Aquarama n°82 oct/nov/déc 2018
Aquarama n°82 oct/nov/déc 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°82 de oct/nov/déc 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : FCO Media

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 88

  • Taille du fichier PDF : 14,3 Mo

  • Dans ce numéro : adooucisseurs d'eau.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 32 - 33  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
32 33
Un producteur de légumes surgelés opte pour la pose de canalisations en HDPE dans le cadre d’un projet d’irrigation Exploiter au mieux une eau purifiée  : il s’agit-là de l’une des approches les plus propices à l’émergence d’une économie circulaire. C’est également une priorité chez Ardo, producteur de légumes surgelés. L’entreprise ardoyenne est mobilisée par la concrétisation d’un projet d’irrigation visant à mettre une eau usée purifiée à la disposition des maraîchers. Pour ce qui concerne la pose du réseau de canalisations indispensable à la réalisation de ce projet, Ardo collabore avec Profilplast par le truchement de la THV Casteleyn-Vereecke, une association commerciale momentanée. Spécialisée dans le domaine du traitement des eaux, cette entreprise assure la fourniture de systèmes complets de canalisations en matière synthétique. PAR BART VANCAUWENBERGHE I PHOTOS PROFILPLAST C’est au changement climatique que l’on doit, entre autres, l’augmentation du nombre des étés « secs ». Si cette évolution est problématique pour les maraîchers, c’est parce que l’irrigation optimale de leurs cultures représente un défi de plus en plus difficile à relever. Voilà pourquoi, Ardo s’est lancé à fond dans un projet qui s’attaque énergiquement au problème. L’entreprise avait déjà pris le taureau par les cornes en assurant la fourniture, à bon nombre d’agriculteurs, d’une eau d’irrigation provenant d’unités de production installées en France et en Wallonie. Ces infrastructures permettaient aux agriculteurs de venir chercher leur eau sur le site Ardo établi dans leur région. En 2012, l’entreprise s’est penchée sur la faisabilité d’un projet comparable pour la maison mère ardoyenne. Subventions européennes « L’étude de faisabilité dont nous avons commandé l’exécution en concertation avec Vlakwa, Inagro et De Watergroep a donné lieu à un premier projet et une estimation de prix initiale trop élevée pour que ce projet soit réalisable sans un soutien substantiel. Après avoir mijoté pendant trois ans, ce projet a subi une accélération significative lorsqu’il s’est avéré que nous pouvions compter sur une subvention accordée dans le cadre du projet européen Interreg V », relate Ignace Kint, investment manager chez Ardo. À l’issue d’une séance d’information, quelque 47 agriculteurs ont fait part de leur désir de s’engager dans cette aventure. « Un nombre satisfaisant dans la mesure où la somme de leurs exploitations équivaut à environ 500 hectares de terres agricoles sur les 800 que compte la zone de projet que nous 32 I AQUARAMA #82 avons définie. Tout bien compté, cela représente un réseau de canalisations de 25 km et près de 150 points de branchement. Dans un premier temps, nous allons donner corps à ce projet en incluant les maraîchers qui ont fait montre d’un intérêt marqué pour celui-ci. S’il s’avère, au terme d’une première évaluation, qu’une extension s’impose, nous pourrons toujours nous y atteler », assure Ignace Kint. Coopérative Pour donner suite à la réalisation et à l’exploitation de ce projet d’irrigation, les parties concernées ont fondé, l’année dernière, la coopérative Inero qui accueille Ardo, Inagro et les 47 agriculteurs participants. Quoiqu’il Dirk Verhaeghe et Olaf te Meij ont prêter conseil à Ardo dans le cadre de ce projet. ne soit pas représenté en son sein, le centre Vlakwa n’en demeure pas moins un acteur majeur de ce projet. « Au terme d’un processus d’autorisation complexe et laborieux, lequel constituait, également pour les services publics, un défi suffisant pour occasionner un retard certain, nous nous sommes vu octroyer un permis d’environnement qui facilite la construction d’un bassin tampon, du réseau de canalisations, de l’unité de pompage et des prises d’eau. Le projet réside dans la construction d’un bassin tampon de 150.000 m³ sur le site d’Ardo. Ce projet comprend aussi la construction d’une unité de pompage conçue pour refouler les eaux usées purifiées au sein de notre installation d’épuration vers les champs des agriculteurs participants par le biais d’un réseau de canalisations. Chacun de ces agriculteurs dispose d’un point de branchement autorisant le raccordement du dévidoir de son installation d’irrigation afin d’assurer l’apport hydrique requis. Cette approche bénéficie à toutes les parties au projet  : les cultivateurs gagnent du temps et font des économies parce qu’ils ne doivent plus puiser leur eau dans les ruisseaux environnants ni la transporter vers leurs champs ; en ce qui nous concerne, nous n’avons plus à déverser nos eaux usées purifiées dans les eaux de surface et, par conséquent, nous pouvons en faire un meilleur usage. » Appel d’offres scindé L’appel d’offres relatif à ce projet a été scindé en deux volets. Le premier volet portant sur la construction du bassin tampon, de l’unité de pompage et des pompes, le second sur la réalisation du réseau de canalisations et des prises d’eau. « L’expérience que nous avons
