant du Biesbosch. Ce revirement devra se faire grâce à la réutilisation de l’eau et l’exploitation de sources locales alternatives. Malheureusement il y a peu d’eau douce disponible aux environs de Dow Terneuzen. Il y a assez bien d’eau de surface et aussi souterraine, mais celle-ci est saumâtre. En outre, Van Belzen s’attend à une intrusion supplémentaire de sel dans l’eau de la région, en raison de la montée du niveau de la mer. Dow espère qu’Improved contribuera à maximiser sa réutilisation de condensats de vapeur. Jusqu’à présent, cette réutilisation était faible, en raison de polluants tels que les matières organiques, le phosphate, les chlorures et autres ions, ainsi que de l’encrassement biologique (croissance intempestive de micro-organismes). Aujourd’hui, le retour de condensats de Dow est purifié à travers un échangeur d’ions à lits mélangés, exploité par Evides Industriewater. La question est à présent de savoir quelles autres techniques d’épuration sont nécessaires pour maximiser la réutilisation. De nombreuses réponses pourraient provenir d’Improved. M. B.J. de Reu, député de la province de Zélande, ouvrait cette journée. EVENT L Une masse de plans Wilbert van den Broek est ingénieur principal en procédés chez Evides Industriewater, l’un des partenaires de projet dans Improved. Il a confirmé que ses collègues et lui voulaient contribuer, au cours des prochaines années, à augmenter la quantité d’eau réutilisée par Dow. Pour ce faire ils vont démarrer bientôt l’aménagement de deux zones humides (wetlands) pilotes. La structure de la post-épuration consiste en une ultrafiltration, un échangeur de cations et d’anions, et une osmose inverse. Le but de ces zones humides est de prétraiter les effluents de manière à assurer une bonne récupération et une faible pollution ; on pense ici, par exemple, à l’encrassement biologique et à la pollution organique des membranes d’osmose inverse. S’ils ne peuvent pas disposer de zones humides, il faudra qu’ils utilisent une autre méthode de pré-traitement. La filtration bicouche et le charbon actif biologique pourraient alors, par exemple, être une option. Ils réutiliseraient le concentré issu de l’osmose inverse pour effectuer un rétro-lavage de Niek Van Belzen, lead technology manager chez Dow, espère qu’Improved contribuera à maximiser sa réutilisation de condensats de vapeur. (Photos Improved.eu) AQUARAMA #83 I 49



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 1Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 2-3Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 4-5Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 6-7Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 8-9Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 10-11Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 12-13Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 14-15Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 16-17Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 18-19Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 20-21Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 22-23Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 24-25Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 26-27Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 28-29Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 30-31Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 32-33Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 34-35Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 36-37Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 38-39Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 40-41Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 42-43Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 44-45Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 46-47Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 48-49Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 50-51Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 52-53Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 54-55Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 56-57Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 58-59Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 60-61Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 62-63Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 64-65Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 66-67Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 68-69Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 70-71Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 72-73Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 74-75Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 76-77Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 78-79Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 80-81Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 82-83Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 84-85Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 86-87Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 88-89Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 90-91Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 92-93Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 94-95Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 96-97Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 98-99Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 100-101Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 102-103Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 104-105Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 106-107Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 108-109Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 110-111Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 112-113Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 114-115Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 116-117Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 118-119Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 120-121Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 122-123Aquarama numéro 83 jan/fév/mar 2019 Page 124