acquise par le passé avec le polyéthylène à haute densité (HDPE) nous a immédiatement convaincus d’investir aujourd’hui dans la pose de telles canalisations. » Ces canalisations seront fournies par Profilplast, une entreprise à laquelle la THV Casteleyn-Vereecke, une association commerciale momentanée mise sur pied pour mener à bien ce projet, a accordé sa confiance. L’un des partenaires de cette association n’est autre que la société Casteleyn en Zonen nv. En sa qualité d’administrateur délégué, Geert Casteleyn nous explique pourquoi il a résolument opté pour les produits proposés par Profilplast. « Cette entreprise est réputée pour ses produits de haute qualité fabriqués dans des matériaux très résistants. Le polyéthylène à haute densité se distingue par sa durée de vie élevée, son adaptation aux forages horizontaux et son aptitude aux applications souterraines et de surface. De plus, nous apprécions les connaissances approfondies de Profilplast dans le domaine des matières synthétiques et des systèmes de canalisations en matière synthétique conçus entre autres pour le transport de l’eau. En outre, la collaboration entamée avec Dirk Verhaeghe (account manager) et Olaf te Meij (technical account manager) nous a permis d’élaborer des solutions concrètes sur mesure. La conjonction de ces facteurs a permis à l’entreprise de proposer une solution globale couvrant l’ensemble des systèmes de canalisations en matière synthétique. En conséquence, conjuguer nos efforts avec ceux de Profilplast nous est apparu comme un choix logique et simple. » « Le polyéthylène à haute densité est un matériau particulièrement durable et résistant à la corrosion dont la longévité est franchement supérieure à celle de deux générations », ajoute Dirk Verhaeghe. « Nous attachons une grande importance à la sélection d’un HDPE de haute qualité et d’une origine fiable. » Regards de vanne Cette réalisation requiert la pose de composants de différents diamètres  : tubes dont les sections s’élèvent respectivement à 400, 250, 160 et 125 mm. « Le diamètre des composants du réseau diminue au fur et à mesure que l’on se rapproche de ses extrémités. Les bureaux d’études Dema Group et Arcades se sont livrés à des calculs précis dans le but d’obtenir une pression minimale garantie en tout point du réseau », selon Olaf te Meij. Profilplast se charge également de la fourniture des onze regards de vanne et des quelque 130 prises d’eau en HDPE, bien que leur exécution en béton ait été initialement prévue. « En définitive, le polyéthylène à haute densité a obtenu gain de cause en raison de sa robustesse, de l’étanchéité de ses raccords et de sa résistance supérieure aux chocs », d’après Dirk Verhaeghe de Profilplast, lequel allait également entourer de ses conseils les entrepreneurs Casteleyn et Vereecke lors de la pose. « La simplicité d’installation et l’accessibilité en maintenance du HDPE contribuent aussi à rendre particulièrement intéressant ce matériau apte à toute extension potentielle future du réseau. » Calendrier L’achèvement du bassin tampon remonte à la mi-juillet. Après en avoir achevé l’installation, Ardo l’a rempli d’un volume d’eau d’une profondeur de 15 cm, en guise de protection contre les intempéries. « Cette année, nous procéderons à la pose de près de la moitié du réseau de canalisations, la deuxième phase des travaux prenant éventuellement fin vers la fin de l’année. Nous avons l’intention de tester l’installation avant la fin de l’année pour avoir une idée plus précise de son fonctionnement », selon Marc Vandeputte, en sa qualité de président du conseil d’administration de la société Inero cvba et de cultivateur en activité dans la zone de projet. Application Web Pour avoir l’assurance que chaque participant a accès à la même quantité d’eau, Ardo a œuvré à l’intégration d’une stratégie de distribution de l’eau dans une application Web. « Ce système transparent doit autoriser une répartition proportionnelle de l’eau et veiller à ce que le bassin tampon soit vide à la fin de l’été. Les coopérateurs seront également en mesure de relever la quantité d’eau qu’ils auront prélevée et ainsi que la date des prélèvements effectués. Ils pourront également consigner leurs périodes d’irrigation. Pour gérer au mieux l’ensemble du processus, nous allons embaucher un médiateur indépendant chargé de coordonner les opérations », conclut Marc Vandeputte. EEwww.profilplast.be EEwww.ardo.com PROJET L Le HDPE est un matériau robuste et résistant aux chocs. AQUARAMA #82 I 33



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 1Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 2-3Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 4-5Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 6-7Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 8-9Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 10-11Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 12-13Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 14-15Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 16-17Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 18-19Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 20-21Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 22-23Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 24-25Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 26-27Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 28-29Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 30-31Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 32-33Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 34-35Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 36-37Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 38-39Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 40-41Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 42-43Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 44-45Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 46-47Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 48-49Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 50-51Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 52-53Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 54-55Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 56-57Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 58-59Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 60-61Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 62-63Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 64-65Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 66-67Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 68-69Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 70-71Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 72-73Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 74-75Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 76-77Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 78-79Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 80-81Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 82-83Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 84-85Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 86-87Aquarama numéro 82 oct/nov/déc 2018 Page 88